"Kabu Kabu" - Nnedi Okorafor





Derrière cette belle madone noire se cache la grande déesse africaine. Pas d'erreur sur le fond, Nnedi Okorafor nous invite bien à vous immerger dans l'imaginaire noire, partagé entre réalisme magique, fantasy et science-fiction. Une plongée réellement excellente que je recommande chaudement.


Mon avis sur "Kabu Kabu" de Nnedi Okorafor


J'avais une légère appréhension envers ce bouquin, je dois bien l'avouer. Ayant déjà lu Nnedi Okorafor par le passé avec son "Qui a peur de la mort", livre pour lequel j'avais un avis mitigé, je partais avec un doute sur le plaisir que j'aurais à lire ce recueil de nouvelles.

Passant la première nouvelle qui semble anecdotique pour moi par manque de background américain, je plonge rapidement dans l'écriture de Nnedi Okorafor au second texte. Et là, le plaisir s'emballe... Il y a un rythme que je n'avais pas perçu lors de la lecture du roman, ou alors un travail de traduction bien meilleur ! Une musicalité de la langue qui me plaît, une rythmique qui porte et vous pousse à glisser avec les phrases de page en page. Il y a là, un je-ne-sais-quoi, qui tant dans le style que dans l'imaginaire me rappelle à Neil Gaiman. Oui, je mets la barre haut, mais il ne faudrait pas oublier que Nnedi Okorafor a reçu le World Fantasy Award en 2011.

Son imaginaire est pluriel, au croisement de la science-fiction, de la fantasy et du fantastique ou du réalisme magique. Nnedi Okorafor nous immerge dans des récits déstabilisants et questionnants, presque tous portés en terre africaine et ce déracinement exotique pour un lecteur européen tel que mois est un réel délice. Car par son immersion territoriale et par son décalage imaginaire, elle nous invite à voyager, à sentir, à ressentir mais aussi à réfléchir. Des thématiques fortes, parfois récurrentes, traversent les nouvelles de l'auteure : la spoliation de la terre africaine par les occidentaux, le sexisme, la maltraitance des femmes, le respect des traditions et sa critique, la magie et les légendes africaines, la technologie comme mise à l'écart d'une population, la force des puissants comme moyen de maintenir la ségrégation, etc. Il y a beaucoup de choses dans ces récits, certes de nombreuses thématiques sociales et sociétales, mais aussi beaucoup de sensible. Nnedi Okorafor nous touche grâce à ses personnages, et c'est grâce à l'empathie qu'offre la lecture que nous pouvons nous plonger dans leur récit, leur vie, leurs souffrances et leurs joies. L'écriture de l'auteure est profondément humaine et si je gardais une certaine appréhension au regard de ma précédente lecture, je dois bien avouer être ici complètement subjugué par ce recueil.

Ne vous laissez pas repousser par le fait que ce livre soit un recueil de nouvelles. La nouvelle est pour moi un art noble. Il demande de la concision et la capacité à pouvoir développer une histoire et des personnages sur un récit bref. Et par ailleurs, si comme moi vous aimez lire plusieurs livres en même temps, il est facile de glisser une nouvelle ou l'autre en différents livres. Et puis quel plaisir que de pouvoir s'offrir un moment à soi à lire une nouvelle et à pouvoir quitter le récit qu'une fois l'histoire terminée !

Bref, je ne saurais que vous conseiller la lecture de ce recueil. Et par ailleurs, je vous conseille chaudement toutes les productions des éditions de l'instant. Rien n'est à jeter. Mais là, avec Nnedi Okorafor, vous avez du lourd et du bon. Compléter votre plaisir avec Sofia Samatar et vous tenez de nouvelles voix féminines de la SFFF à découvrir et d'une richesse incroyable ! Faites vous plaisir. Et n'hésitez pas à casser les pieds de votre libraire pour qu'il se fournisse en livres de cet éditeur !
"Kabu Kabu" - Nnedi Okorafor "Kabu Kabu" - Nnedi Okorafor Reviewed by Julien le Naufragé on lundi, décembre 10, 2018 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.