"Le Maître du Haut Château" de Philip K. Dick

Lecture d'un grand maître de la SF. Relecture d'un ouvrage dont j'avais complètement oublié la trame narrative. Œuvre complexe et difficile d'accès. Panorama kaléidoscopique de personnages psychotiques. Questionnement sur la réalité. On atteint ici un phénomène d'empilement où la multitude des portraits décrits parlent d'une uchronie dans l'uchronie au travers d'un roman S-F au travers d'un livre de S-F. Vous me suivez toujours là? ...


+++ La quatrième de couverture +++

En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de l'axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie â l'est des Etats-Unis, l'ouest avait été attribué aux japonais.
Quelques années plus tard la vie avait repris 50n cours normal dans la zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l'usage du Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinoisa dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle civilisation une rumeur étrange vint â circuler. Un homme vivant dans un haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage racontant la victoire des alliés en 1945...


+++ Mon avis sur "Le maître du Haut Château" de P.K. Dick +++

"Le Maître du Haut Château" est une uchronie. Un livre classique dans le genre en question. Une œuvre connue et reconnue de P.K. Dick : Prix Hugo du meilleur roman en 1963.

Mais qu'est-ce donc qu'une uchronie, pour ceux ou celles qui ne le savent pas encore (ce qui est tout à fait pardonnable), selon Wikipedia : "L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les différentes conséquences possibles." Ici P.K. Dick nous offre un monde où les Nazis et les Japonais auraient gagner la Guerre. Seulement ce n'est pas tant cela qui est le propos du roman qu'un questionnement sur la réalité.

Dans ce roman, on suit une poignée de personnages dont les destins sont plus ou moins liés. Chacun a son histoire et son questionnement. Plutôt qu'un roman d'aventure, Dick nous offre un livre d'interrogations. Au travers de vrilles psychotiques, l'auteur nous emmène aux confins des questionnements de chaque personnages : "Et si les choses ne se passaient pas comme ça...", "Et s'il faisait cela plutôt que ceci...", "Que m'arrivera-t-il si je fais cela...", etc. Mais heureusement pour eux, l'Oracle est là pour les guider. Le bon vieux Yi King des Chinois est là pour leur donner réponse à leurs questions, leur offrir une voie. Encore que... Serait-ce vraiment la bonne voie? Que va-t-il se passer? Etc. On tourne en rond. Les pensées se mangent la queue les unes derrières les autres pour arriver par instants à un verbiage mental presque indigeste. Alors qu'à d'autre, la spirale nous happe et nous emmène... on ne sait où.

Il y'a peut-être trop de personnages à mon goût. Cela rend la lecture difficile, même si les différents points de vue peuvent se percuter, s'entrechoquer, se questionner l'un l'autre. Enfin bref... pas évident quoi.

Au final, est-ce que nos personnages fictionnels réalisent qu'ils vivent eux-même une fiction? Mise en abîme réalisée par la vérité offerte par l'Oracle, le Yi King? Encore une fois la remise en question éternelle de la réalité selon P.K. Dick. Une fin abyssale, certes, mais un peu frustrante également.

Un livre intéressant. Parfois difficile, parfois captivant. Une seconde lecture pour moi mais qui laisse un léger goût amer. Un je-ne-sais-quoi, comme un questionnement. Est-ce un bon livre? Je ne sais pas. Est-il à lire? Je ne sais pas. Mais c'est un classique tout de même.


+++ Sur le Web +++

Cette lecture marque pour une lecture commune engagée au travers du Forum de Livraddict.
Ce livre est une lecture commune avec Lexounet, Phooka, Lagrandesteph, Cerisia, Lynnae et Frankie.

Autres liens :
Le livre sur Wikipedia
10 uchronies incontournables selon ActuSF
La bibliothèque d'uchronies idéales selon Le Cafard Cosmique
Philip K. Dick sur Le Cafard Cosmique
L'uchronie sur Phenixweb


+++ Le livre +++
  • Poche: 317 pages
  • Editeur : J'ai lu (25 avril 2001)
  • Collection : J'ai lu
  • Prix Approximatif : 6,00 EUR
"Le Maître du Haut Château" de Philip K. Dick "Le Maître du Haut Château" de Philip K. Dick Reviewed by Julien le Naufragé on vendredi, juillet 02, 2010 Rating: 5

10 commentaires:

  1. Ce n'est rien de dire que je suis un fan de la première heure de Philip K. Dick. Mais ce Maître du Haut-Château n'avait pas reçu mes faveurs. Je crois bien que c'est le roman du Maître que j'ai le moins apprécié.

    RépondreSupprimer
  2. Tu retranscris très bien toutes les questions que je me suis posées mais je n'ai jamais réussi à trouver ce roman captivant tout au long de ma lecture. C'est de loin, le livre qui m'a le plus ennuyée en 2010 !

    RépondreSupprimer
  3. Mon premier Philip K. Dick, j'en garde un excellent souvenir.

    RépondreSupprimer
  4. Relecture l'année dernière de ce classique si mes souvenirs sont bons. L'effet K. Dick à de nouveau fonctionné comme lors de la découverte de ce roman bien des années auparavant. Certes ce n'est pas le plus facile d'accès de ses oeuvres, mais il vaut vraiment le détour, tant par sa construction que par les interrogations qu'il soulève.

    RépondreSupprimer
  5. Peut-être devrais-je sortir "Substance Mort" de ma PàL pour me dérider de P.K. Dick? Il paraît que c'est l'un de ces meilleurs... parmi tant d'autres?

    RépondreSupprimer
  6. J'ai bien aimé me replonger dans du k.dick! Apres avoir une énorme période où je le lisais les uns après les autres, je me suis arretée et gràce à cette lecture je l'ai retrouvé avec plaisir (et difficultés, mes neurones ont disparus depuis longtemps! :D).
    Quant à substance mort, je me souviens que déjà à l'époque j'ai eu du mal avec celui là. Par contre j'avais adoré Ubik par exemple.

    RépondreSupprimer
  7. Un grand classique !! Finalement peu d'action, ce qui le rend longuet, mais que d'idées...

    RépondreSupprimer
  8. La double mise en abîme dans ce bouquin est vraiment son principal intérêt, il faut bien noter que le style n'était pas encore parfait, Dick s'est fait surtout connaître au début par son style qui laissait à désirer et une perception toute personnelle de concepts physiques. Mais sa seconde épouse a eu raison de le pousser dans l'écriture de ce livre, on y sent tout le potentiel de Dick :)

    RépondreSupprimer
  9. De bonnes idées, et au final un truc complètement dingue! Mais fallait y penser!

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.