"Le Diable" de Léon Tolstoï

Allez savoir pourquoi, j'avais envie en 2011 de lire du Léon Tolstoï. Il est vrais que j'avais déjà lu en 2010 "L'argent et le travail" (chronique ici sur ce blog) du même auteur mais ce dernier tenait plus de l'essai et j'avais envie de découvrir l'auteur sous un style romanesque. C'est maintenant chose faites, et avec grand plaisir en plus. Peut-être suis-je mûr pour attaquer un de ses romans kilométriques?


+++ La quatrième de couverture +++

Irténiev, propriétaire terrien, est un homme sérieux, qui gère son domaine avec efficacité et rigueur. Marié à la douce et fragile Lise, romantique amoureuse qui l'idéalise, Irténiev fait de son mieux pour être à la hauteur. C'est sans compter sur Stépanida, une belle paysanne impudique, au regard de braise, au corps vigoureux et à la peau laiteuse, qui met tous ses sens en émoi... Peut-on résister aux tentations de la chair ? Tolstoï nous dresse un tableau diabolique de la sensualité.


+++ Mon avis +++

Avant de me lancer dans la lecture d'un des romans fleuves de Léon Tolstoï, j'avais envie de le découvrir sous un format court et romanesque. C'est donc pourquoi lorsque je suis tombé sur ce livre chez mon libraire, je l'ai pris immédiatement. En plus, autant l'avoué de suite, la couverture m'a également bien attiré. J'aime beaucoup la manière un peu froide de Carla Van de Puttelaar de traiter le corps au travers de cette photo et je trouve que finalement cela colle bien avec ce livre.

On tient ici un petit livre de 86 pages. Pas de quoi être effrayé donc, mais un bon petit format qui se laisse déguster en même pas une journée et c'est très agréable. Soit dit en passant, comme à son habitude Gallimard nous offre avec sa collection Folio 2€ des textes issus de recueils plus important. Dans le cas présent, ce texte est issu dans livre éponyme d'un peu moins de 200 pages disponible chez Folio en version bilingue. Ou sinon en ajout au livre "Sonate à Kreutzer".

Au niveau du texte, on est dans un style très classique, Tolstoï appartenant au 19ème siècle. Mais curieusement le style m'a énormément plus et cela me donne envie de découvrir un peu plus l'auteur et cette période littéraire plus classique. Je me suis retrouvé scotché au bouquin du début à la fin, étonné moi-même d'être à ce point plongé dans l'histoire car cette lecture pour moi tenait également lieu de challenge personnel. Au niveau de l'histoire, Tolstoï nous présente une histoire sur l'attraction des corps, la sensualité et les tentations de la chair. Ce texte aurait-il un côté auto-biographique? En tout cas on sent bien le côté physique de l'attraction au travers de ce texte, ce côté hormonal de l'homme. Il montre également comment cet aspect animal qui est en nous peut miner un bonheur conjugal, comment il peut détruire un homme qui se veut fidèle, marquant par là même sa descente aux enfers. En parallèle bien sur on a l'impression que la femme dépeinte par Tolstoï est un être de tentation maléfique, être sensuel qui attire vilement l'homme. Mais ça doit tenir de son côté catholique ça.

En bref, un beau texte qui profite d'un beau phrasé auquel on se laisse vite prendre, bercé de bout en bout. A découvrir donc.


+++ Mais encore +++

Le texte est disponible en ligne sur WikiSource : suivre ce lien.

Lire mes autres chroniques de Tolstoï en suivant ce lien.

Léon Tolstoï chez Folio : voir sur le site


+++ Le livre +++
  • Poche: 86 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (5 janvier 2011)
  • Collection : Folio 2€
Free Blog Counter
"Le Diable" de Léon Tolstoï "Le Diable" de Léon Tolstoï Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, janvier 22, 2011 Rating: 5

7 commentaires:

  1. Il faut croire que comme toi, j'ai envie de lire en 2011 du Tolstoï. Mais je m'y prends à l'envers car, après avoir lu "Anna Karénine" (ah oui, mon envie date peut-être de 2010 finalement ^^), je me suis mise à "Guerre et Paix" en janvier... Bref, tout ça pour dire que ça me plairait bien de découvrir du Tolstoi version nouvelle et sensuelle, même si moi, je n'aime pas du tout cette couverture toute froide et impudique. Si je peux me permettre un conseil quant au choix de ton roman-fleuve, lis plutôt "Guerre et Paix" sans passer par la case "Anna Karénine", sauf si tu as l'ambition de lire l'oeuvre intégrale de Léon :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je pensais lire "Guerre et paix". Mon but est de me faire plaisir, pas de m'infliger quelque chose donc s'il y'a un bon choix, je veux bien l'essayer. Par contre, j'hésite entre la version Folio et la nouvelle version de chez Points qui semble d'ailleurs pas mal.

    RépondreSupprimer
  3. A propos de l'édition, j'ai emprunté "La Guerre et la Paix" à la bibliothèque (comme "Anna Karénine" d'ailleurs) et il s'agit d'un Livre de poche qui date de 1963... Ahem. Le Points me laisse un peu sceptique avec ses 1200 pages : la reliure tiendra-t-elle le coup ? Quant à la traduction, j'imagine que les deux doivent être tout à fait valables !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai essayé un vieille version de ma bibliothèque. Mais mon corps fait un rejet sur la couverture kitsch avec les images de film. Heum. Je devrais allé voir dans une autre bibliothèque.

    Cela dit, la traduction de ce texte-ci m'a bien plu, et donc si c'est le même traducteur cela devrait le faire. Par contre je n'avais pas pensé au coup de la reliure. A creuser donc...

    RépondreSupprimer
  5. Oh bon sang ! Il a pas mis de pastille sur le sein ! Non de d'toui !

    RépondreSupprimer
  6. Attention, je sens le sarcasme ici. Je sens que je vais bannir des utilisateurs moi! ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.