"Gravesend" - William Boyle

"Gravesend" - William Boyle - Rivages Noir

A peine son premier roman traduit que William Boyle possède déjà un bon capital sympathie pour moi. D'abord c'est un excellent auteur de roman noir, "Gravesend" le prouve, ensuite son autre job c'est disquaire. Bref, il a la classe, non ?


L'histoire de "Gravesend"


Gravesend, un quartier de Brooklyn pauvre peuplé de Russes et d'Italiens. Il ya 16 ans, Duncan, le frère aîné de Conway, a été renversé par une voiture alors qu'il tentait d'échapper à un gang de jeunes animés par la haine homophobe. Aujourd'hui, le chef du gang est en prison, mais il va bientôt sortir. Conway l'attend de pied ferme pour se venger. Mais sa vengeance va tourner court et Alessandra, son amour de jeunesse, va réapparaître dans le quartier... Désir, fantasme, désespérance et noirceur sont les maîtres mots de ce roman à la profonde humanité.

(Quatrième de couverture du roman publié par Rivages Noir)

Mon avis sur "Gravesend" de William Boyle


Ayant lu plusieurs avis positifs sur "Gravesend", j'avais bien envie de découvrir ce livre publié par Rivages Noir avec le numéro 1000. Premier roman pour William Boyle donc, mais une réelle réussite tant il arrive à dépeindre avec noirceur la vie de ses différents personnages. 

Disquaire à temps partiel, William Boyle vit comme ses personnages dans le quartier de Gravesend, au sud de Brooklyn, New York. Visiblement, la vie dans le coin est plutôt morose que rose, quant au présent il est noir, alors ne parlons même pas du futur qui semble inexistant pour les habitants du quartier.

Roman choral, "Gravesend" nous invite à suivre le parcours de trois personnages tous aussi paumés les uns que les autres, nous plongeant ainsi dans un récit noir où la colère rencontre les regrets, où l'échec mène à la frustration et les idées de grandeur à la mort.

Conway vit toujours chez son père et il n'a qu'une chose en tête : venger la mort de son frère Duncan, mort il y a 16 ans alors qu'il fuyait Ray Boy Calabrese et sa bande qui voulaient défoncer sa gueule de "petit pédé". Aujourd'hui, Ray Boy sort de prison et Conway va pouvoir infliger sa vengeance : la peine de mort ! Sauf que les choses ont changé, Ray Boy ne semble plus être le truand d'autrefois et la colère de Conway va rencontrer les regrets de Ray Boy.

Alessandra partie sur la côté ouest pour devenir actrice revient à Gravesend auprès de son père qui pleure la mort de sa femme, la mère d'Alessandra. Face à son échec dans sa vie d'actrice, face à la tristesse de son père, Alessandra va tenter de redécouvrir la vie du quartier pour un moment, renouant avec une vieille amie, s'encanaillant au "Wrong Number" et redécouvrant la triste médiocrité de la vie sans avenir de Gravesend. Au travers de ses déambulations, elle croisera Ray Calabrese, meurtrier de Duncan, mais aussi vieux fantasme d'adolescence. 

Eugene enrage. Malheureusement pourvu d'un handicap qui le rend bancal, il n'est jamais pris au sérieux et toujours ramené à sa condition d'handicapé. Pourtant Eugene rêve de devenir un caïd comme son oncle Ray Boy l'était par le passé. Sauf que ce dernier n'est plus que l'ombre de lui-même, alors Eugene sur le coup du hasardeuse rencontre décide de se rapprocher de la mafia locale pour faire un gros coup avec son pote Sweat. 

Les vies se croisent : les douleurs, les malheurs, les échecs, les tristesses qui mènent à la frustration, à la violence ainsi qu'à la mort. "Gravesend" est un excellent roman. William Boyle nous offre ici des tranches de vie au noir en nous plongeant dans un quartier où le présent respire la morosité, où l'avenir ne semble même pas exister. Avec une écriture efficace, l'auteur nous invite à suivre ses trois personnages brisés par la vie, des êtres qui feront des mauvais choix qui les emmèneront sur le chemin d'une violence désespérée... Un excellent premier roman. Vivement lire d'autres textes de William Boyle ! Encore une fois, Rivages Noir prouve sa qualité de découvreur en offrant une belle pépite de noirceur pour son numéro 1000. A découvrir !
"Gravesend" - William Boyle "Gravesend" - William Boyle Reviewed by Julien le Naufragé on vendredi, novembre 11, 2016 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.