"Où cours-tu mon adversaire ?" - Ben Bova

"Où cours-tu mon adversaire ?" - Ben Bova - éditions Le Passager Clandestin


Si j'ai bon souvenir, il s'agit de ma première lecture de Ben Bova pour un texte paru en 1969 en VO et aujourd'hui republié par les éditions Le Passager Clandestin dans sa sympathique collection Dyschroniques. Une aventure spatiale et la rencontre d'un autre peuple qui a tout le parfum d'un vieil épisode de Star Trek.


L'histoire de "Où cours-tu mon adversaire?"


Dans un futur lointain, l'équipage d'un vaisseau dénommé "Carl Sagan" se réveille en approche d'une planète située dans la constellation du Grand Chien. Ils espèrent trouver des indices d'une civilisation, ou du moins des réponses à l'énigme de Titan, le satellite de Saturne, où l'on a retrouvé une machinerie non-humaine énorme et toujours fonctionnelle alors qu'aucune vie n'y existe plus. Dès lors, c'est avec angoisse mais également espoir qu'ils découvrent un signe de vie sur la planète qu'ils approchent. Reste maintenant à rencontrer et comprendre cette autre civilisation.


Mon avis sur "Où cours-tu mon adversaire?" de Ben Bova


La collection Dyschroniques des éditions Le Passager Clandestin offre une sympathique série de petit livre où on retrouve des novellas ayant pour but de nous faire réfléchir. Certains vous diront que c'est le but de toute bonne science-fiction là où d'autres esprits chagrins n'y voit qu'une littérature de divertissement. 

Avec "Où cours-tu mon adversaire ?", Le Passager Clandestin réédite un texte de Ben Bova paru en 1969 en VO (Galaxy Magazine), un récit qui fut disponible en français en 1973 dans Galaxie (2ème série) n°113. Bref, il s'agissait d'un texte qui était aujourd'hui indisponible. Un texte qui connut une première version, plus courte, parue en 1962 dans Amazing Stories pour connaître finalement l'état du texte ici présent. 

"Où cours-tu mon adversaire?" est un récit que je qualifierais de vintage, tant le décorum, la technologie imaginée et la mise en scène me fait penser aux épisodes de Star Trek qui passaient à la télévision à la même période d'ailleurs. Derrière cette science-fiction se cache un récit qui veut nous pousser à la réflexion. On y retrouve un hommage à Carl Sagan dans le nom du vaisseau, mais aussi une question sur le Paradoxe de Fermi : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? ». Sauf que dans notre récit, les humains ont trouver une trace de l'existence d'une autre civilisation qui semble-t-il a fui ou n'existe plus. Mais la découverte d'êtres vivants change la donne. Qui sont-ils ? Pourquoi sont-ils si peu nombreux ? Ont-ils un lien avec les machines de Titan ?

Avec ce texte, Ben Bova cherche à nous amener ailleurs. La conquête spatiale nous a fait découvrir les artefacts d'une autre civilisation et maintenant c'est peut-être le reste de ce peuple que l'on découvre ?  Il s'agit bien d'un texte écrit dans cette période glorieuse de la conquête spatiale, avec cet espoir fou de découvrir une autre civilisation mais aussi pour la science-fiction une occasion de réfléchir sur l'homme et sa condition d'être dominant. 

Si le récit est agréable, il n'est pas pour autant fantastique. Ben Bova manque selon moi de qualité littéraire. En même temps, il possède le style de l'époque, cette lenteur contemplative mais il reste aussi que c'est un scientifique avant d'être un littéraire (bien qu'il a été un très bon éditeur). Je ne dis pas que Ben Bova écrit mal, avec juste un texte c'est un peu léger pour juger, néanmoins je pense que ce texte a un peu vieilli au niveau du style tout autant qu'au niveau de la psychologie des personnages. Néanmoins, le récit est court et si l'on cherche à passer un moment dans un récit SF un peu vintage, celui-ci ne devrait pas être un mauvais choix.

Challenge Space Opera  - Summer Star Wars episode 7

"Où cours-tu mon adversaire ?" - Ben Bova "Où cours-tu mon adversaire ?" - Ben Bova Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, septembre 17, 2016 Rating: 5

2 commentaires:

Concours

Fourni par Blogger.