"Annihilation" - Jeff Vandermeer

 Annihilation - Jeff Vandermeer - Au Diable Vauvert

Avec un nom pareil, l'auteur pourrait être belge comme moi. Mais non, Jeff Vandermeer est bien américain. Auteur de peu de livres, il reste un personnage peu connu en France alors qu'il semble être une référence aux USA. Écrivain d'une vague dite New Weird, il offre avec "Annihilation" un récit d’exploration de l'étrange, de la peur et du doute qui pourrait se caser entre les Strougatski et Lovecraft


L'histoire de "Annihilation"


La Zone X, mystérieuse, mortelle. Et en expansion. Onze expéditions soldées par des suicides, meurtres, cancers foudroyants et troubles mentaux. Douzième expédition. Quatre femmes. Quatre scientifiques seules dans une nature sauvage. Leur but : ne pas se laisser contaminer, survivre et cartographier la Zone X.


Mon avis sur "Annihilation" de Jeff Vandermeer


Vu les nombreux avis positifs et enthousiastes lus chez mes comparses blogueurs et blogueuses, vu les comparaisons justifiées aux Strougatski et à Lovecraft, vu l'envie que j'avais de découvrir cet auteur, j'avais beaucoup d'attentes envers ce livre. Pourtant, autant le dire d'entrée de jeu : je suis resté un peu sur ma faim, bref un peu déçu. Les raisons principales sont pour moi cet effet d'attentes importantes envers "Annihilation" et probablement le fait de ne pas l'avoir lu au bon moment. Mais cela en fait-il un mauvais roman pour autant ? Pas du tout ! Loin de là !

La narration en elle-même est bien amenée. Jeff Vandermeer nous plonge rapidement dans un état d'étrangeté et d'inconfort car comme nos quatre scientifiques, nous ne possédons pas toutes les informations. En pleine zone X, tout semble étrange, voir dangereux. Faut-il rappeler que les 11 expéditions précédentes ont été des échecs, les acteurs sont soit morts, soit devenus fous. D'ailleurs, pour découvrir les raisons de tout cela, chacune des exploratrices doit consigner dans un carnet ses faits et gestes, livrant ainsi un point de vue subjectif sur ce qu'elle vit mais aussi la manière dont elle perçoit les actions des autres.

Si nos quatre protagonistes forment un groupe de quatre scientifiques, dans les faits réels on a plus l'impression de voir quatre individus qu'un réel groupe. Aucune unité ne semble régner, sauf quand la suggestion hypnotique entre en action. La fameuse suggestion hypnotique... cela fait très science-fiction old school pour le coup. Peut-être un peu trop, néanmoins, ça marche d'autant mieux à partir du moment ou l'une d'entre elle semble entre être immunisée alors qu'elle vient d'être infectée par des spores lors de l'exploration de la tour souterraine. Et là on se met à douter. Devient-elle résistante ? Commence-t-elle à délirer ? Quelle est la réalité ? Et puis le groupe éclate. Qui est avec qui ? Qui veut quoi ? Doit-on croire les faits et gestes que nous narre la biologiste ? Le doute s'installe...

Avec "Annihilation", Jeff Vandermeer offre un récit d'exploration dans un monde étrange. La zone X est un espace  sauvage indéterminé, non cartographié, où la biologie est aussi étrange qu’intrigante. Plus que cela cela, elle en devient même horrifique à mesure que le récit avance et crée un état de tension et de peur qui se rajoute aux questionnements que l'on se pose sur le récit de la biologiste. C'est là que l'on peut rejoindre un récit tel que "Stalker" des Strougatski aux horreurs indicibles de Lovecraft.

Mais restons-en là du récit pour ne pas trop en dire. Il faut se laisser porter par ce récit, vous n'aurez pas toutes les clés, encore moins les réponses et c'est très bien comme ça. Par ailleurs, il faut savoir que ce texte est le premier d'un trilogie. Quoi ?! Encore une trilogie ? Bah oui, sauf qu'ici les livres sont assez brefs, ramassés sur à peine plus de 220 pages, ce qui reste une plus-value intéressante face à toutes ces énormes trilogies ? Pour ma part, si je n'ai pas été entièrement convaincu (voir un peu déçu), je reste assez curieux de découvrir la suite.

"Annihilation" - Jeff Vandermeer "Annihilation" - Jeff Vandermeer Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, août 27, 2016 Rating: 5

4 commentaires:

  1. Damned il fallait bien qu'il y en ait un qui n'accroche pas ^^.
    Beaucoup aimé pour ma part, d'autant plus que c'est plus accessible que La cité des saints et des fous du même auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste lu au mauvais moment ? Trop d'attentes aussi je pense. En attendant, cela reste un très bon livre et j'attends la suite quand même.

      Supprimer
    2. C'est toujours le problème quand on te chante trop les louanges d'un livre... d'ici que la suite sorte ça aura peut-être gommé un peu la déception ^^.

      Supprimer
    3. J'aurais du me méfier :-D Et le lire après un mauvais livre pour avoir un bon contrepoint ;-)

      Supprimer

Concours

Fourni par Blogger.