"Pottsville, 1280 habitants" - Jim Thompson

"Pottsville, 1280 habitants" de Jim Thompson

Depuis la traduction de "1275 âmes" en 1964, Pottsville a  récupéré les 5 âmes perdues dans la traduction de Marcel Duhamel. Passant de Gallimard à Rivages, le livre de Jim Thompson profite d'une toute nouvelle traduction pour un texte enfin entier et Pottsville a son compte de 1280 habitants.


L'histoire de "Pottsville, 1280 habitants"


Début du 20ème siècle, un trou perdu des Etats Unis d'Amérique : Pottsville, 1280 habitants. Nick Corey, shérif de cette ville et planqué notoire évite de trop se fouler ni même de se mêler des affaires des autres. L'air pas très malin, le genre de gars qui se laisse humilier en public et en bonne voie de perdre les prochaines élections pour son poste. Bref, pour Nick Corey, il est temps de faire le ménage à Pottsville.


Mon avis sur "Pottsville, 1280 habitants" de Jim Thompson


Alors Nick commence doucement. D'abord, on évacue les toilettes publics qui puent sous la fenêtre de son bureau. Et puis tant pis si le banquier Dinwiddie se retrouve à valser le cul dans la merde, c'est pour la bonne cause, non ? Ensuite, ça s'emballe et deux malfrats vont passer l'arme à gauche.

Après ? Les méninges en bonne forme, Nick Correy continue à faire le ménage et à éliminer ceux qu'il retrouverait trop gênant dans sa vie. Alors sa femme Myra, Lennie, Rose, Amy, Jefferson et Oncle John n'ont qu'à faire gaffe à leur derrière. Nick le brave, celui que tout le monde continue à prendre pour un demeuré serait peut-être bien le nouveau rédempteur de Pottsville. Et qui sait ? Peut-être sera-t-il réélu au poste de shérif. 

Bien sur, ce qui plaît dans ce récit de moins de 300 pages, c'est la noirceur du ton. Mais bon, si cela s'arrêtait juste à cela, du noir et des meurtres, ce serait bien triste, non ? Mais Jim Thompson en fait un petit bijou d'humour noir, caustique à souhait, déjanté voir complètement barré, "Pottsville, 1280 habitants" part complète en vrille. Il faut bien avouer que Jim Thompson nous offre un personnage incroyable avec ce Nick Correy. Shérif d'un bourgade perdue fonctionnant encore comme à l'époque dorée du far west, ce personnage qui semble terriblement idiot n'est en fait qu'un sale type foutrement machiavélique. Cruel, manipulateur, égoïste, cocu mais lui-même queutard invétéré, Nick Corey a tout du pire de la nature humaine. Avec son écriture ciselée et cynique, Jim Thompson nous fait sourire avec son récit amoral et sans morale. 

Précédemment publié chez Gallimard sous le titre "1275 âmes", les éditions Rivages proposent ici une nouvelle traduction de ce classique du noir par Jean-Paul Gratias. Si Marcel Duhamel avait lui-même traduit le roman à l'époque, il s'était même permis de réduire le titre tout autant que le texte. Pottsville était passé de 1280 habitants à 1275 âmes. Un choix étrange qui a longtemps posé question. Un défit que Jean-Bernard Pouy a d'ailleurs relevé avec humour dans son roman "1280 âmes". Aujourd'hui, l'erreur est corrigée et les éditions Rivages, connues pour leur travail de qualité pour leurs traductions, rend hommage à ce livre de Jim Thompson.

Bref, "Pottsville, 1280 habitants" est un petit bijou de noirceur, de cynisme et d'humour noir. Un livre considéré comme un classique du genre ! Un roman que j'ai vraiment adoré et qu'il n'est pas impossible que je relise un jour. A découvrir ou à redécouvrir pour la nouvelle traduction.


A propos de Jim Thompson


Jim Thompson est un auteur étasunien de romans noirs né en 1906 et mort en 1977.  Auteur du désormais célèbre "1275 âmes" enfin retraduit en "Pottsville, 1280 habitants", Jim Thompson fut également scénariste pou le cinéma.

"Pottsville, 1280 habitants" - Jim Thompson "Pottsville, 1280 habitants" - Jim Thompson Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, juillet 19, 2016 Rating: 5

4 commentaires:

  1. Je découvre ton blog au passage et je retrouve un de mes coups de coeur de l'été ! Je me suis régalée (j'étais en Gaspésie) à lire les aventures de ce shérif qui aimerait surtout continuer à ne rien foutre et à accumuler les maitresses et quand il décide de prendre les choses en charge, tout se casse la figure. Oui, un très bon souvenir de lecture et ton billet me rappelle tous ces bons moments !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton passage et ta découverte du blog. Ce livre est un classique que je souhaitais lire, un ouvrage qui reste en tête et qui donne envie d'être relu. Pour sa noirceur mais aussi son humour. Je te conseille la lecture de "1280 âmes" de Jean-Bernard Pouy qui offre une enquête sur ce même ouvrage mais par rapport à la traduction disponible en Folio Policier : "1275 âmes". Une enquête sur les 5 âmes manquantes dans la traduction de Duhamel ;-)

      Supprimer
    2. Si tu veux en savoir plus, j'ai rédigé un article sur ce livre juste après celui-ci ;-) Encore merci pour ton passage

      Supprimer

Concours

Fourni par Blogger.