"Les pendus du Val Sans Retour" - Frédéric Paulin

Je ne connaissais ni Frédéric Paulin, ni son roman "Les pendus du Val Sans Retour" mais grâce à cette réédition chez Multivers éditions j'ai pu découvrir un polar finalement très sympathique.


Mon avis sur "Les pendus du Val Sans Retour"

Haaaa Brocéliande. La terre des légendes et l'épicentre du tourisme du merveilleux. Le tombeau de Merlin... et le Val Sans Retour. Sauf que depuis peu, au Val comme ailleurs dans la région, on retrouve des morts suspectes, des assassinats qui tiennent de l'étrange. 
Mauer de son côté est policier à Paris. Un ripou qui trempe dans le trafic de drogue et vient de se mettre à dos les gitans qui voient d'un mauvaise oeil que Mauer s'installe sur leur territoire pour y faire le même commerce qu'eux. Suspecté du meurtre de deux des leaders gitans, sa hiérarchie désire le mettre au placard. Direction la Bretagne pour lui. En gros l'enfer de la campagne pour un flic habitué aux nuits chics, branchées et bien poudrées de la capitale française. 
Néanmoins, si Mauer est un pourri de chez pourri, c'est aussi un flic efficace et hyper-compétent. Il ne croit ni aux monstres, ni aux honnêtes paysans, ni aux politiciens sans reproches. Et il va leur montrer à ces ploucs bretons qui l'ont surnommé Morc'hast, le grand requin bleu, comment on résout une enquête. Même s'il faut employer des méthodes peu recommandables et pas toujours légales.

Rythmé comme il se doit, "Les pendus du Val Sans Retour" est un polar résolument noir  qui nous invite dans une Bretagne plombée par la pluie et la corruption. Un coin de France où l'on est bien chez soi et entre soi, et où l'extrême droite tente d'attendre le pouvoir par de sales manigances. Dans ce coin de légendes, dans cette campagne jolie et tranquille va débarquer un requin de Paris : le Morc'hast Mauer. Mis au placard par ses supérieurs et surveillé par les Boeufs Carottes, Mauer se lance néanmoins dans l'enquête. Mais gare à ceux qui sont sur son passage, car le Morc'hast à les dents longues, affûtées et n'a pas peur d'utiliser la manière forte. Pourri et sombre, Mauer est loin d'être un personnage auquel on veut s'accrocher, et encore moins s'identifier. C'est un vrai sale type. Un type détruit par la mort de sa femme, détruit par ses mauvais choix, mais un homme qui persiste et montre son efficacité là où ses collègues sont dépassés. Faut-il opposer au mal le même mal? Faut-il opposer la violence à la violence? Parfois, il faut en passer par là, et cela ne pose aucun cas de conscience au Morc'hast car pour lui tous les coups sont permis.

Je ne lis pas assez souvent de polar mais je dois bien avouer que "Les pendus du Val Sans Retour" m'a donné envie de lire d'autres romans de Frédéric Paulin. Par ailleurs, j'ai lu ce roman pendant mes vacances en Bretagne (sans avoir été à Brocéliande) et le livre renvoie une image que l'on se fait et que l'on nous donne de la Bretagne : un territoire assez pauvre qui vit essentiellement grâce au tourisme. Certains y trouvent leur  compte, d'autre pas. Et de là peuvent naître des tensions. Frédéric Paulin offre aussi un personnage particulier avec son Morc'hast. Mauer est un personnage corrompu, une ordure qui pourchasse d'autres ordures, un homme qui part en lambeaux et éparpillent ses ennemis en morceaux. De plus, Frédéric Paulin dépeint un monde très noir, uniquement sous-tendu par des rapports de forces durs, violents, avec en arrière fond un peu de critique sociale. Bref "Les pendus du Val Sans Retour" se révèle être un polar bien sympathique que je recommanderais facilement. A (re)découvrir.



A propos de Frédéric Paulin


Frédéric Paulin est un auteur français des littératures de genre. Plus particulièrement, on lui doit des romans noirs historiques, comme par exemple "La dignité des psychopathes", ou des polar contemporains durs où les héros sont aussi corrompus que les ordures qu'ils pourchassent, comme dans "Les pendus du Val Sans Retour". Le dernier roman de Frédéric Paulin, "600 coups par minutes" est publié chez Goater éditions.

"Les pendus du Val Sans Retour" - Frédéric Paulin "Les pendus du Val Sans Retour" - Frédéric Paulin Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, août 16, 2015 Rating: 5

3 commentaires:

  1. Je connais Frédéric Paulin. Lu dans le recueil de Rennes ici Rennes de Critic. Puis déjà rencontré aux salons du livres Rennais.
    Je m'y pencherais à l'occasion sur ces pendus du Val.
    Par contre je ne savais pas que la bretagne était perçu comme pauvre Oo. Mais j'ai peut être une vision idyllique de ma région. Et le secteur où j'habite "ille et vilaine" est peut être moins privilégié dans sa position entrée de region.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais dire plus privilégié pardon

      Supprimer
  2. C'est une image que l'on nous a donné de la Bretagne en vacances : "c'était un territoire pauvre jadis". Le roman relance cette idée pour Brocéliande car c'est la pleine terre, pas la ôte où vont les touristes, où l'on pêche, etc. Et donc, sans le tourisme, la région serait beaucoup plus morte. Cela doit être comparable à l'Ardenne chez moi en Belgique. Il l y a de l'agriculture, mais ce n'est pas la plus productrice non plus. Du coup, il reste le tourisme. Et un chômage peu connu, peu avoué.

    Mais fonce sur le livre, il ne coûte rien en plus. Chez Multivers, c'est la fête du petit prix toute l'année.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.