"Le temps des grandes chasses" - Jean-Pierre Andrevon

Le temps des grandes chasses -  Jean-Pierre Anrevon
Plus je lis du Jean-Pierre Andrevon et plus j'apprécie la fluidité de son écriture. Avec "Le temps des grandes chasses", on redécouvre un roman de l'auteur datant de 1973 et qui n'a pas si mal vieilli.


Mon avis sur "Le temps des grandes chasses"



Avec cette lecture, je continue de découvrir d'autres livres de Jean-Pierre Andrevon. "Le temps des grandes chasses" est un roman de space opera qui nous permet de confronter bon sauvage et méchant moderniste. 

Dans une forêt tranquille vit le Clan des Hommes. En accord avec la nature, le clan vit et survit pauvrement mais tranquillement sur cette terre grâce à la pêche, la cueillette et la chasse. Mais voilà qu'un jour débarque des oiseaux de métal chargés d'homme couverts de métal. Ces derniers se mettront en chasse et ramasseront des centaines d'hommes dont Roll du Clan des Hommes. Dès cette capture, Roll va réaliser que lui et son clan ne sont pas les seuls homme de cette terre qu'ils habitent, que tous sont différents et parlent différemment. Mais le plus effrayant ce sont ces hommes de fer, ceux qui les emprisonnent et les emmènent hors de leur planète pour en faire des esclaves. Roll va ainsi découvrir qu'il vivait sur une planète mais qu'il en existent d'autres aussi.

Roll est un personnage aussi dense que flexible. Il a une capacité à s'adapter au situation, à s'en relever grandi, et à faire sien toutes les informations qui s'offrent à lui. Quittant la beauté et la "sauvagerie" des espaces verts de son monde, il va découvrir la civilisation, avec ses cités grises et ses perversions. Par ailleurs, le monde sur lequel ils débarquent a tout d'un Empire romain décadent. Les esclaves ramenés sur la planète
Orum servent pour différentes tâches, dont du combat dans l'arène pour divertir le peuple. Dans ce monde gris et sombre, Roll sera un guerrier de l'arène. Son objectif : survivre afin de retrouver Réda, celle qu'il aime.

"Mettez un sauvage dans la civilisation, il s'en tirera ; placez un civilisé dans un cadre primitif, il crèvera"

Le roman de Jean-Pierre Andrevon oppose le bon sauvage à la civilisation destructrice. Mais il montre aussi que si Roll réussit, c'est grâce à son intelligence. On sent rapidement dans le roman (et on connaît) la position de Jean-Pierre Andrevon, mais est-ce que toute civilisation corrompt ? Tout y est-il mal ? Le récit n'est pas aussi simpliste mais il aurait gagner à être plus approfondi sur l'opposition de ces deux états : nature et civilisation. 

Cela dit, si le roman date de 1973, celui-ci n'a pas si mal vieilli. Le style d'écriture de Jean-Pierre Andrevon est déjà très efficace. L'auteur est un excellent conteur et sait tenir son récit avec style. Là où cela peut coincer, C'est sur la relative simplicité du récit. On sait clairement où l'auteur veut aller, peu de surprises donc. Néanmoins, j'ai été assez captivé par le récit et j'ai aimé le lire de bout en bout, à m'accrocher à la lutte de Roll et à réfléchir (encore) sur les méfaits de la civilisation et  du pouvoir. 

Bref, si "Le temps des grandes chasses" n'est peut-être pas le meilleur Andrevon (je conseille très fortement la lecture de "Le monde enfin" pour ça),  le roman se lit cependant avec plaisir. A (re)découvrir donc.

PS : Ce récit existe également dans le livre "Très loin de la terre"


"Le temps des grandes chasses" - Jean-Pierre Andrevon "Le temps des grandes chasses" - Jean-Pierre Andrevon Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, août 18, 2015 Rating: 5

1 commentaire:

  1. Encore un roman tentant ! Je vais finir par arrêter de lire les chroniques du challenge S4F3 sinon ma PAL va me tomber dessus !

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.