"Notre-Dame des loups" - Adrien Tomas

Notre-Dame des loups - Adrien Tomas
Après avoir lu et apprécié "La geste du sixième royaume", premier roman fantasy d'Adrien Tomas, j'avais envie de lire son petit dernier, "Notre-Dame des loups", un court western fantastique qui nous emmène à la chasse aux loups garrous.


A propos d'Adrien Tomas.


Adrien Tomas est un jeune auteur français né en 1986. Diplômé en écologie, il s'essaye à l'écriture et nous offre "La geste du sixième royaume" en 2011, livre qui reçoit le Prix Imaginales en 2012. En 2013, toujours chez Mnémos éditions, il publie "La maison des mages" qui se passe dans le même monde que son premier roman. En 2014, il publie "Notre-Dame des loups", un court roman entre western et horreur.

Mon avis sur "Notre-Dame des loups"


Adrien Tomas nous emmène en 1868 sur un autre continent. Exit la fantasy et welcomme le western fantastique. Dans cette Amérique du 19ème siècle, "Notre-Dame des loups" nous fait suivre un petit groupes d'hommes et de femmes : les Veneurs. Ces porte-flingues équipés de balles en argent avancent avec un seul but en tête : éliminer les Wendigos, autrement dit des loups-garous. Traversant les espaces enneigés, parcourant l'immensité sauvage de l'Amérique des pionniers, notre équipe de flingueurs professionnels avance de manière déterminée en espérant arriver au bout de leur traque et éliminer Notre-Dame des loups, la mère des Wendigos. 

"Le silence est omniprésent. Il est lourd sur ma nuque et mes épaules, il m'entoure, m'étouffe, me pèse. A chaque fois que mon cheval traverse de son sabot la couche de neige fraîche, à chaque fois que j'inspire l'air glacé ou que j’exhale un souffle blanc, j'ai l'impression d'être en train de profaner une église, un temple, ou je ne sais quoi de sacré.
Je n'ai jamais été très porté sur la religion, mais par la Dame, ce que je me sens païen et ignorant dans cet endroit ! La forêt blanche m'écrase de sa majesté, de son immensité, me réduit à ce que je suis certainement : un intrus, minuscule et vain, dans un territoire qui ne lui appartient pas."

Résolument différent de ses deux premiers romans de pure fantasy, Adrien Tomas nous emmène dans une aventure entre western et fantastique. Si "La geste du sixième royaume" pêchait peut-être par un excès de pages, "Notre-Dame des loups" est bien plus bref et beaucoup plus nerveux. Très rythmé et tenant en même pas 200 pages, l'auteur nous emmène dans un récit où la mort n'est jamais très loin. Le récit est une fois de plus polyphonique mais malheureusement, le ton reste fort similaire d'un personnage à l'autre et on sent assez peu de variation de personnalité. Par contre, la narration à la première personne insère le lecteur beaucoup plus rapidement dans le vif des événements. On aime ou on n'aime pas, et cela reste toujours risqué comme approche, mais pour ma part j'ai assez apprécié de lire ce récit à la première personne. Écrit à la troisième personne, cela aurait donné plus de distance et aurait rendu le récit moins immersif.

Bref, malgré ce défaut sur les variations de personnalités peu marquées d'un chapitre à l'autre, le récit ce lit rapidement et avec plaisir. Transporter le roman fantastique à loups-garous dans un contexte western était peut-être risqué, mais Adrien Tomas s'en sort assez bien. De plus, il montre que sa plume peut s'adapter de la fantasy au fantastique. La tonalité est résolument noire et les décors enneigés rajoutent à l'ambiance glaciale. "Notre-Dame des loups" est donc un roman divertissement plein d'adrénaline qui se lit rapidement, le bruit des colts et whinchesters en plus. Un bel intermède rythmé à caser entre deux gros pavés interminables.
"Notre-Dame des loups" - Adrien Tomas "Notre-Dame des loups" - Adrien Tomas Reviewed by Julien le Naufragé on jeudi, avril 23, 2015 Rating: 5

2 commentaires:

  1. Hello, et merci pour la chronique (et celle de la Geste au passage :)

    Je réponds ici, ça me semble plus discret et pratique que Twitter (la limite de caractère est un enfer putride pour quelqu'un qui s'étale dans les mots): j'ai pris le pli de ne plus partager les chroniques, mêmes majoritairement positives, qui annoncent la forme du roman, qui est censée rester une surprise (de ce que j'ai vu de la plupart des autres lecteurs) jusqu'au début du troisième chapitre. C'est censé être une surprise avant d'ouvrir le bouquin, et je n'aime pas gâcher la surprise :) Ca ne retire rien de l'intérêt de ta chronique (ni du fait qu'elle m'a fait plaisir), mais j'ai tendance à protéger les potentiels lecteurs de cette révélation...

    Bonne continuation!

    Adrien Tomas

    RépondreSupprimer
  2. Sois le bienvenu en ses pages. Et merci pour ton commentaire.

    Twitter n'est de fait pas le meilleur outil pour discuter ;-)
    Libre à toi de ne pas partager les chroniques. Tel n'était pas mon but, mais plutôt de t'informer de l'avis d'un lecteur croisé au Trolls et Légendes.

    De mon côté j'ai pris ton avis en considération. Je n'aime pas non plus être spoilé, ni spoilé. J'ai donc modifié la phrase incriminée, du moins si on parle bien de la même. Je ne voudrais ps gâcher la surprise des futurs lecteurs et lectrices du roman.

    Au plaisir de se croiser aux Imaginales. Il me reste encore un roman à toi à lire. ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.