"La vie comme une course de chars à voile" - Dominique Douay

Réédition de "La vie comme une course de chars à voile" (1978) de Dominique Douay chez Multivers éditions, un roman complètement halluciné et très dickien qui sera également prochainement disponible en papier chez Hélios


++ La quatrième de couverture ++

Dans le cadre des îles anglo-normandes, qu’un dôme protège d’obscures menaces extérieures, François Rossac mène une existence privilégiée. L’argent, les filles, la gloire : tout lui glisse des mains avec facilité. Dans sa catégorie — le char à voile de compétition — il est le meilleur.
Trop beau pour être vrai : cet univers paresseux s’effrite sous les yeux de Rossac. C’est d’abord une piste dont il ne reconnaît pas le tracé, des scènes dont ses amis n’ont aucun souvenir, un subtil changement du décor quotidien, de mystérieux personnages qui semblent surgir de son passé pour lui arraché un aveu…[...]
Le monde est une peau de chagrin, constate Rossac qui doit, seul, partir à la découverte de la réalité. Mais comment distinguer la vérité de l’illusion, dans cette société de l’an 2000 qui paraît livrée tour à tour aux généraux, aux sectes millénaristes, aux sociétés multinationales ?
Qui est Rossac ? Un schizophrène, un manipulateur, ou un rêveur qui lentement s’éveille à une étrange réalité ?


+++ Mon avis +++


Dominique Douay est un auteur français de SF qui a commencé à être publié dans les années 70 au travers de la revue Fiction (1973) et ensuite au travers de quelques romans dont "La vie comme une course de chars à voile" (1978). Plus récemment, c'est "Car les temps changent" (2014) qui marquent son retour via la collection Hélios, son précédent roman datant de 1990 : "La fin des temps". Mais on avait déjà remarqué son retour au travers de nouvelles dans Fiction ou Galaxies. Pour ma part, ce roman marque la découverte de cet auteur.

"La vie comme une course de chars à voile" est un roman déstabilisant. Un roman pour lequel il faut accepter de lâcher prise, de ne pas tout comprendre car le monde n'est pas toujours celui que l'on croit être. Hallucination ? Manipulation ? Maladie mentale ou monde asservi à une réalité autre ? Le livre de Dominique Douay s'inscrit clairement dans une filiation paranoïaque, celle de Philip K. Dick.

Dans son roman, Dominique Douay nous invite dans un monde particulier. La cité portuaire de France dans laquelle il vit est sous cloche, tout comme les îles anglo-normandes toutes proches. Mais de quoi protègent-elles ? Du monde extérieur ? Des tempêtes ? De quoi ? Le passage de l'une à l'autre ne se fait d'ailleurs pas sans mal. Dans ce monde sous cloches, François Rossac est un champion de course de chars à voile, une vraie vedette locale. Mais la réalité qui l'entoure commence à se fragmenter, à perdre de sa logique, de sa consistance. Est-ce lui qui perd les pédales ? Devient-il fou ? Ou alors le monde qui l'entoure est-il manipulé et transformé par une force ou l'autre ? Est-ce cette secte millénariste qui modifie le monde ? Ou est-ce cette force armée et son général ? Ou plus insidieux, serait-ce les multinationales qui changent la réalité selon leur besoin ? La réalité qui entoure François Rossac est complètement absurde et pourtant ce dernier tente d'y comprendre quelque chose, de s'expliquer pourquoi tout devient étrange, pourquoi la réalité s'effrite. François Rossac est-il douloureusement lucide dans un monde qui part en vrille ou est-il complètement schizophrène ? 

Ce qui est certain, c'est qu'avec "Le monde comme une course de chars à voile", il faut accepter de se laisser aller. Il faut accepter de ne pas tout comprendre. Cela acquis, on se laisse porter par le récit, par les images et par la plume de Dominique Douay. Quelque chose dans l'écriture de l'auteur m'a rappelé J.G. Ballard. Mais pour ce qui est de l'univers invoqué, bien sur P.K. Dick vient en tête, mais j'ai également pensé à l'imaginaire défoncé de Jeff Noon. Le roman de Dominique Douay est réellement déstabilisant mais est porté par une plume très agréable. On se sent perdu dans un monde absurde, spectateur d'une réalité instable, et souvent on se demande où l'on va, tout comme François Rossac. Mais on continue, porté par la plume plaisante de Dominique Douay, porté ainsi jusqu'à l'irréel suivant, prêt à être de nouveau déstabilisé. Bref, "Le monde comme une course de chars à voile" offre une belle expérience littéraire. A condition de lâcher prise. Abandonner tout cartésianisme ou vous deviendrez fou avant la fin du livre.

"La vie comme une course de chars à voile" - Dominique Douay "La vie comme une course de chars à voile" - Dominique Douay Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, janvier 27, 2015 Rating: 5

2 commentaires:

  1. Difficile de se faire un avis en effet... Le mieux c'est de profiter de la réédition chez Helios pour tenter d'y voir plus clair. ;)

    RépondreSupprimer
  2. Si tu es lecteur en numérique, la réédition chez Multivers te permettra de te faire un avis à moindre prix encore.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.