"Le bal des poussières" (chronique des Hémisphères - T1) - Katia Lanero Zamora

"Le bal des poussières" de Katia Lanero Zamora est le premier tome des "Chroniques des Hémisphères", une trilogie SF orientée jeunesse, voir jeune adulte. Un roman rythmé qui m'a enchanté et emballé là où je n'attendais pas être touché car n'étant plus si jeune...


++ La quatrième de couverture ++


En 2089, les pays du Nord érigent un mur pour se protéger de l'épidémie qui décime le Sud. Les siècles passent, les Hémisphères se replient sur elles-mêmes et s'oublient. Caracal vit à Spes, un village d'enfants et d'adolescents réfugiés dans la Forêt Noire, crainte par les Urbains et loin de toute technologie. Caracal reçoit un don extraordinaire le jour de sa totémisation, un lien télépathique le connecte à Mangwa, son animal-totem. A travers les yeux du félin, Caracal découvre un monde très différent de Spes au sud du Mur. Car Mangwa est l'animal domestique de Sagana, une jeune fille africaine sur laquelle pèse la prophétie de la Reine de la Pluie : elle est celle qui ramènera le Bâton de Pluie et délivrera son pays du joug des Nassarahs, les Blancs venus du Nord. Alors que Caracal part sur les traces de l'Attrape-rêves, le talisman qui lui permettra de maîtriser son pouvoir, Sagana recherche sa famille, enlevée lors d'une rafle. Grâce à Mangwa, les destins des deux adolescents sont désormais liés. 


+++ Mon avis +++


Katia Lanero Zamora est une jeune auteure belge de Liège. Après deux albums écrits pour la jeunesse parus aux éditions Luzabelle, elle a publié "Le Bal des Poussières" en 2012 aux éditions Les Impressions nouvelles. Ce roman est le premier tome d'une trilogie, "Les Chroniques des Hémisphères" dont le troisième tome est disponible depuis septembre 2014. 

Pour commencer, je dois bien avouer que j'étais plein d'appréhensions pour ce roman. J'avais très envie de lire un roman d'une auteure de mon coin officiant dans les littératures de l'imaginaire, mais le côté jeunesse me faisait un peur. Pourquoi ? J'avais peur que cela soit trop simple, que je m'ennuie, que cela tourne vite en rond, etc. Du coup, j'ai d'abord emprunté le roman à la BiLA de Chaudfontaine, mais rapidement convaincu par les premières pages du roman, j'ai vite souhaité m'offrir un exemplaire du roman pour soutenir l'édition d'une auteure locale.

Me voilà donc lancé dans ce roman tambour battant. Un peu moins de 250 pages et un rythme effréné qui vous laisse peu de temps pour souffler. Katia Lanero Zamora nous emmène dans un futur qui pourrait être le nôtre. Le monde est partagé entre ses deux Hémisphères et pour se protéger du Sud, les gens du Nord ont dressé un mur pour les protéger de toute invasion et épidémie.

Dans le récit, nous sommes amené à suivre Caracal dans le Nord. Jeune adolescent, perdu dans la Forêt Noire, il ira se réfugier à Spes, un village d'enfants et d'adolescent, sorte de village des "enfants perdus" à la Peter Pan. Là, il y sera totémisé, ce qui lui offrira un lien télépathique avec Mangwa, son animal-totem, un être qui vit dans le Sud. Au travers des yeux de l'animal, Caracal découvre un autre monde mais lors de ses transes télépathiques, il perd également le contrôle de son corps, ce qui l'amène à réaliser des actions non-souhaitées.

En parallèle, on suit Sagana, la maîresse de Mangwa, l'animal-totem de Caracal. Sagana vit dans un village africain du Sud. Soumis au joug des tyrans locaux, ils ont un accès contrôlé à l'eau. Le village doit faire don de ses hommes à l'armée des Nassarahs pour obtenir cette eau. Dans son village, pour ne pas devoir subir le rôle passif d'une femme, la jeune Sagana se fait passer pour un garçon, ce qui lui donne l'accès à l'éducation et avec elle vient l'envie d'émancipation. Mais Sagana est-elle cette fille de la prophétie ? Celle qui ramènera le Bâton de pluie ? Celle qui délivrera le pays du joug des Nassarahs ?

"Le bal des poussières", tant dans sa construction narrative que dans ses thématiques, m'a fait pensé à Pierre Bordage. Et comme c'est un auteur dont j'aime beaucoup les romans et thèmes, je dois bien avouer que j'étais bien parti pour apprécier le roman de Katia Lanero Zamora.

L'alternance narrative entre Caracal dans le Nord et Sagana dans le Sud est bien ficelée. Pour faciliter la compréhension du récit à un jeune lectorat, l'auteure ajoute en titre le lieu du récit afin de savoir de qui l'on parle. Pour un lectorat adulte, ce n'est pas utile, mais vu le basculement parfois rapide d'un lieu à l'autre, c'est assez bien pensé pour la jeunesse. Il faut bien avouer que certaines scènes sont très rythmées, vues et vécues d'une côté et de l'autre de l'Hémisphère en même temps, ce qui offre des parties très rapides. Mais c'est rondement mené. Cette rythmique tendue en permanence est parfois pointée comme un défaut de l'auteur. Pour ma part, pris sur le fil du rasoir, je dois avouer ne pas avoir lâché le roman et je l'ai dévoré très très rapidement. Bien sur, en tant qu'adulte on peut trouver que certaines situations sont un peu trop vite réglées, surtout au niveau du final qui aurait pu s'étendre sur quelques pages de plus et prendre un peu plus de volume et donc de qualité. Mais ce n'est que mon regard d'adulte habitué à des plus gros romans.

Au niveau des thématiques, j'ai apprécié y voir des questionnements sur la condition des femmes, sur le poids des traditions et de la famille (tant au Nord qu'au Sud), sur la séparation Nord-Sud, sur le poids des forts sur les faibles, etc. Et amener un roman de l'imaginaire en Afrique, c'est juste génial et finalement hélas peu courant ! Évidemment, c'est un roman jeunesse, on est pas là pour porter de longues et fortes réflexions argumentées, mais par l'identification, par l'empathie, le lecteur va se poser les mêmes questions que les personnages et cherchera donc à s'émanciper et à questionner les normes et le statu quo. Et puis dans ce cadre futuriste se glisse un peu de magie, celle liée à la totémisation dans le Nord et celle liée à l'Afrique dans le Sud. Une magie qui s'invite dans le réel et qui rajoute une couche de merveilleux supplémentaire très sympathique. Après, ce n'est pas sans défaut non plus, mais c'est du à mon regard d'adulte, le côté "quali" ajouté au totem m'a donné une impression un peu trop scoutisme au truc et j'ai moins aimé.Vision d'adulte encore.

Au final, "Le bal des poussières" est un très chouette roman. J'ai été très surpris et réellement happé par le récit. Positivement conquis, j'espère bien continuer ma lecture des "Chroniques des Hémisphères". Bravo Katia Lanero Zamora pour ce roman ! Hâte de lire la suite.

"Le bal des poussières" (chronique des Hémisphères - T1) - Katia Lanero Zamora "Le bal des poussières" (chronique des Hémisphères - T1) - Katia Lanero Zamora Reviewed by Julien le Naufragé on lundi, janvier 26, 2015 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.