"Manesh" - Stefan Platteau (Le sentier des astres 1)

Premier livre pour Stefan Platteau, premier roman de la série "Le sentier des astres" et déjà l'auteur marque son lectorat avec un roman bien construit, finement écrit, dans un style fantasy mythique qui tranche nettement avec la production du genre. Tenons-nous ici un futur grand auteur ? Seul le futur nous le montrera. En attendant, les attentes sont fortes !


+++ La quatrième de couverture +++

Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve, vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l'oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. A bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui d'entre eux connaît vraiment les buts de l'expédition ? Même le Barde, l'homme de confiance du capitaine, n'a pas exploré tous les replis de son âme. Et lorsque les bateliers recueillent un moribond qui dérive sur le fleuve, à des mille et des mille de toute civilisation, de nouvelles questions surgissent. Qui est Le Bâtard ? Que faisait-il dans la forêt ? Est-il un danger potentiel, ou au contraire le formidable allié qui pourrait sauver l'expédition de l'anéantissement pur et simple ? Un huis-clos humaniste et un peu cruel, une histoire sans héros, quelque part entre Robin Hobb et Robert Holdstock. Avec le premier tome de cette trilogie, par un auteur belge, une voix majeure de la fantasy vient de naître.


++ Mon avis ++

Les auteurs belges du genre de l'imaginaire sont peu nombreux à pouvoir publier. Mais lorsqu'en plus un livre d'un jeune auteur wallon est publié aux éditions Les Moutons électriques, cela attire clairement mon attention. Loin de moi tout nationalisme puant de bas étage, plutôt un intérêt de rencontrer des auteurs locaux dans un genre que j'apprécie. Et voilà donc que l'occasion fait le larron, car c'est lors du festival des Anthinoises 2014 que j'ai pu rencontrer Stefan Platteau et lui prendre son "Manesh". Ce livre est son premier et unique roman actuellement, mais pour une première édition, Les Moutons électriques ont mis les petits plats dans les grands en offrant directement au roman une édition de prestige avec une belle reliure et tout le tralala. Surfait ? Surement pas, car le roman vaut réellement le détour. 

Pour le dire d'entrée de jeu, "Manesh" est un vrai bon roman. Une pièce bien écrite, bien construite et réellement envoutante. Néanmoins il ne plaira pas à tous fans de fantasy car son roman est loin du roman de simple aventure à rebondissement, Stefan Platteau préférant travailler son récit, tissant des histoires dans l'histoire, jouant avec les mythes et la magie qu'ils dégagent, l'auteur nous emmène au fil de l'eau au rythme du fleuve.

A bord de leurs gabarres, le capitaine Rana et ses hommes remontent le fleuve sacré vers le nord, traversant la forêt de Vyanthryr en espérant y retrouver le Roi-diseur, l'oracle qui pourrait leur permettre de mettre fin à la guerre civile. Dans l'eau, un homme dérive, attaché à une branche. Les hommes du capitaine Rana vont le sauver, mais blessé, il devra rester à bord et remonter le fleuve duquel il vient de descendre. Le Barde s'occupera de lui, le nourrissant, le veillant jusqu'à sa rémission. Qui est cet homme étrange ? Tout le monde aimerait le savoir, mais celui-ci ne contera son histoire qu'au Barde de manière épisodique. Cet homme, c'est le Bâtard, c'est ainsi qu'il se présente dans le récit de sa vie. Cet homme étrange serait le bâtard d'un antique, un de ces dieux vivant parcourant le monde. Fils d'une femme et d'un dieux, le Bâtard porte en lui un mal propre à son être de demi-dieu, il brule en lui comme son père le Semeur de Feu. Le Bâtard est obligé de vivre à l'ombre du soleil ou l'obscurité pour éviter de se consumer de l'intérieur. Au fil des pages, cet homme racontera au Barde comment il est arrivé dans sa famille d'adoption, comment il a grandi et comment il en est venu à parcourir le monde avec l'espoir de croiser son père, le Semeur de Feu. Mais cela prendra du temps et le capitaine Rana perd patience car il aimerait savoir ce qui a amené ce Bâtard à finir attaché à une branche et à dériver dans ce fleuve.

"Manesh" alterne entre deux histoires racontées à la première personne du singulier : celle du Barde et de son équipée qui tente de remonter le fleuve dans l'espoir de trouver l'oracle, le Roi-diseur, et celle du Bâtard qui raconte sa vie au Barde. Deux histoires qui finiront bien sur par se croiser... Le style utilisé par Stefan Platteau est assez descriptif. On y retrouve une prédominance importante de la nature, celle-là même qui a fait naître les mythes et les légendes, celle qui fait rêver, celle qui fait peur. Au long du récit, le lecteur remontera le fleuve avec la lenteur d'un bateau des temps jadis. Le rythme est important ici. L'histoire prend son temps, s'installe autour des personnages, de leurs vies et du danger qui les entoure. De la raison de la remontée du fleuve on ne sait que peu de choses, on le découvre au fur et à mesure du récit, découvrant les implications politiques qui se cachent derrière. Néanmoins, l'intérêt du récit n'est pas là, il réside ailleurs : sur ces personnages et leurs histoires.  Ainsi nous remontons aux origines de la vie du Bâtard. Nous remontons le fleuve en compagnie d'une troupe de personnages aguerris espérant trouver un oracle, le Roi-diseur. Nous traversons une forêt remplies de mythes et de dangers. Et tout cela se croise et trouvera la raison de cette rencontre au fil de l'eau.

"Manesh" est un bon roman. Une histoire qui avance au fil de l'eau, au rythme qu'il faut, ni trop lentement, ni trop vite, laissant la place aux personnages, aux mythes et aux destinées croisées. "Manesh" est un roman rudement bien écrit qui porte en lui une rythmique agréable, poétique même, un récit que l'on peut porter du bout des lèvres, que l'on lirait presque à haute voix au coin du feu, un barde jouant à côté de soi. Le livre ouvre la voie des "Sentiers des Astres" et c'est avec impatience que j'attends la suite, en espérant que celle-ci sera à la hauteur de mes attentes car Stefan Platteau a mis la barre haut pour un premier roman.

Bref, "Manesh" est un roman que je recommande plus que chaudement tant son pouvoir d'évocation est grand. Auteur issu du terroir belge, Stefan Platteau est bien loin du fantastique belge que l'on connaît, bien loin du suréalisme de nos territoires. Il oeuvre dans une fantasy mythique, celle du genre que l'on associe à Robert Holdstock. Un roman riche en personnages, riche en mythes et où la forêt et le fleuve offrent un décor incroyable. Un livre envoûtant, au style travaillé et poétique, qui brasse les mythes nordiques et indo-européens comme jamais je ne l'ai encore vu faire. Un auteur à découvrir de toute urgence !
"Manesh" - Stefan Platteau (Le sentier des astres 1) "Manesh" - Stefan Platteau (Le sentier des astres 1) Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, octobre 04, 2014 Rating: 5

9 commentaires:

  1. d'accord avec toi julien, c'est un excellent livre.

    RépondreSupprimer
  2. Dans ma wish-list depuis sa publication, c'est un pavé dont l'exigence m'effraie un peu mais qui reste sacrément tentant.

    RépondreSupprimer
  3. Un avis très intéressant !
    En plus, Le livre est disponible en eBook à bon prix et sans DRM
    Enfin sans DRM pas partout : Amazon et Kobo en rajoutent alors je vais chez Immatériel

    En tout cas il rejoint ma pile à acheter

    RépondreSupprimer
  4. La mienne également. Je l'ai eu dans les mains aujourd'hui, c'est vraiment un bel objet. Et j'en entends que du bien.

    RépondreSupprimer
  5. Un bel objet en effet, que j'ai acheté en vue d'une dédicace prochaine.
    Pas sûr d'avoir le temps de le lire avant la venue de l'auteur par contre...
    En tout cas, ça semble avoir un style qui me plaît, au sein d'une histoire qui me plaît... Une chose que je ne sais pas : l'histoire est censée contenir combien de volumes ?

    RépondreSupprimer
  6. @ Archibald : Je le savais déjà ;-)

    @ Plume : Un pavé qui se lit avec plaisir. Epais, mais pas si gros, il ne fait pas 600 pages non plus.

    @ Chti_Suisse : Dispo en ebook directement chez l'éditeur aussi je pense.

    @ Mono : Un bel objet, cela fait plaisir d'avoir de beaux livres comme ça en mains.

    @ Lorhkan : Cela devrait tenir en trois volumes à ma connaissance. Et pour une rencontre, si tu croises Stefan, tu verras il est très sympa également. Un beau livre qui se laisse bien porter par une belle rythmique.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai bien envie de le lire celui-là. Je me demande s'ils l'ont pas acheté à la bibliothèque en plus...

    RépondreSupprimer
  8. Okay, c'est bon tu m'as convaincue de tenter cet auteur... en plus un liégeois... faut revendiquer et soutenir nos auteurs locaux!

    RépondreSupprimer
  9. @ Vert : Découvre-le, c'est vraiment chouette ! Belle plume, belle histoire, belle construction.

    @ Valeriane P. : Il est namurois, mais a fait ses études à Liège. De toute façon, tu le croiseras ce soir à Liège ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.