"Planète d'exil" - Ursula K Le Guin

Retour dans le cycle de Hain (ou Ekumen), avec le deuxième tome de la série de Ursula K. Le Guin. Un planet opera fort agréable encore une fois !


+++ La quatrième de couverture +++


Sur Gamma Draconis III, un groupe de colons se retrouve isolé à la suite d'un assaut de l'Ennemi inconnu contre la Ligue de tous les mondes.
Ils attendent des secours des étoiles. En vain pendant six siècles. Et sur cette planète d'exil, ils poursuivent tant bien que mal leur tâche : faire progresser la civilisation des Hilfes, qui en six cents ans n'a pu apprendre l'usage de la roue.
Mais ce monde semble se rebeller contre les sorciers venus des étoiles, les Hors venus.
La paix est-elle encore possible entre les descendants de plus en plus rares des Autreterriens venus des étoiles et les indigènes ?
À mi-chemin de la fantasy et de la science-fiction, Planète d'exil est le deuxième volet du Cycle de Hain qui couvre une partie de la longue histoire de la Ligue de tous les mondes puis de l'Œcumène. il com­prend aussi Le Monde de Rocannon, La Cité des illusions, La Main gauche de la nuit, Les Dépossédés, Le nom du monde est forêt, Le Dit d'Aka et de nombreuses nouvelles.
Ursula Le Guin, l'un des plus prestigieux auteurs de science-fiction, a reçu pour ce cycle plusieurs prix Hugo.


++ Mon avis ++


Sur Gama Draconis, vivent les peuples indigènes et des colons appelés les "Hors venus". Ces derniers tentent autant que possible d'aider le peuple des Hilfes à progresser, ne fussent que pour les aider à découvrir la roue. En tant que colon de la Ligue de tous les Mondes, ils ne peuvent interférer par quelque technologie que ce soit, ils ne peuvent qu'aider les peuples à arriver à leur auto-émancipation. Mais voilà qu'un jour l'hiver arrive. Sauf que sur Gamma Draconnis, une année correspond à 60 ans de nos années terrestres, c'est dire combien l'hiver doit être long ! Dès lors, quand cette saison glaciale arrive, la sudaison démarre pour les Gaal, peuples nomades du Nord, une longue migration vers le Sud. Sauf qu'au passage, ils s'attaquent inexorablement au peuple sédentaire des Hilfes. Si habituellement tout se passe relativement bien pour les Hilfes, c'est parce que les Gaals sont désorganisés. Cependant, cette année, ils ont un chef qui les mène et organise la lutte, rendant le futur incertain pour les Hilfes. Au milieu de cela, se trouve les Hors venus qui habitent à côté des Hilfes et les accompagnent autant que possible dans leur évolution. Sauf que les autochtones sédentaires commencent à voir ces sorciers venus des étoiles d'un mauvais oeil.

Un jour Jacob Agat Autreterre, un Hors venus, va rencontrer Rolerie, fille hilfe, et la sauvera d'une mort certaine. Cela tisse entre eux un lien qui ne fera que grandir avec le temps. Par ailleurs Jacob Agat Autreterre tentera de persuader le Grand Ancien Wold de se laisser aider face à l'invasion des Gaals. Mais pour cela il doit faire confiance à des étrangers qui viennent d'un autre monde : les Hors venus. Pas facile de faire confiance envers l'autre, cet étranger qui peut pourtant nous apprendre quelque chose ? De plus, ce Jacob semble tissé une relation avec une des petites filles de Wold. Une relation entre un Hors venus et une Hilfe ? Est-ce possible ? Acceptable ? Aurait oublié, lui, ce Grand Ancien Wold que lui-même avait une relation avec une Hors venue jadis ? 

Mais les Gaals sont là maintenant. Et Jacob Agat Autreterre va devoir agir, négocier avec Wold, passer outre la méfiance et faire fasse à l'arrivée des guerriers nomades. Résister et survivre tout en essayant de trouver une solution ? Pourquoi pas la force des armes technologiques ? Hors de questions, c'est impossible, ils ne peuvent pas utiliser leur technologie face à ses peuples qui n'ont pas le même niveau technologique. De plus, ces Hors venus semblent avoir été abandonnés à leur sort depuis de très longues années par la Ligue de tous les Mondes. 

"Planète d'exil" reste un roman court. Les choses vont donc se dérouler rapidement. Au regard du lecteur d'aujourd'hui habitué aux briques interminables, cela peut paraître court, voir insuffisant. Pour ma part, je trouve que le volume est plus que suffisant. Ursula K. Le Guin a le dont de tisser des textes efficaces en peu de pages. Par ailleurs, le rythme de sa narration est relativement lent, on est loin de l'enfilade de scènes d'actions. Ce qui intéresse dans la lecture de Le Guin, c'est le côté quasi anthropologique de la rencontre des peuples, de la confrontation des différences, de leur sublimation et du dépassement des peurs de chacun. Le livre rebutera sans doute ceux qui n'aime pas la rythmique de Le Guin, d'autres me diront que ce n'est pas ce qu'elle a fait de meilleur, mais toujours est-il que j'ai apprécié ma lecture et que je continuerai à découvrir ses romans situés dans ce cycle de Hain (ou Ekumen, etc.). Ursula K. Le Guin est une voie particulière de l'Imaginaire, une auteur avec un ton et un rythme unique, reconnaissable. Par ailleurs, avec son choc des cultures, Le Guin nous amène à réfléchir, mélangeant les genres SF et quasi fantasy, nous emmenant ailleurs, tout en questionnant l'homme mais en offrant comme solution la rencontre et l'échange car seul on n'arrive à rien.


"Planète d'exil" - Ursula K Le Guin "Planète d'exil" - Ursula K Le Guin Reviewed by Julien le Naufragé on mercredi, septembre 17, 2014 Rating: 5

4 commentaires:

  1. J'étais censé lire du Le Guin lors de ce Summer Star Wars... Raté ! Ce sera pour la prochaine fois, où même avant, tant cette dame est incontournable.

    RépondreSupprimer
  2. Pas encore lu celui-ci, mais il me fait forcément très envie.

    RépondreSupprimer
  3. @ Lorhkan : Il est encore temps de le lire hors challenge. Je comptais en lire trois d'elle, j'en ai lu qu'un moi ;-)

    @ Baroona : J'en ai pas encore lu assez pour te dire s'il est mieux ou moins que d'autres. Mais il est bien sympa. ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Et le meilleur est à venir, vu que toi tu lis dans l'ordre ^^

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.