"La petite déesse" - Ian McDonald

Depuis la lecture de "La maison des Derviches", je suis fan de Ian McDonald. Et de l'avoir rencontré et discuté avec lui lors de la remise du Prix Planète SF 2013, il me parraît encore plus sympathique (ce qui est totalement subjectif j'en conviens). Pourtant, j'ai l'impression d'être passé à côté de ce recueil de nouvelles très bien écrit. Un bon livre au mauvais moment ? Il va falloir que je relise cela... car j'ai y ai mis trop d'attentes je crois.


+++ La quatrième de couverture +++

En 2004, Ian McDonald publiait en Angleterre un roman d'une ambition peu commune dans le paysage de la science-fiction contemporaine, Le Fleuve des dieux, un livre monstre de plus de 600 pages, aux multiples intrigues situées dans une Inde de 2047 balkanisée et en proie à une sécheresse sans précédent. Le prix de la British Science Fiction Association a récompensé ce roman qui s'est aussitôt imposé comme le Blade Runner du début de XXIe siècle. Son édition française a reçu le Grand Prix de l'Imaginaire.
En 2009, Ian McDonald a rassemblé sous le titre La Petite Déesse les sept nouvelles et courts romans qu'il avait écrits sur cette même Inde du futur. On y découvre, souvent par le biais du regard d'enfants, un sous-continent où les hommes sont quatre fois plus nombreux que les femmes, où se côtoient puissants, gens d'une extrême pauvreté, intelligences artificielles et stars virtuelles, tous confrontés à des menaces d'un genre nouveau.



+++ Mon avis +++


Faut-il encore présenté Ian McDonald ? Cet auteur est une figure éblouissante de la SF d''aujourd'hui. Un auteur anglais qui a du style dans l'écriture, des personnages bien ciselés, du sense of wonder dans ses récits et une réelle approche d'anticipation. Bref, cet auteur est plein de qualités et fait partie du haut du panier selon moi. Et qu'on ne vienne pas dire que la SF est pauvre aujourd'hui avec des auteurs de cette qualité !

J'ai longuement hésité à lire "Le Fleuve des Dieux" avant de lire ce récit. Peut-être aurais-je du écouter la petite voix qui m'y poussait. Pourtant j'ai préféré suivre les avis de mes compagnons me disant qu'il n'était pas indispensable d'avoir lu ce premier roman pour s'immiscer dans ces nouvelles regroupées dans "La petite Déesse". Je veux d'ailleurs bien les croire. Et je me suis donc lancé dans ce recueil car celui-ci était le dernier livre paru de Ian McDonald. Pourtant, si j'ai apprécié ce recueil de bout en bout, si j'ai aimé le style et le fait de se perdre dans un récit d'anticipation se déroulant en Inde, j'avoue avoir été un peu perdu ou dérouté par instant. Peut-être aurais-je du finalement lire "Le Fleuve des Dieux" en premier, histoire de me plonger dans cette suite de textes avec plus de plaisir, comme si je retournais en terrain connu ? Peut-être aurais-je du lire ce bouquin moins dans l'urgence et dans un moment de moindre fatigue ? Peut-être en attendais-je trop de ce recueil ? Peut-être... Peut-être... Mais peut-être, et c'est fort probable je pense, que je devrais relire ce recueil plus posément ? Histoire de mieux en profiter. 

Pourtant ce recueil est plein de qualités. Et j'ai pris pas mal de plaisir à sa lecture. Au travers des 7 récits qui font ce livre, Ian McDonald va nous transporter dans son Inde de 2047. Anticipation de ce que pourrait être l'Inde dans quelques années, balkanisée et soumise à de nombreux conflits, toujours soumise au poids des tradition et de la pauvreté, toujours assommée par le poids des grandes entreprises et de la privatisation de toutes choses, et confrontée à la virtualisation des vies, du mélange du virtuel et du réel... Ian McDonald est très fort à ce jeu là. Il anticipe sur ce que pourrait être notre futur mais dans un pays autre que nos contrées occidentales. Ces deux axes concourent à créer un sense of wonder vraiment efficace et permettent à l'auteur de moderniser et réactualiser le cyberpunk. Par ailleurs, tout ce est un contexte, certes riche, mais qui permet à Ian McDonald d'insérer des personnes dans un récit et à les confronter à différentes situations, nous invitant à les suivre, à voir comment ceux-ci vont réagir, qu'ils soient riche, pauvre ou déesse vivante. Chacun est coincé dans sa vie et cherche à l'améliorer d'une manière ou d'une autre. Et une fois de plus, l'auteur nous montre sa force en créant des personnages divers que l'on a envie de suivre, dont on sent les émotions, dont on vit les luttes, avec qui on subit les jougs imposés. Bref, Ian McDonald est un auteur très fort et très doué que je ne peux que conseillé ! 

Alors pourquoi suis-je passé partiellement à côté ? Car j'y ai pris du plaisir aussi ! Je ne saurais le dire. Certains textes m'ont vraiment plu tandis que pour d'autres je me suis un peu perdu dans le contexte. Alors une seule solution s'offre à moi : relire ce livre, doucement, au gré du plaisir et du phrasé, et m'immiscer ailleurs et demain dans un autre pays. Peut-être après avoir enfin lu "Le Fleuve des Dieux" ? Et pour ceux qui ont déjà lu ce dernier, je ne peux que conseiller "La petite Déesse" malgré ma lecture mitigée. 

Lire les avis de  : Efelle, Lorhkan, Gromovar .
"La petite déesse" - Ian McDonald "La petite déesse" - Ian McDonald Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, juin 28, 2014 Rating: 5

3 commentaires:

  1. De toute façon j'avais prévu de lire Le fleuve des dieux avant (mais je fais une pause là, 3 Ian McDonald en 3 mois ça fait déjà beaucoup xD)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup apprécié de recueil, du Ian McDonald pur jus, c'est à dire passionnant. Et intelligent.

    Il se lit indépendamment du reste, mais je pense quand même qu'il prend toute sa saveur si on a lu "Le fleuve des dieux" avant, et qu'on a le contexte bien en tête. Il y a une vraie saveur en plus je pense.

    RépondreSupprimer
  3. Lorhkan m'a grillé mais je pense aussi en effet que la lecture préalable du Fleuve des dieux est un réel avantage pour en comprendre tous les clins d'oeil et autres subtilités.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.