"Le temps désarticulé" - Philip K. Dick

Retourner dans l'oeuvre de Philip K. Dick est souvent un plaisir. Retour en territoire connu donc pour un livre finalement assez sympathique.


++ La quatrième de couverture ++


Dans cette bourgade aux airs de rêve américain, Ragle Gumm est une petite célébrité : il cumule plus de victoires que n'importe qui au jeu « Où Sera Le Petit Homme Vert La Prochaine Fois ? », proposé quotidiennement par le journal local. Une occupation qui lui assure des revenus modestes, mais qui lui laisse aussi beaucoup de temps libre, qu'il meuble en flânant de-ci de-là, toujours à la recherche d'objets insolites. C'est ainsi qu'il tombera un jour sur un annuaire falsifié, puis plus tard sur une revue populaire à la gloire d'une certaine Marylin Monroe dont personne n'a jamais entendu parler… 

++ Mon avis ++


Cela faisait quelques temps que je n'avais pas lu un livre de Philip K. Dick mais "Le temps désarticulé" se révèle être rapidement un livre dickien. En quelques lignes on retrouve les ambiances propres aux livre de Dick. Une certaine atmosphère, une banalité installée, un personnage bien campé, qui se met à s'interroger sur ce qui l'entoure et à douter de la réalité. Profondément paranoïaque, les livres de Philip K. Dick le sont surement. Probablement pas tous, mais comme je ne suis pas un expert de l'auteur, je ne me lancerai pas dans l'analyse profonde de tout ce que l'auteur a écrit. Et de la quantité il en a produite, tant en nouvelles qu'en romans. 

"Le temps désarticulé" est un titre que je ne connaissais pas. Par ailleurs, la quatrième de couverture annonce ce livre comme ce qui a inspiré le film "The Truman Show" de Peter Weir. Inspiration mais pas adaptation. Les histoires sont différentes même si de nombreux parallèles existent, un certain feeling existant entre les deux histoires. Néanmoins, la fin est assez divergente entre les deux récits. On est donc bien loin d'une quelconque émission de télé  réalité avec ce roman.

Un récit de début de carrière pour Philip K. Dick, qui n'est pas d'une grande richesse stylistique (si tant est que Dick fut un jour un styliste), mais on trouve déjà les germes des questionnements qui se développeront dans ces nouvelles et romans futurs. 

Le récit s'installe lentement comme la vie pépère et bien rangée de la vie d'une banlieue américaine des années 50. Ragle Gumm passe ses journées à "travailler" pour trouver la réponse à ce concours du journal : "Où sera le petit homme vert la prochaine fois?". Un jeu dans lequel il excelle et qui lui rapporte suffisamment pour en vivre. Ainsi se passent les jours : tranquillement, sans surprise, bref routinière. Mais voilà qu'un jour, Ragle Gumm découvre un annuraire téléphonique étrange, sans parler de ce magazine qui mentionne une certaine Marilyn Monroe que personne ne semble connaître autour de lui. Des questions émergent, des doutes s'installent jusqu'à vouloir voir ce qu'il y a plus loin que cette ville sans nom dans laquelle il vit.

"Le temps désarticulé" de Philip K. Dick est certes un roman des débuts. Un peu lent au début et manquant un peu de rythme de manière générale, néanmoins, je dois bien avouer que ces défauts ne m'ont aucunement retiré le plaisir de lecture de ce court roman. Rapidement lu, j'ai pris plaisir à trouver les différence avec le film sus-mentionné.Un roman bien recommandable finalement.
"Le temps désarticulé" - Philip K. Dick "Le temps désarticulé" - Philip K. Dick Reviewed by Julien le Naufragé on lundi, mars 31, 2014 Rating: 5

8 commentaires:

  1. Ce sera une de mes prochaines lectures de Dick. Même ses oeuvres de jeunesse, qui ne sont pourtant pas sans défauts, se lisent remarquablement bien !

    RépondreSupprimer
  2. Pareil, je lui ai trouvé des défauts mais ça n'a pas gêné ma lecture, j'ai trouvé la chose très intéressante!

    Et parano, il l'est, sûrement, et son oeuvre encore plus ;-p.

    RépondreSupprimer
  3. Encore un pitch intriguant, mais avec Dick, c’est une habitude ! :D Je ne savais pas que c’était cette nouvelle qui avait inspiré le Truman Show, c’est intéressant.

    RépondreSupprimer
  4. @ Lorhkan : Pas sans défauts mais c'est aussi ce qui donne son sel finalement.

    @ Cachou : Je me suis bien plu dans cette lecture. Et la paranoïa de Dick a donné quelques bons livres et nouvelles.

    @ Escrocgriffe : C'est différent du Truman Show tout de même ;-)

    RépondreSupprimer
  5. C'est vraiment difficile de ne pas en dire de trop avec les intrigues dickiennes. Sans spolier l'intrigue, je trouve toutefois le parallèle avec Truman Show peut-être un peu exagéré ; ce livre, en tant qu'oeuvre de jeunesse, est surtout intéressant dans ce qu'il pose comme fondations pour l'ensemble de l'oeuvre de Dick : des questionnements, philosophiques, tant sur la place de la réalité dans la perception de l'individu, que sur la présence éventuelle d'un complot englobant toute la civilisation humaine. C'est de tout cela que se sont inspirés depuis bon nombre de cinéastes, surtout depuis que le concept de "réalité virtuelle" est entré dans la culture générale. On peut saluer la "prescience" de Dick qui avait senti venir ces considérations pour le tournant de ce siècle.

    Salutations cher naufragé !

    RépondreSupprimer
  6. @ Marcel Trucmuche : Salut à toi et merci encore de ton passage. C'est vrai que l'on retrouve ici les fondements, mais je pense continuer à creuser avec les années sont oeuvre oh combien large et psychotique.

    RépondreSupprimer
  7. Je te conseille vivement la lecture de "Je suis vivant et vous êtes mort" d'Emmanuel Carrère. Et après, la "trilogie divine". Mais tu peux prendre ton temps et passer par Ubik, le Dieu venu du centaure, Loterie solaire (son premier roman SF), L'oeil dans le ciel...
    N'en jetez plus la cour est pleine !

    RépondreSupprimer
  8. @ Marcel Trucmuche : Le Carrère, j'y avais déjà pensé. La "Trilogie divine", je dois en avoir un en attente à la maison ;-) Pour "Ubik", lu il y a des années, je serais presque tenté de recommencé tant les détails généraux se sont effacés. J'ai lu "Le dieu venu du Centaure" aussi. Mais pas "L'oeil dans le ciel" etc. Ce qui est pas mal, ce sont les rééditions des nouvelles en poche chez Folio SF, d'autant que les recueils sont épuisés.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.