"Le village évanoui" - Bernard Quiriny

C'est au travers de  l'émission radio "Mauvais genre" que j'ai découvert ce livre et eu envie de le lire. Une sympathique découverte d'un auteur belge qui a migré en France. 


++ La quatrième de couverture ++


Un beau matin de septembre, les habitants de Châtillon-en-Bierre se retrouvent confrontés à un curieux phénomène : il leur devient soudain impossible de quitter leur village. Les routes n'aboutissent plus nulle part, tout comme les coups de téléphone et les e-mails. Après la sidération du début, il faut très vite affronter des questions pratiques (comment manger, se soigner, etc), puis des questions métaphysiques. Les Châtillonnais sont-ils désormais seuls dans l'univers ? Est-ce un signe de Dieu ? Jouant de situations tantôt cocasses, tantôt tragiques, Bernard Quiriny signe une savoureuse fable sur la démondialisation doublée d'une interrogation sur le sens de l'existence. 


++ Mon avis ++

Si je connaissais déjà Bernard Quiriny de nom, je n'avais encore jamais lu aucun de ses livres. Et c'est de l'avoir entendu à l'émission radio Mauvais Genre, à propos de son dernier livre "Le Village évanoui", qui m'a donné envie de le lire. Mais peut-être qu'un jour je continuerai sur d'autres livres comme "Les contes carnivores" ou "Les assoiffées".

Le roman, "Le village évanoui", est assez court : un peu plus de 200 pages. Mais je dois bien avouer qu'entre quelques briques, un roman bien ramassé en quelque pages, cela fait plaisir. Le ton de l'écriture est relativement léger comparativement aux sujets traités. Imaginez : vous vivez dans un village. Et comme la plupart des villageois, vous travaillez en ville ou à quelques kilomètres de là où vous habitez. Mais voilà qu'un matin, le bout du monde est devenu la limite du village. Plus moyen de sortir, impossible d'aller travailler. Catastrophe ! Pire que cela : que fait-on dans un monde comme aujourd'hui où tout est importé d'ailleurs, où la plupart d'entre nous ne savent plus cultiver. Comment vivre quand on ne livre plus d'aliments à la supérette du coin?  Comment vivre quand le pétrole n'arrive plus au village pour se chauffer l'hiver? Une seule solution : s'adapter. Et c'est là que l'on voit les choses se développer. Certains proposent une sorte de communisme pour que tous survivent. Par  ailleurs, l'équilibre des forces changent : ce sont les manuels qui ont les meilleures compétences et les intellectuels qui ne servent plus beaucoup. Dans ce genre de scénario, les agriculteurs deviennent ceux qui ont le pouvoir car ils nourrissent la population. Mais comment cultiver sans gazoil pour le tracteur? Tout doit se repenser. Partager? Peut-être mais certains ne sont pas d'accord ; et plutôt que de suivre la ollectivité organisée, il préfèrent se retrancher chez eux, ériger des clôture, privatiser leur espace et leurs revenus issus de la terre.

Au travers d'un tas de situations absurdes, Bernard Quiriny offre pas mal de réflexions. Celles-ci ne sont pas toutes abouties car son livre est avant tout un roman et non un travail d'analyse de prospective territoriale. Cela pourra paraître gênant mais plutôt que de fournir des idées de solutions arrêtées, il offre surtout à réfléchir en distrayant. Un sourire au coin des lèvres on suit ainsi, de manière un peu détachée et factuelle, les mésaventures des villageois. De manière détachée car plutôt que de suivre un narrateur avec lequel on s'identifierait, Bernard Quiriny  préfère un tableau plus large, passant d'un personnage vers un autre, brossant ainsi l'image d'un village en état de survie post-carbonne. Au travers les malheurs de nos personnages, on sent que l'auteur ne voit pas cette situation comme un malheur, un peu comme s'il anticipait cette situation, s'y préparant, l'attendant presque. "Le village évanoui" offre donc une vision de la décroissance fort romanesque mais assez agréable. Le tout dans un décorum rural fort sympathique qui change carrément des romans post-apocalyptiques urbains.

Bref, "Le village évanoui" est donc un roman agréable qui offre une réflexion intéressante. On mettra dans la colonne "défauts" le nombre de thèmes ouverts et non creusés ainsi que la distance qu'il met, via son écriture, entre les personnage et nous. Cela dit, il est presque impossible d'approfondir tous ses sujets... Néanmoins, "Le village évanoui" reste un bon roman à lire car il fait réfléchir !
"Le village évanoui" - Bernard Quiriny "Le village évanoui" - Bernard Quiriny Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, mars 29, 2014 Rating: 5

3 commentaires:

  1. J'avais moi-même entendu l'émission de "Mauvais Genres" dont tu parles et c'est vrai que ça donnait envie...

    A.C.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu aussi :-) Et e viens de le "chroniquer" justement.
    C'était aussi une agréable lecture. J'ai trouvé certains passages peut-être un peu plus lent, mais c'est juste que ça ralentissait le rythme.
    Sinon, vraiment une belle et cynique vision d'un monde enfermé...

    RépondreSupprimer
  3. @ A.C. de Haenne : Nous écoutons donc les mêmes émissions de radio ;-)

    @ Valériane : Lecture en parallèle donc. C'est clair que le livre fait réfléchir et cela m'a plu.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.