"La vague montante" - Marion Zimmer Bradley

Le passager clandestin est une maison d'édition que je découvre enfin. Sa collection les Dyschroniques me tentait  déjà rien que d'en avoir entendu parlé. Mais voilà qu'enfin j'en lis un ouvrage, et un bon, avec "La vague montante" de Marion Zimmer Bradley. Un livre à mettre entre toutes les mains, jeunes, vieux et autres adultes.

++ La quatrième de couverture ++ 

En 1955, Marion Zimmer Bradley imagine une société d abondance frugale soustraite à l empire de la technologie.

+++ Mon avis +++

Le "Homeward" est un vaisseau spatial qui rentre sur terre. Son équipage est constitué des descendants du "Starward", un vaiseau colonisateur naufragé sur Alpha du Centaure. Entre leur départ et leur arrivée, il s'est écoulé 5 siècles sur Terre. Bien évidemment, nos héros pensent trouver sur terre une société technologique de haut niveau, car si l'homme a pu coloniser d'autres planètes, il a surement pu développer la technologie à un niveau inimaginable. 

Et pourtant... Arrivé sur terre, la désillusion est grande. La société qu'ils rencontrent est tout autre que celle espérée, voir rêvée. L'homme du futur est un homme qui est retourné à la terre, vivant de manière frugale et proche des besoins réels qui sont les siens. Les notions de nation n'existe plus et l'autogestion collective, plutôt tribale, est devenu la manière de structurer la  société. L'homme ne vit plus dans des cités mégalomaniaques mais dans des villages à taille humaine où les groupes sont à dimensions choisies pour éviter tout soucis d'autogestion. Mais dans cette  société l'homme semble avoir oublié la science et la technologie pour devenir une société agricole. 

Cette nouvelle société ne plaira pas à tout l'équipage bien sur mais c'est cette dualité d'option qui permettra d'amener les questions et les réflexions. Les technologistes auront des préjugés sur  cette nouvelle société mais il en va de même réciproquement et cela amènera, comme dans un bon roman de SF, son lot de questionnements. 

Bien sur, vu au travers du regard d'aujourd'hui, "La vague montante" peut donner l'impression d'être un bête roman pro-décroissant qui promeut une vie frugale et autogestionnaire . Il est tout autre car il est précurseur, certes pas autant que les textes d'Epicure, mais ce texte de Marion Zimmer Bradley, publié en 1955 a une longueur d'avance sur nos réflexions écologistes d'aujourd'hui. Porter ce regard visionnaire dans les années d'après guerre, dans la période des trente glorieuses, cela prouve que Marion Zimmeer Bradley avait un regard plutôt lucide. Elle prouve également un certaine originalité dans cette période de  l'âge d'or de la SF en offrant un texte à visée pacifique alors que d'autres offraient des textes guerriers  et bassement colonisateurs. A l'instar d'un Clifford D. Simak, elle offre une SF bien plus lucide et intéressante par les questions qu'elle apporte. Marion Zimmer Bradley est une grande dame de la SF qui nous a malheureusement quitté en 1999. Une auteure qui mériterait que l'on édite l'un ou l'autre recueil de ses nouvelles SF qui apportent une réflexion intéressante.

Par ailleurs ce petit livre sort dans une collection intéressante profitant d'une superbe maquette graphique. Outre la novella, la maison d'édition le Passager Clandestin offre une mise en contexte du récit qui est intéressante en fin de roman. Une belle collection que ces Dyschroniques qu'il faudra garder à l'oeil. Ce livre a également fait l'objet d'un financement participatif qui a aidé à la publication de cet ouvrage. Un bel exemple de financement alternatif qui permet de réduire l'impact des banques sur la réalisation d'un ouvrage.

Ais-je signaler que "La vague montante" de Marion Zimmer Bradley est vraiment une très bonne novella ?!!

"La vague montante" - Marion Zimmer Bradley "La vague montante" - Marion Zimmer Bradley Reviewed by Julien le Naufragé on mercredi, décembre 04, 2013 Rating: 5

5 commentaires:

  1. Bonjour! Le synopsis et ton avis me donne envie de découvrir ce livre! Je ne connaissais Marion Zimmer Bradley, mais je vais m'y intéresser de plus près.

    RépondreSupprimer
  2. 1999 ?

    14 ans déjà qu’elle est partie, que le temps passe vite… :( Merci pour ce bel article, il est clair que dans le contexte des Trente Glorieuses, cette approche non militariste était pour le moins original !

    RépondreSupprimer
  3. Faut que je mette la main sur celui-là, ca m'intrigue en plus de voir ce qu'elle a pu écrire en dehors de Ténébreuse et cie...

    RépondreSupprimer
  4. Une collection que je trouve toujours un peu chère, mais qui offre des textes intéressants. Celui-ci en fait incontestablement partie !

    RépondreSupprimer
  5. @demisev : vas y , fonce c'est une bonne auteure.

    @escogriffe : c'est certain que vu d'aujourd'hui celà l'est moins mais à son époque celà devait changer du reste des productions des auteurs mâles.

    @vert : testes le, il y a des choses proches de ténébreuse dans lapproche. et d'ailleurs je dois continuer ténébreuse, je nai lu que 2 romans du cycle.

    @lorhkan : la qualité est au rdv, alors te fait pas prier ;-) mais c'est certain que le prix, comparer au nombre de pages, peut freiner. néanmoins c'est dans un prix très abordable, prix d'un poche

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.