"Crash !" - J.G. Ballard


Comment écrire un article sur "Crash !" sans avoir l'air ridicule? Ce livre est devenu un classique de la SF alors que ce roman est aux marges de ce que le genre a pu offrir. Mais son écriture obsédante, pulsionnelle, charnelle et bouffie de violence vous hypnotise et vous scotche tout en vous choquant.Une vraie réussite.


+++ La quatrième de couverture +++

Après avoir causé la mort d'un homme lors d'un accident de voiture, James Ballard, le narrateur, développe une véritable obsession pour la tôle froissée. Enrôlé par Vaugham, un ex-chercheur qui aime reconstituer des accidents célèbres et va même jusqu'à en provoquer pour assouvir ses pulsions morbides, Ballard se verra progressivement initié à une nouvelle forme de sexualité : le mariage de la violence, du désir et de la technologie. Avec Crash !, premier volet de la «Trilogie de béton, J. G. Ballard ausculte les rapports de l'homme à la technologie dans un monde perverti par les machines, et livre un roman troublant, qui mêle perversion sexuelle et réflexion politique.


+++ Mon avis +++

C'est mon camarade Efelle qui m'a donné envie de sortir enfin ce livre de ma bibliothèque. Mais il faut bien avouer que le Bifrost spécial Ballard avait déjà amorcé ce choix. Il fallait donc bien que j'amorce enfin un retour dans l'oeuvre de Ballard, auteur phare de la SF britannique ainsi que de ce que l'on a appelé la "new wave" en science fiction.

Après avoir causé un accident mortel, notre narrateur, James Ballard lui-même va rencontrer Vaughan. Ce dernier, obsédé par les accidents de voitures, va l'initier à une nouvelle sensualité où l'érotisme tient autant des corps défigurés que des mécaniques déformées. Mais côtoyer ainsi la mort éveille la pulsion de vie : la sexualité. Celle-ci, débarrassée de toute émotion, devient un pur acte mécanique et charnel. La voiture elle-même, sous l'initiation noire et violente de Vaughan, va devenir un objet de désir, un objet sexuel. 

"Crash !" est un roman publié en 1973 et qui est bien loin de la vénération de la technologie, celle sensée nous libérer et apporter le bonheur, cette vision de l'âge d'or de la SF. A l'opposé donc, J.G. Ballard nous offre un roman très noir et vraiment dérangeant. Il est néanmoins subjuguant par son écriture organique, sensuelle et pornographique car s'offre à nous un voyeurisme envoutant empli de descriptions charnelles déstabilisantes. Dans "Crash !" se côtoient les relations à la technologie et à la mécanique mais surtout celle de la vie et de la mort. La rencontre de l'un avec l'autre s'imbrique, se percute, se détruit, jouit, vit et meurt. La voiture, extension du pouvoir de l'homme, symbole phallique et guerrier, devient un objet de désir mais aussi un objet de mort. Il amplifie la vie et magnifie la mort. La  sexualité comme pulsion de vie. La voiture, engin meurtrier, comme pulsion de mort. Eros et thanatos.

Dérangeant mais époustouflant, "Crash !" est à coup sur marquant. J'ai adoré !

A lire également : la chronique d'Efelle.
"Crash !" - J.G. Ballard "Crash !" - J.G. Ballard Reviewed by Julien le Naufragé on mercredi, juillet 03, 2013 Rating: 5

5 commentaires:

  1. Dérangeant et marquant, durablement.
    Ballard a réussi son coup.

    Je t'attends sur la suite.

    RépondreSupprimer
  2. Un blog que je découvre! Très chouette. Je repasserai.

    RépondreSupprimer
  3. @ Efelle : Je ne sais pas encore quand je lirai la suite. J'ai lu cela hors de la trilogie assemblée par Denoel. Bouqin d'occasion donc. J'ai bien IGH mais pas l'autre. Reste à placer cette lecture dans mon timing ;-)

    @ Voyelle et Consonne : Merci pour ton commentaire et ta découverte. En espérant que mes articles futurs et passés te plairont. Peut-être y découvriras-tu des envies de lecture.

    RépondreSupprimer
  4. Livre que je dois decouvrir! Auteur que je dois decouvrir!
    Tu vends bien ta lecture.

    RépondreSupprimer
  5. @ Valeriane : Il y a encore plein d'autres livres à lire de Ballard et pour beaucoup de bonne qualité je pense !

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.