"La planète aux vents de folie" - Marion Zimmer Bradley (La Romance de Ténébreuse)

Il faut bien l'avouer, je n'avais encore jamais lu du Marion Zimmer Bradley. Mais une fois que j'ai reçu ce livre, j'ai eu assez envie de m'y plonger rapidement. Et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert "La Romance Ténébreuse" au travers du premier roman de cet intégrale : "La Planète aux vents de folie".


++ Quatrième de couverture ++

Un astronef s'écrase sur une planète inconnue. Les survivants - des pionniers que le vaisseau transportait vers une colonie lointaine - pourront-ils le réparer et repartir vers leur destination initiale ? Ils devront reconstruire les machines nécessaires à partir des matériaux locaux, au risque de détruire l'écologie de la planète. Certains veulent s'établir sur place et s'adapter à cet environnement étrange. Mais voici que se lèvent des vents apportant avec eux des pollens aux mystérieux pouvoirs. Les hommes de la planète Ténébreuse ne seront plus jamais les mêmes.


+++ Mon avis +++

Les éditions Pocket continue à faire du bon travail en remettant à disposition du public son catalogue des références SF d'autrefois. Après avoir travaillé sur Anne McCaffrey, il semblerait que cela soit au tour de Marion Zimmer Bradley avec "La Romance de Ténébreuse". Devrait suivre, si j'ai bien compris, 3 volumes d'intégrales de "L'âge de Régis Hastur", soit 8 romans.

"La Romance de Ténébreuse" est une intégrale qui reprend trois livres de Madame Bradley, à savoir "La Planète aux vents de folie", "Reine des orages" et "La belle fauconnière". Soit 995 pages, une belle brique mais qui tient bien en mains dans le format proposé par Pocket. Sorti en 1972, "La planète aux vents de folie" fut disponible en français à partir de 1977. Et depuis 1991, Pocket a régulièrement réédité les livres de la "Romance de Ténébreuse". Seulement il semble que depuis 2000, le cycle a sombré dans l'oubli général. Pocket nous offre donc l'occasion de redécouvrir ce cycle de science fantasy. Notamment pour un inculte comme moi. 

Tout commence par un accident, schéma classique du space/planet opera. Un astronef s'écrase sur une planète inconnue mais semblant néanmoins propice à la vie. Rapidement les premiers survivants vont s'organiser, non sans mal car entre les colons et l'équipe du vaisseau s'installera une tension. Les premiers étant prêt à s'installer ici plutôt qu'à leur première destination. Les seconds cherchant encore à pouvoir quitter cette planète. Malheureusement, les dégâts sont trop grands et les métaux peu disponibles. Il faudra bien accepter l'inexorable : cette planète deviendra leur nouveau foyer. Cependant, ce monde s'il est viable, semble doter d'une météo capricieuse sans oublier l'étrangeté intrinsèque de ce nouveau monde. Ne voulant pas détruire l'écologie de cette planète, évitant ainsi de répéter les erreurs commises sur Terre, les hommes vont devoir faire des choix. Tout semble aller pour le mieux, malgré quelques tensions social dans le groupe. Mais voilà les survivants confrontés à un nouveau problème : ces vents qui amènent avec eux des pollens mystérieux qui plongent les humains dans un état second, extatique et lubrique. Au passage de ces vents, des hommes se découvriront des dons particuliers qu'ils ne possédaient pas sur terre. Mais l'effet de ces vents amène également des conséquences sociales dans le groupe, car sous l'emprise de la folie nombre d'entre eux se lancent dans des ébats sexuels incontrôlés qui ont des conséquences une fois la lucidité revenue. 

Ouverture de "La Romance de Ténébreuse", "La planète aux vents de folie" offre une agréable découverte (même si le schéma reste classique). Déjà il y a l'exotisme d'un nouveau monde, mais aussi l'aventure au travers des dangers auxquels les survivants doivent faire face, sans oublier Marion Zimmer Bradley qui construit intelligemment les tensions de son groupe. D'une écriture bien maîtrisée elle tisse des relations entre les gens sans tomber dans la mièvrerie, elle met en tension des groupes sur leurs attentes, leurs espoirs et les conséquences de leurs actes. Bref, sur 220 pages elle offre un roman plutôt intelligent. Le coup du crash de l'astronef rappel d'autres schémas empruntés à Jack Vance et la colonisation me fait penser à une autre grande dame de la science fantasy qui est Anne McCaffrey. Comme cette dernière, Marion Zimmer Bradley a une belle plume, un brin plus chargée que McCaffrey mais très agréable à la lecture. 

Bref, cette première intrusion sur Ténébreuse fut un vrais plaisir. Je crois que j'aime assez bien ces schémas de colonisation d'un monde vierge car il permet de créer des tensions sociales intéressantes. A voir ce que donnera la suite de cette série dans les deux romans suivant de cette intégrale. 


+++ Mais encore +++



Septième participation au Summer Star Wars Challenge en sa version 2012. 
Autres Billets space opera et planet opera des précédents challenges éponymes.









+++ Le livre +++
  • Broché: 995 pages
  • Editeur : Pocket (12 juillet 2012)
  • Collection : Pocket
  • Traduction : Annette Vincent pour le texte 
  • Illustration : Miguel Coimbra
"La planète aux vents de folie" - Marion Zimmer Bradley (La Romance de Ténébreuse) "La planète aux vents de folie" - Marion Zimmer Bradley (La Romance de Ténébreuse) Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, septembre 01, 2012 Rating: 5

13 commentaires:

  1. Oh, tu me donnes envie de m'y remettre. Ca fait quelques années que je n'en ai plus lu, j'ai eu une grosse période Marion Zimmer Bradley pourtant!

    Mon préféré restera toujours le tout premier que j'ai lu, la découverte, ado, faite en même temps que PKD: "L'étoile de tous les dangers"...

    RépondreSupprimer
  2. @ Cachou : Je viens de terminer le deuxième roman, "Reine des orages". Très chouette aussi mais bien plus pompeux dans la romance. Beau style également, belle imagination et monde inventif, entre technologie dépassée fonctionnant grâce aux pouvoir psy plus les intrigues entre les hommes et femmes, la corruption du pouvoir etc. Cela a quelque de presque Tolstoïen en fait :-D D'une écriture presque classique aussi.

    RépondreSupprimer
  3. je l'ai lu il y a super longtemps et tu me donnes envie de m'y replonger!

    RépondreSupprimer
  4. J'avoue que ce volume me tente, mais j'ai fait une légère overdose de MZB à une époque sur ses textes arthuriens, j'ai un peu peur de m'y remettre xD

    RépondreSupprimer
  5. j'avais gardé un plutot bon souvenir de la reine des orages (même si comme tu dis un peu pompeux et ancien), puis j'ai lu récemment la belle fauconnière qui m'a beaucoup déçue (cf sur mon blog ^^). résultat, j'ai encore la planète au vent de folie dans ma PAL mais je pense m’arrêter là, c'est trop vieux jeu pour moi.

    RépondreSupprimer
  6. @ Phooka : Pour ma part, je découvre seulement maintenant. C'est un plaisir. Mais si je te donne envie de t'y replonger, c'est que le livre est bien non?

    @ Vert : Je peux comprendre. Moi je n'ai jamais lu du MZB avant. C'était l'occasion. Quelque chose de moins convenu aujourd'hui : la science fantasy. A tester l'occasion si l'envie te reprend.

    @ Lael : "La Belle Fauconnière" est la suite. J'ai envie de le lire, mais le style plus classique et mélodramatique "La reine des orages" m'a donné envie de faire une pause entre les deux. J'y reviendrai prochainement quand même pour terminer le livre. :-)

    RépondreSupprimer
  7. @julien heu c'est pas vraiment la suite, les persos sont différents. Enfin chronologiquement ça doit se passer juste après je suppose.

    RépondreSupprimer
  8. @ Lael : Chronologiquement c'est la suite. Certes ce ne sont pas les mêmes perso, mais cela se passe sur la même planète et on est bien plus loin dans le temps, après la colonisation de la planète. Ce n'est donc pas à proprement parlé la suite de la même histoire avec les mêmes personnages, on pourrait même lire les livres de manière indépendante, mais cela reste une évolution de l'histoire de Ténébreuse. Un peu comme pour les romans de Pern.

    RépondreSupprimer
  9. J ai adore les 27 tomes de ce cycle qu est la romance de tenebreuse, nous racontant l evolution de ces humains echoues, perdus et oublies sur cette planete, et qui apprendrons au fil des siecles a maitriser leur "pouvoir" tout en respectant leur environnement.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  11. @ Anonyme : 27 tomes, ouch rien que ça. On verra si je me les lis tous! ;-) Par contre j'aime assez bien les tensions qui peuvent se créer entre les parties, les personnages et ce respect de l'environnement qui tente d'être maintenu.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai pris soin d'avoir tous les livres traduits en français, lorsque je me suis lancée dans Ténébreuse! Et je n'ai pas regretté, j'ai été emportée par cette saga. Certains livres sont moins bons que d'autres, mais l'histoire est toujours intéressante par rapport au point de départ. J'aimerais beaucoup que les derniers en anglais soient traduits, il me tarde de lire la suite!

    RépondreSupprimer
  13. @ Cvrin : Je n'ai pas encore terminé le troisième ouvrage compris dans cette intégrale. La romance parfois alourdit le récit pour moi. Mais j'espère bien terminer au moins cette première intégrale. Mais c'est bien monté dans l'ensemble et bien écrit.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.