"La salamandre" - Jean-Christophe Rufin

Encore un auteur que je n'avais pas encore lu mais dont on me vantait souvent les ouvrages. Sympathique découverte qui me mènera à d'autres lectures...


+++ Quatrième de couverture +++

Catherine, dont la vie s'organisait autour du travail avec la haine des dimanches, le secours de la télévision, l'affection d'un chat et l'usage fréquent de somnifères, tourne le dos à la France pour s'installer au Brésil. Dépassant sa condition de touriste, elle quitte l'univers des agences de voyages pour celui des favelas. La violence avec laquelle les gens se traitent entre eux ne lui est alors plus épargnée. Dans ce récit d'un parcours absolu, Jean-Christophe Rufin livre une tragédie moderne, où l'héroïne semble soudain obéir à une loi profonde qui la pousse à se détruire et à s'accomplir en même temps. À travers ce portrait d'une femme qui se perd et se découvre, l'auteur reprend aussi un thème qui lui est cher, celui de la rencontre entre les Occidentaux et leur tiers-monde fantasmé. Loin de la vitrine exotique et du mythe révolutionnaire, il va au-delà de la vision idéalisée, tout au moins " idéologisée ", du tiers-monde, vers un monde ambivalent, fait à la fois de richesse et de violence, repoussant et attirant.


  +++ Mon avis +++

Au travers de "La Salamandre", Jean-Chritosphe Rufin nous livre une vision non idéalisée du tiers-monde. C'est assez rafraîchissant de lire ce genre de point de vue d'autant plus quand il vient d'une personne qui œuvre dans l'humanitaire au travers de "Action contre la faim". Ce genre de vision réaliste, désillusionnée du monde n'empêche pas pour autant de travailler pour un monde meilleur car plutôt que de prôner un cynisme noir, monsieur Rufin continue le travail d'aide international. 

Mais revenons au livre. Catherine est une fille sans histoires. Une femme qui vit au travers de son boulot et qui passe ses week-ends dans l'ennui le plus profond. Et voilà qu'un jour elle décide, enfin, de partir en vacances. Son choix? Le Brésil. Là s'y retrouve une vieille amie à elle. Après un moment de farniente mérité, après avoir lentement laissé coulé le stress , elle se lance d'une aventure sexuelle avec un jeune homme du coin. Gigolo, le garçon se laisse porté d'autant plus qu'il vient des favelas. De son côté, Catherine, qui au début prenait cela juste pour une amourette de vacances, commence à s'enliser dans une relation qu'elle ne contrôle plus. Enfermé dans son propre plaisir, Catherine décide de s'installer au Brésil pour vivre au plus près de Gilberto. Elle revend tous ces avoirs, investit pour cet homme qui ne semble n'en jamais avoir assez. De là, commence la rapide dégringolade de Catherine qui ne s'en remettra pas. 

Jean-Christophe Rufin est assez sombre dans son propos. Exit l'image idéalisé du "bon sauvage", le sympathique autochtone qui a le cœur sur la main, celui qui vous accueil et vous offre le peu qu'il a. Exit ces images de tiers-mondistes fantasmés que la civilisation occidentale n'aurait pas encore corrompu. Rufin est dur mais nous rappel la réalité telle qu'elle peut-être : froide, calculatrice, intéressée et violente. A trop vivre dans un univers gentil Catherine en oublie que la violence fait partie de la survie des pauvres et que notre prochain n'est pas toujours bon mais parfois mauvais.

Bref, "La Salamandre" n'est pas un roman très positif. Il n'invite pas non plus à la haine de son prochain mais plutôt à réfléchir sur l'image que l'on peut se faire de l'autre qui habite le bout du monde. Il invite également à se regarder soi-même, nous qui pouvons aussi nous enfermer dans des relations tragiques dans lesquelles on peut s'autodétruire. Et celles-ci, on les vit n'importe où dans le monde. Choc des cultures, conflagration des relations sentimentales, Jean-Christophe Rufin réalise ici un livre assez sympathique qui m'a juste donné envie  découvrir un peu plus ses autres écrits.


+++ Le livre +++
  • Broché: 189 pages
  • Editeur : Gallimard (25 mai 2006)
  • Collection : Folio
"La salamandre" - Jean-Christophe Rufin "La salamandre" - Jean-Christophe Rufin Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, avril 14, 2012 Rating: 5

3 commentaires:

  1. Merci pour ce billet qui me donne assez envie de découvrir cet auteur que je ne connais pas. Et surtout, ce livre en particuliers.
    Au cas où, une bloggeuse Ellcrys organise un challenge autour de ce livre.
    http://soifdeliredellcrys.blogspot.fr/2012/03/challenge-jean-christophe-rufin.html

    RépondreSupprimer
  2. Salut Myrddin, merci pour ton passage. J'espère qu'il te plaira maintenant. Par ailleurs je suis passé voir sur le blog d'Elccrys. Merci pour l'info! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Jean-Christophe Rufin a vraiment un don pour dépeindre la réalité, nous présenter les choses telles qu'elles sont. Il a une plus assez incisive parfois, mais c''est un vrai plaisir de pouvoir lire enfin des choses qui sortent de l'ordinaire.
    Je t'ai inscris au challenge (merci à toi pour le lien). Mais pourrais-tu me dire à quel niveau tu t'inscris ?
    Merci à toi. Bonne continuation avec la découverte de ce grand monsieur !

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.