"1Q84" - "Livre 1" - Haruki Murakami

Haruki Murakami fait partie de ces auteurs que je classerais volontiers dans ma liste de favoris. "1Q84" sorti je me suis plongé dessus, pas immédiatement, mais après en avoir lu de bons retours.
Chronique du premier tome.
Le suivant arrivera plus tard...

++ La quatrième de couverture ++

Le passé– tel qu'il était peut-être – fait surgir sur le miroir l'ombre d'un présent – différent de ce qu'il fut ?

Un événement éditorial sans précédent

Une oeuvre hypnotique et troublante
Un roman d'aventures
Une histoire d'amour
Deux êtres unis par un pacte secret

Dans le monde bien réel de 1984 et dans celui dangereusement séduisant de 1Q84 va se nouer le destin de Tengo et d'Aomamé...


+++ Mon avis +++

Voici un livre qui fait le buzz. Mais autant le dire d'entrée de jeu, pour moi, Haruki Murakami est un auteur qui mérite le succès et le buzz. Ayant déjà lu une bonne dizaine de ses romans, dont certains sont chroniqués ici, je ne pouvais qu'attendre son nouvel ouvrage. Bien sur, j'avais un peu d'appréhension car comme pour beaucoup d'auteurs on a du mal à retrouver l'émerveillement des premières découvertes. On arrive en terrain connu, néanmoins on y revient toujours avec plaisir comme on retourne en vacances là où on se plaît.

"1Q84" est un roman découpé en trois tomes. Chose assez exceptionnelle, les deux premiers sont sortis en même temps. Et au moment où je vous écrit ceci, le "Livre 3" est déjà disponible également. Bref, pas besoin d'attendre des longs interminables mois pour connaître la fin de l'histoire, ce qui serait assez exaspérant mais plutôt fréquent lors de découpages.

Le "Livre 1" de "1Q84" de Murakami nous fait découvrir deux personnages : Aomamé et Tengo. La première cache derrière des cours d'arts martiaux des activités de tueuse à gage. Travaillant pour la justice sous l'égide d'une honorable vieille dame passionnée de jardinage et qui ne vise qu'une chose : supprimer les hommes qui font des violences aux femmes. De l'autre côté se dresse Tengo, professeur de mathématique. Calme, gentil et organisé, qui a pour passion l'écriture et pour divertissement hebdomadaire la rencontre amoureuse avec une femme mariée. Mais voilà qu'un jour se dernier se voit proposer de réécrire un roman soumis par une parfaite inconnue et offrant une histoire particulière mais attachante et douée d'un certain mysticisme et de fantastique.

Une fois de plus, Haruki Murakami nous offre ses talents de portraitiste. Deux êtres perdus dans la mégalopole qu'est Tokyo. Deux êtres que tout semble séparer. Mais qui semblent liés par quelque chose, par un passé, ou un lien... Sans compter les autres personnages, tous des individus au profil improbable, tous des êtres incroyables : Komatsu l'éditeur qui téléphone toujours à pas d'heure, Fukaéri l'adolescente écrivaine dyslexique, cette vieille dame stricte, éperdue de jardinage et redresseuse de torts, Tamaru le garde du corps homosexuel, ce chien berger allemand qui ne mange que des épinard, Ayumi éperdue de découvertes sexuelles et flic le reste de sa journée, etc. Bref, tout un monde incroyable, une galerie de portraits et de rencontres improbables qui donnent un parfum d'autre univers à ce monde qu'est Tokyo. Mais est-ce bien encore notre monde lorsque l'on voit apparaître les "Little People".

Plus l'histoire avance et plus la réalité semble s'effriter par petits morceaux. Un autre réel semble se détacher, une fêlure s'installe dans l'univers. Des questions se posent et nos personnages d'essayer, avec nous, de trouver des réponses, s'il y en a, aux questions qui s'offrent le roman avançant.

Autre point fort de l'auteur, sa capacité à ciseler des dialogues géniaux. Murakami glisse entre ces personnages des échanges invraisemblables, des discussions souvent à la limite du réel et qui nous promènent ainsi dans l'étrangeté de la vie. Un réel orfèvre du dialogue.

Au final, ce "Livre 1" est une excellente introduction. Début d'une trilogie il nous offre un avant-goût, offre des questions, brosse des personnage, invite dans un monde qui semble être le nôtre mais qui finalement ne l'est plus. "1Q84" est quelque part perdu entre l'uchronie et le monde parallèle, glissement permanent vers un ailleurs incertain, mais plus l'histoire avance et plus on se pose des questions que l'on espère voir répondue au "Livre 2".

Il est peut-être trop tôt que pour parler de grande oeuvre littéraire pour Murakami. Toujours est-il que le livre s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaires au Japon et que chez nous il semble porté par de bonnes ventes en librairie. Un buzz? Certainement. Mais il y en a qui sont largement mérité, comme pour Haruki Murakami.

A savoir maintenant s'il faut classer ce livre et l'oeuvre de l'auteur dans la science-fiction, il n'y a qu'un pas à faire. Certains de le classer dans la transfiction, ce genre de livres qui se situent à la marge, quelque part à la frontière des genres, celle qui aujourd'hui nous fait rêver là où la science-fiction de papa ne marche peut-être plus aussi bien dans notre réalité 2.0. Mais inévitablement, le lien avec le titre "1984" se fera, mais ici s'arrêtera le lien car "1Q84" n'est pas une dystopie.

Bref, un premier tome qui donne juste envie de lire. Un "Livre 1" qui appel le "Livre 2". En espérant ne pas être déçu par les attentes que Murakami crée en moi à chaque parution depuis ma découverte de "Kafka sur le rivage".


+++ Mais encore +++


Troisième lecture pour le Winter Time Travel Challenge, édition 2011-2012, défi littéraire qui a pour thème l'uchronie.

Les autres billets de ce Challenge (y compris l'édition précédente)
Le billet du RSF blog qui a lancé ce Challenge





+++ Le livre +++
  • Broché: 533 pages
  • Editeur : Belfond (25 août 2011)
  • Collection : Littérature étrangère
"1Q84" - "Livre 1" - Haruki Murakami "1Q84" - "Livre 1" - Haruki Murakami Reviewed by Julien le Naufragé on lundi, mars 19, 2012 Rating: 5

8 commentaires:

  1. tu me fais porter l'oeil sur cet auteur ^^ Je note son nom on sait jamais ^^ par contre j'ai bien aucune idée de quel livre je peux lire de lui, les transgenres et moi c'est une histoire compliqué ! Faut pas que ça fasse peur XD

    RépondreSupprimer
  2. Raaaaah, trop de trucs à lire, je n'ai pas encore eu le temps de me pencher sur les livres de Murakami... Mais ça donne envie !

    RépondreSupprimer
  3. @ Lael : Il y a un petit ouvrage de Berthelot sur les Transfictions chez Folio SF. J'aimerais le lire prochainement car c'est un style, pour peu qu'il existe réellement, qui me plaît bien.

    @ Lorhkan : Pareil, débordé de lecture et trop peu de temps et de cerveau disponible. Ceci dit, penche toi sur cet auteur un jour. Il en vaut le détour. Commence par "Kafka sur le rivage" ou "Les choniques de l'oiseau à ressort". Sinon "La course au mouton sauvage" ou bien encore celui-ci. Moi, je suis fan! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Enfin lu et chroniqué juste à temps pour le winter time travel.
    C'était mon premier Murakami ! Cet auteur mérite vraiment que l'on s'arrête pour le découvrir. Un petit bijou.

    RépondreSupprimer
  5. @ Val Guichon : Je viens juste de terminer le livre 2. Bien au-dessus du livre 1 selon moi. Mais essaye "Kafake sur le rivage" et "Chronique de l'oiseau à ressort".

    RépondreSupprimer
  6. Inconditionnel de Murakami, j'ai été extrêmement déçu par ce premier tome sans surprise, assez creux par rapport à ce qu'il a pu écrire avant. On y retrouve les mêmes ingrédients que d'habitude, deux mondes parallèles, deux destins que pour le moment tout oppose mais qui finiront bien par se croiser un moment ou un autre...Bref, je me suis réellement ennuyé. Dommage parce que sa biblio regorge de perles outre Kafka et l'oiseau, vous pouvez vous lancer dans "les amants du spoutnik" ou "la fin des temps".
    @Julien :

    RépondreSupprimer
  7. @Julien : ton lien sur tes kros de Murakami me renvoie sur une page vide :
    Aucun message portant le libellé ++ Murakami Haruki. Afficher tous les messages

    RépondreSupprimer
  8. @ H Fragone : J'aime bien livre mais il est loin du "enormissime" qu'on lui applique. J'ai lu le 2 il y a un moment mais c'est toujours pas chroniqué. Le T3 attend toujours. C'est un signe comparé aux autres que j'ai dévorés. Mais je continuerai car la lecture me plaît néanmoins, même si pas aussi bien que "Kafka sur le rivage", "Les chroniques de l'oiseau à ressort" et le reste. Juste pas encore lu "Les amants du Spoutnik".

    Pour les liens, je sais. Je dois changer tous mes tag avec ++ qui ne fonctionnent plus. Ca prend du temps...

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.