"Le collectionneur d'armes" - Pieter Aspe

Deuxième incursion dans l'œuvre de Pieter Aspe. Toujours un plaisir, même si j'ai peut-être moins accroché sur l'histoire, je me suis de nouveau bien amusé tant l'humour est toujours aussi présent.



+++ La quatrième de couverture +++

Épaulé par le fidèle inspecteur Versavel et par la belle Hannelore, juge d'instruction de son état (et accessoirement mère de ses jumeaux), le commissaire Van In, un flic peu catholique et peu diplomate, va devoir affronter la bourgeoisie de Bruges, arrogante et persuadée que l’argent peut tout acheter, lorsque la coûteuse collection d'armes du richissime trader Claes est dérobée. Très vite, Van In flaire une supercherie : le financier n'a visiblement pas la conscience tranquille et ses rendez-vous à la sauvette avec un mafieux russe ne plaident pas en sa faveur... Trafic d'armes, mafia russe et bordels de luxe : nos incorruptibles Brugeois ont du pain sur la planche !


+++ Mon avis +++

J'aime bien ce genre d'histoires qui égratignent la classe haute. Cette noblesse des temps modernes que sont les traders. Ces abjectes riches, plus riches que riches, aux mœurs et à l'éthique plus que douteuse. Bref, le genre d'histoire qui pouvait d'emblée me plaire. Sauf que le début du roman s'enlise un peu trop à mon goût dans une querelle d'amoureux entre Van In et la belle Hannelore. Maintenant parents, voilà que leur couple bat de l'aile. Situation de la vie courante ceci dit, mais je trouve que cela patine un peu sur cette partie là du texte. Certes cela rajoute une petite couche "personnelle" à une histoire policière, enrichissant les personnages, mais j'ai moins accroché.

Au niveau de l'histoire, Van In se retrouve plongé sur une enquête de meurtre qui n'en est pas une. Le trader de notre histoire, Patrick Claes, est retrouvé par sa bourgeoise la tête en sang. Celle-ci croit au meurtre mais finalement l'homme s'en tire à bon compte. Que reste-t-il à la police criminelle quand il n'y a pas de meurtre? Hé bien le vol d'armes de collection. Bon évidemment, tout n'est pas si simple...et les choses se compliquent, deux disquettes ont également disparues, des meurtres s'en suivent. L'enquête avance pour découvrir d'autres morts et que la haute semble mouillée jusqu'à l'os par cette sale affaire. Van In s'il avance est pourtant carrément à côté de la plaque, trop enlisé dans ses propres problèmes que pour y voir clair. Une lutte intestine entre sa femme, Hannelore, et lui se joue sur cette enquête... Jusqu'au moment où elle manque y laisser la vie. Van In se réveille alors et avec Guido Versavel, ils réussiront à faire avancer les choses. Mais si le final a tout d'un happy end , il n'en est pas un car un petit petit switch met les choses dans une autre perspective et donne à cette fin une certaine amertume.

Au niveau du roman, ce que j'aime ce sont les personnages. Chacun a son caractère, peut-être archétypé, mais cela colle bien avec ce genre de roman. Leur relation, les dialogues qui jouent avec les non-dits, l'humour permanent doué d'une certaine ironie, les relations avec certaines choses typiquement belges, enfin bref, tout ça me plaît bien. Certaines belgitudes seront peut-être plus difficiles à accrocher pour d'autres mais cela ne nuit pas du tout à la compréhension du livre, aucunement d'ailleurs.

Par contre, j'ai moins accroché sur le récit cette fois, trainant en longueur pendant une moitié du roman. Van In se perdant dans ses propres délires, l'enquête n'avançant pas, même si les méchants continuent à trucider eux! Peut-être que la présence de date seraient pas mal dans le texte, car l'utilisation de disquette donne un petit côté suranné à l'histoire qui pourrait déranger les plus jeunes lecteurs. Mais cela reste de l'ordre du détail selon moi.

Bref, partagé entre le plaisir de la lecture rapide d'un roman qui se dévore. Amusé par l'humour du roman. J'ai malheureusement moins accroché à l'histoire. Ceci dit, qu'à cela ne tienne, cela ne m'empêchera pas d'avoir envie de lire un autre Pieter Aspe. Mais je garderai une préférence pour "Le Carré de la Vengeance".


+++ Mais encore +++


9ème lecture pour le Challenge Littérature belge :

- modalités et inscriptions
- recensement des articles






+++ Le livre +++
  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (9 novembre 2011)
  • Collection : Policier / Thriller
  • Traduction : Marie Belina-Podgaetsky et Emmanuèle Sandron
"Le collectionneur d'armes" - Pieter Aspe "Le collectionneur d'armes" - Pieter Aspe Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, janvier 28, 2012 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.