"Eden" (Complex 1) - Bretin et Bonzon

Bretin et Bonzon sont deux illustres inconnus pour moi. No problem! Ce sera juste l'occasion de découvrir deux nouveaux auteurs. Et plutôt titillé par la quatrième de couverture, je me suis jeté dans sa lecture aussitôt reçu dans ma boîte aux lettres.



+++ La quatrième de couverture +++

Le groupe Eden ne revendiquera jamais l'unique attentat écoterroriste qu'il a effectué cette nuit-là. La mort ne lui en laissera pas le temps. Mais qui aurait pu imaginer ce que cachaient les caves des serres Naeliev ? Un survivant d'Eden, Thomas Hearing, porte ce secret dans sa chair empoisonnée. Personne ne sait encore que l'ordre de la nature vient de basculer. D'Oslo à Nicosie, à Lyon et à Paris, l'inspecteur d'Interpol Renzo Sensini mène une enquête que les grandes puissances de ce monde n'ont pas intérêt à voir aboutir.




+++ Mon avis +++

En pleine phase polar c'est avec curiosité que je me suis penché sur ce livre. D'abord il y'a sa couverture, simple mais accrocheuse, qui m'a plu. Ensuite la quatrième de couverture qui m'a plutôt intriguée, en me disant que peut-être je serais déçu, d'autant que je ne suis pas forcément bon public pour les thrillers... Mais fi de ces à priori je me suis rapidement laissé prendre au jeu!

L'écriture de Bretin et Bonzon est assez hypnotique. Jouant la carte de la tension permanente, ils instiguent à leurs phrases une pression permanente. Absorbé, on se retrouve emporté par le flot continu d'actions, de sentiments, d'impressions, d'images fugaces créant avec le récit débit tellement prenant que les 500 pages se lisent toutes seules. A écrire cela, il ne reste plus qu'à coller l'étiquette page-turner, et vous aurez déjà une idée du style efficace des deux auteurs.

D'ailleurs qui sont-ils? Hé bien les deux comparses semblent être de vieux amis de fac où ils ont étudié ensemble les sciences politiques et la philosophie. Si Denis Bretin est directeur du Festival d'automne (de Paris j'imagine car tout le monde vit à Paris bien sur!), Laurent Bonzon, lui, est traducteur et journaliste. Les deux gaillards ne sont pas à leur premier essai car ils semblent compter 6 titres à leur actif (d'après la bio du livre). Bon, très bien. Mais qu'est-ce que leur livre fait dans le rayon SF? Ca c'est une bonne question. La trame et le style ont tout d'un thriller ou d'un polar, et j'en veux pour preuve l'édition précédente chez Le Masque. Mais c'est sans compter sur ce petit détail, ce jeu technique avec la science du vivant qui en fait également un livre de SF (ou dans fantastique, c'est selon). Après, aux puristes de chaque bord de s'entre-déchirer pour dire s'il est réellement de l'une ou de l'autre étiquette. Finalement on s'en fiche un peu, c'est plus un problème de libraire pour le classement en rayon ça!

Au niveau de l'histoire, on va suivre en parallèle Thomas Hearing, écoterroriste en fuite et affublé d'un mal qu'il ne comprend pas, et Renzo Sensini, agent de police d'Interpol. On verra très vite que ce premier s'est fait manipulé... mais pour dire vrais, je n'ai pas bien compris par qui finalement. A moins que "Sentinelle" ne me révèle quelque chose? Renzo Sensini est lui, comme dans un bon polar, un flic pas comme les autres. Loin d'un pseudo truand, il tient plutôt du passé de moine défroqué. Bref, un homme qui a bonne conscience. Entre les deux, il y'a un ex-Sovétique, un chercheur qui fait dans les roses... Mais en grattant un peu se révèle un sale type qui traine derrière lui des expériences sur l'humain. Sans oublier ce couple d'assassins carrément déjantés mais qui ont la gâchette facile. Bref une belle galerie de personnage relativement bien dessinés pour ce genre d'ouvrage. Même si l'on aimerait approfondir le personnage de Sensini encore un peu plus.

Bref, pas une seconde d'accalmie ne vous est laissé. A peine le temps de prendre votre respiration et de tourner les pages... pour finalement remarquer à un moment qu'il n'y en a plus, que vous êtes au bout, que l'histoire est finie, que Renzo Sensini a résolu l'enquête. Même si tout n'est pas si simple... L'alternance des points de vue permet également de passer d'un angle à l'autre et de découvrir l'aventure sous un autre oeil. Mais jamais l'on ne se sent perdu par ces switchs réguliers, ils sont plutôt un plus qui permet d'affoler encore plus le rythme de lecture.

Au final, un bon moment de lecture. Une bonne distraction assez efficace, probablement pas le livre de l'année, mais un bon moment quand même. Encore que, on ne demande pas à chaque livre de nous éveiller à une conscience supérieure hein!


+++ Mais encore +++

A lire prochainement, "Sentinelle", qui est le deuxième tome de "Complex".

"Eden", tout comme "Sentinelle", sont préalablement sorti aux éditions du Masque.
Les deux tomes sont sortis ensemble en poche chez Pocket au rayon SF.

+++ Le livre +++
  • Poche: 501 pages
  • Editeur : Pocket (12 janvier 2012)
  • Collection : Pocket Science-fiction
"Eden" (Complex 1) - Bretin et Bonzon "Eden" (Complex 1) - Bretin et Bonzon Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, janvier 31, 2012 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.