"Le carré de la vengeance" - Pieter Aspe

Première découverte de cet auteur belge. Verdict : comblé! Humour et enquête au rendez-vous. Des personnages sympathiques et une histoire qui joue avec les clichés de genre de manière fort agréable. A découvrir!


+++ La quatrième de couverture +++

A Bruges, la bijouterie Degroof a été cambriolée. Rien n'a été volé, mais le malfaiteur a fondu tous les bijoux dans un bain d'acide. Sa signature : un énigmatique message en latin... L'enquête est confiée au commissaire Van In, un flic buté étranglé par ses dettes, au sale caractère et à l'humour caustique. Amateur d'art, de cigares, de bières et de jolies femmes, il n'a pas son pareil pour déjouer les affaires les plus tordues. Avec Versavel, jumeau d'Hercule Poirot à l'homosexualité revendiquée, et Hannelore Martens, substitut du procureur affriolante et ambitieuse, Van In plonge dans la grande bourgeois brugeoise où il ne fait pas bon déterrer les secrets enfouis... Premier volet de la série, Le Carré de la vengeance fait de Pieter Aspe le " Simenon flamand ".


+++ Mon avis +++

Derrière cette belle petite couverture se cache une bien chouette découverte : le polar belge d'aujourd'hui. S'il fut, je crois, fortement francophone par le passé, aujourd'hui c'est Pieter Aspe qui brille par son style et ses personnages hauts en couleurs. Et là réside beaucoup du plaisir d'un polar, car si le scénario doit être prenant il faut que les personnages soient accrocheurs pour que l'on ait envie de les suivre au travers de leurs recherches. Et pour ça, Pieter Aspe nous gâte. D'abord il y'a le flic pas banal, le commissaire Van In, genre de flic hors norme tout ce qu'il y'a de plus logique dans un polar, l'archétype même du héros de roman noir. Et puis il y'a belle Hannelore Martens, jeune substitut du procureur sur qui tout le monde tourne la tête. Et puis ce brigadier homosexuel à la moustache aussi fournie qu'un personnage du YMCA. Bref, l'équipe est là, tous aussi accrocheurs les uns que les autres!

Quand au scénario, ce serait gâcher le plaisir que d'en dire trop. D'ailleurs, si l'on sait rapidement qui a fait le coup, on ne le sait pas clairement. Je veux dire par là que nous suivons les méchants en parallèle des bons. Ces premiers nous semblent tout aussi sympathiques que ces derniers d'ailleurs. Hé quoi? Y'a plus de vrais méchants de le banditisme romanesque de nos jours? Bon faut dire qu'avec comme point de départ un cambriolage qui n'en est pas un, ça démarre bien. La bijouterie Degroof c'est fait dévalisée! Mais en fait non. Nos malfrats n'ont rien trouvé de mieux à faire que de dissoudre les bijoux dans un bain d'acide. Du coup, il n'y a pas de vol... Une signature? Un message cryptique en latin qui semble tout droit venu des Templiers. Mais que cela cache-t-il? Une énième secte ésotérique prête à tout faire péter? Hé bien c'est bien plus amusant que ça, car Pieter Aspe joue avec les codes du genre polar et thriller pour finalement les détourner dans un jeu de vengeance. Et là, dans ce détournement subtile, ludique et oh combien amusant, l'auteur nous livre un récit fort agréable et finalement détaché des clichés du genre tout en jouant avec.

Le style est lui assez fluide, comme d'habitude dans un polar. Variant les vues, passant de nos bons amis les poulets à la marmailles des méchants, nous livrant ainsi des détails sans trop en dire. De même, Pieter Aspe mêle dialogues et pensées non-dites par ses personnages. Cela permet de jouer sur deux niveaux de dialogue et ajoutant une couche d'humour des plus agréables dans ce genre d'ouvrage. Un style très fluide qui fait que le livre se dévore assez rapidement et qui au final ne laisse que juste une envie : lire un autre Pieter Aspe dans la foulée. Et puis envie de découvrir des classiques belges du genre, tels que Simenon ou Steeman. Bientôt, bientôt!

Bref, ce roman est une découverte d'un auteur que je recommande chaudement. Un livre qui me donne envie de continuer mon exploration de la sphère polar, certes moi noire que Dashiell Hammett mais si bon quand même. A découvrir!


+++ Mais encore +++


8ème lecture pour le Challenge Littérature belge :

- modalités et inscriptions
- recensement des articles






+++ Le livre +++
  • Poche: 376 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (7 octobre 2009)
  • Collection : Policier / Thriller
  • Traduction : Emmanuèle Sandron
"Le carré de la vengeance" - Pieter Aspe "Le carré de la vengeance" - Pieter Aspe Reviewed by Julien le Naufragé on mercredi, janvier 25, 2012 Rating: 5

2 commentaires:

  1. Etant une lectrice compulsive aussi, c'est avec bonheur que découvre ton superbe blog, bien écrit! Je viens d'acheter les 2 premiers volet de Pieter Aspe... Mais avant de m'y plonger, je vais finir " le rouge et le noir" de Stendhal :) bon week-end...

    Moryin

    Failed.canalblog.com

    RépondreSupprimer
  2. @ Moryin : Merci de ton passage et c'est un plaisir si mon blog te fait plaisir. C'est toujours agréable de lire des choses sympathiques sur ce que l'on fournit. :-D
    En espérant que ces lectures "polar belges" te plairont.
    Joli coup d'oeil pour les photos de ton blog! ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.