"Daemone" - Thomas Day

Une bonne série B et un space opera rythmé qui n'a rien à envié au western... Tel était le pari de Thomas Day et pour tout dire, c'est réussi.


+++ La quatrième de couverture +++

David Rosenberg est le « Golem de New Edo », le Dæmone Eraser, le démon revenu d’entre les morts qui efface ses victimes. Il est le Gladiateur le plus célèbre de l’Aire Humaine, une star sans équivalent dans l’histoire du Jeu, un combattant déjà mort n’ayant plus rien à perdre depuis qu’il sait sa femme plongée dans un coma dont elle ne reviendra pas. à moins qu’il ne tue à cinq reprises… « Pas d’innocent, pas d’enfant. Et tu retrouveras ta femme. Vivante. » Tel est le marché, le contrat faustien que lui propose l’Alèphe, un Guerrier du temps, l’une des plus mystérieuses créatures des Sept Berceaux, un géant insectoïde aux motivations impénétrables…
Concentré de space opera, récit à mi-chemin entre La Horde Sauvage et La Geste des Princes-Démons, Dæmone est sans conteste le plus débridé des romans de Thomas Day.

+++ Mon avis +++

Avec Thomas Day, j'ai parfois un peu peur. Cet engouement personnel pour les bonnes séries B peut parfois nous emmener vers textes moyens ou des histoires que l'on a pas forcément envie de lire quand on cherche un peu plus de profondeur. Cela dit, je savais à quoi m'attendre ici, tout est limpide dans la quatrième de couverture et il suffit de parcourir la blogosphère pour savoir à quoi s'attendre avec "Daemone". Je tenais donc bien entre les mains le roman que j'avais envie de lire ce week-end : court, vif, percutant et violent. Bref un bon page-turner et c'est ce qu'il est, un bouqin qui se dévore aussi vite qu'on le peut. D'ailleurs, si l'on lit l'interview en pages 195-196, Thomas Day nous présente son livre comme ceci : "Je voulais qu'il y ait des sentiments exacerbés, d'énormes fusillades, des explosions, du vertige et de la démesure (le tout en 192 pages environ), et que ça se dévore." Et bien sur ce principe-là, c'est tout réussi selon moi.

Cela dit, j'avais quand même un peu peur ayant lu également du négatif sur ce livre. C'est donc avec une certain appréhension que j'ai entamé le livre. Mais les pages se tournant, l'un après l'autre, le rythme de progression se faisant plus rapide, j'ai bien du accepter la réalité : je m'amusais bien! Et me voilà au bout de ses quelques 200 pages, le plaisir de quelques heures de lecture derrière moi.

L'histoire est clairement linéaire mais quand on se lit ce genre d'histoire ce n'est guère un défaut car ce n'est pas pour la complexité du scénario que l'on lit ce genre de série B, c'est pour la poudre aux yeux, le divertissement et le plaisir momentané de l'instant, transporté à des lieux d'ici dans les étoiles grâce à ce que William Gibson appellerait de la littérature "dirty-ass" (dixit Thomas Day). Ce genre d'aventure plein de violence, de pif paf poum , de héros taillés aux couteaux et chargés d'hormones sexuelles.

Visuellement, Thomas Day nous emmène vers du western version space opera. Quelque chose de violent mais paré des couleurs de l'espace à la Star Wars. Les explosions et la violence olé olé de ce roman m'ont fait penser aux films de Zack Snyder (300, Watchmen, etc), pourtant Thomas Day ne mentionne pas cela dans ces références et n'invite pas forcément à la comparaison avec ces films-là... mais je verrais bien ce de roman adapté au cinéma par ce genre de réalisateur.

Bref, "Daemone" est un excellent divertissement et il ne faut pas y chercher grand chose de plus. Si l'on veut des textes de Thomas Day plus intéressant, il faut se tourner vers ses productions plus récentes, celui-ci étant une réécriture des "Cinq derniers contrats de Daemone Eraser". Et malgré un récit sans aucune surprise, un trame linéaire et des personnages caricaturaux, on se plaît à lire le roman de bout en bout, porté par une plume percutante et qui a du punch, enveloppé dans une histoire a pour mérite de distraire comme il faut sur la longueur qui lui fallait, soit 200 pages. Challenge réussi monsieur Thomas Day, pourtant je n'étais pas certain d'accrocher.


+++ Mais encore +++



Et voici ma 18ème participation pour le Summer Star Wars Challenge

Tous les billets de ce Challenge 2011 et du 2010 en suivant ce lien-ci.


+++ Le livre +++
  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Le Bélial (13 mai 2011)
  • Collection : Roman
  • Illustration : Manchu
  • La version numérique : chez Le Belial
"Daemone" - Thomas Day "Daemone" - Thomas Day Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, septembre 18, 2011 Rating: 5

2 commentaires:

  1. Je dois dire que la couv me tentait bien la dernière fois que je l'ai vu mais j'ai pas craqué. Ton avis donne envie de le lire en tout cas si on veut passer un bon moment.

    RépondreSupprimer
  2. @ Blackwolf : Très bonne distraction, mais n'y cherche rien de plus. Mais je m'y suis bien amusé finalement! Plus que ce que j'espérais je crois.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.