"Tous à Zanzibar" - John Brunner

Voilà un classique de la SF qui mérite autant ses prix littéraires ainsi que son désintérêt par le public. Un livre kaléidoscopique au pouvoir d'anticipation critique puissant mais qui découragera de nombreux lecteurs de par ses 700 pages éclatées.


++ La quatrième de couverture ++

Le XXIème siècle comme si vous y étiez. Ses Villes où les gens dorment légalement dans les rues, où le terrorisme est un sport et les émeutes urbaines un spectacle. Surpeuplé, démentiel, tout proche.Un monde où l'on s'interroge sur la conscience de Shalmeneser, l'oracle électronique, et où un sociologue brillant, Chad Mulligan, prêche dans le désert.Avec ce livre-univers, John Brunner a battu sur leur propre terrain les meilleurs spécialistes de la futurologie.Tous à Zanzibar a obtenu aux Etats-Unis le prix Hugo, en France le prix Apollo, et en Grande-Bretagne le prix de l'Association britannique de science-fiction. Un classique entre les classiques.


+++ Mon avis +++

Voici un livre écrit en 1968, un livre d'un autre temps, un roman d'anticipation qui porte une critique foudroyante à notre société de consommation et égocentrique où la méritocratie est portée comme la nouvelle démocratie internationale. John Brunner construit un monde futur, notre univers à nous, notre monde à nous, un monde qui à peu de choses près est notre monde d'ajourd'hui. D'une clairvoyance incroyable il nous livre un roman effrayant de vérité, un livre qui fait réfléchir, un livre qui marque la SF d'un ouvrage plein d'intelligence. Un roman qui pose question et ne fournit pas forcément de réponses, un roman qui mène à polémiquer avec soi-même, un livre qui fait réfléchir et qui n'a pas pris une ride depuis 1968. Bien du contraire.

John Brunner construit un monde au travers de ce livre, ou plutôt il nous livre sa vision de notre futur. A travers d'un prisme kaléidoscopique il nous livre une histoire qui tient du zapping forcé. Sommes d'images du monde en marche, d'instantanés de vie, de zapping d'informations brutes, observation de la vie ou plutôt de la survie d'un monde décadent, carrément barré et complètement dingue. Ce monde c'est le notre, en caricaturant c'est le notre, et nous sommes les fous qui y vivent. Mais au travers de ce zapping forcé, de ce voyage presque cinématographique au travers d'un roman à la construction complètement éclatée, nous voyageons tant bien que mal. Par instant subjugué par la critique et la narration découpée tandis qu'à d'autres moments on se sent perdu, largué, laissé pour compte, voir ennuyé. Et cet œuvre est assez exigeante, à tel point qu'elle en rebutera beaucoup. Il y'a bien sur sa taille, 700 pages, mais bien plus que ça sa construction narrative qui alterne tel un stroboscope entre les analyses critiques et sociologiques de notre monde avec de instantanés de vie et les aventures de nos héros, si héros il y'a. Le livre se lit tel qu'il est, une création littéraire critique, une oeuvre particulière, sorte d'ovni littéraire à part bien loin d'un bon roman d'aventure divertissant. C'est en soi génial, mais cet aspect aliénera plus d'un lecteur et c'est tout mérité. Et pour tout dire, l'ayant déjà commencé il y'a des années, je l'avais abandonnée, lassé et ennuyé, après 200 pages. Quelques années plus tard, aujourd'hui, je me le relis et je le trouve génial. Alors avant de le tenter, sachez dans quel aventure vous vous embarquez car en lisant ce livre, on ne sait jamais vraiment vers où on va. Alors soit on se laisse porter, soit on abandonne et on passe à autre chose.

Pour ma part, ma lecture a été partagé entre le plaisir et l'ennui. Entre le plaisr de lire un livre original et d'une critique intelligente et visionnaire de notre monde, et l'ennui d'un ouvrage littéraire tellement à part qu'il en devient d'une lecture difficile de par sa construction parfois tellement éclatée que l'on se demande ce que l'on lit. Mais "Tous à Zanzibar" reste un ouvrage qui mérite autant ses superlatifs et ses prix littéraires que ses critiques et ses nombreux lecteurs détracteurs. Un livre qui touche ou laisse carrément indifférent. Une aventure à tenter néanmoins car ce livre est une réelle expérience, parfois effrayante, parfois douloureuse mais réellement juste.


+++ Mais encore +++

Lecture commune avec Cachou, Lael et Vance.
Il s'agit de mon troisième livre lu dans le cadre du Challenge Chef d'oeuvre de la SFFF. Et le premier pour le rayon SF.
SF : 1/9 , Fantasy : 2/7, Fantastique : 0/2

Toutes les chroniques de ce challenge
Mon billet de participation.
Le Billet de présentation du Challenge

CITRIQ

+++ Le livre +++
  • Poche: 703 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche; Édition : Le Livre de Poche (1995)
  • Collection : Science-fiction
  • Traducteur : Didier Pemerle
  • Illustration : Manchu
"Tous à Zanzibar" - John Brunner "Tous à Zanzibar" - John Brunner Reviewed by Julien le Naufragé on lundi, juillet 18, 2011 Rating: 5

13 commentaires:

  1. Je me retrouve beaucoup dans ton expérience de lecture!
    Et il est malheureusement vrai que cet ouvrage est d'une terrible actualité, surtout pour le système de santé. Ce qui me fait penser qu'il est à rapprocher du "Porte-lame" de Burroughs, qui tourne aussi autour de ce sujet-là, d'une manière très similaire. Je me demande si "Corpus Delicti" ne serait pas aussi à rapprocher de "Tous à Zanzibar" question système de santé... On verra ^_^.

    RépondreSupprimer
  2. Ça donne plus qu'envie de le lire même si ça fait un peu peur...

    RépondreSupprimer
  3. Attention, quelques coquilles : "nous sommes les fous qui la vivons", "c'est oeuvre est assez exigeante", "Le livre ce lit".
    J'hésite à le chroniquer, n'ayant pas tout lu je ne suis pas très bien placé pour juger l'oeuvre dans son intégralité...

    RépondreSupprimer
  4. Pas d'accord avec l'ennui ;-)

    http://quoideneufsurmapile.blogspot.com/2007/06/tous-zanzibar.html

    RépondreSupprimer
  5. @ Cachou : je me doute bien vu que j'ai lu ton billet. Par contre je ne connaissais pas le Burroughs en question, auteur que je n'ai jamais lu. Pour "Corpus Delicti", on verra lors de notre lecture. Sinon, intéressante lecture qui vaut l'effort qu'il demande. Enfin pour moi.

    @ Thom : Essaye, tu verras. Peut-être que tu aimeras, peut-être que tu lui crachera à la gueule. Au final il ne laissera pas indifférent, c'est une expérience.

    @ Maëlig : Merci pour ces rappels, mais si tu savais d'où je viens niveau maîtrise de la langue et connaissance grammaticale et orthographique. Je vais aller corriger cela, et la prochaine fois... Soit j'attends avant de publier pour relire à tête reposée, soit j'essayerai de faire mieux. Mais à mon avis, il doit y en avoir des tonnes des coquilles en tout genre sur mon blog... Mais merci quand même. Je vais corriger cela maintenant.

    @ Gromovar : Sisi l'ennui. ;-) Parfois envie que ce livre avance plus vite, ou de voir où il voulait en venir. Mais il reste tout de même intéressant car il pousse à la réflexion.

    RépondreSupprimer
  6. Les critiques semblent donc converger : un grand roman exigeant.
    Donc bien sûr, c'est tentant !
    Merci pour cette critique !

    RépondreSupprimer
  7. @ Lorhkan : Comme tu le dis. Et de rien pour la critique, tout le plaisir est pour moi! ;-)

    RépondreSupprimer
  8. "Sur l'onde de choc" et "Le troupeau aveugle", s'ils sont tout autant critiques et d'une lucidité à couper le souffle, sont certainement plus abordables.
    La couverture de Manchu est remarquable, comme toujours !!

    RépondreSupprimer
  9. @ Marcel : Je pense les avoir vus en occasion le week-end passé. Mais je ne me suis pas jeté dessus, javais déjà trop abusé dans mes autres choix! ;-) Par contre j'ai "Le creuset du temps" dans ma pile en attente. Un jour prochain peut-être...

    RépondreSupprimer
  10. oO j'avais pas posté ici ?! eh bien j'aime beaucoup ta critique ^^ C'est juste et c'est bien dit.

    j'ai posté la mienne, où je parles notamment contexte avec la new wave toussa. c'est par là si ça vous dit : http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/article-tous-a-zanzibar-78695907.html

    XD

    RépondreSupprimer
  11. @ Lael : Merci Lael pour ton avis! Ca fait plaisir à lire. Je vais lire ton billet de suite! La mise en contexte avec la New Wave m'intéresse bien.

    RépondreSupprimer
  12. "Le creuset du temps " est d'une facture plus conventionnelle. Mais l'écriture de Brunner est toujours très agréable à lire.
    J'avais oublié de te conseiller "L'orbite déchiquetée" chez Denoël (PDF), sur le thème des émeutes raciales.

    RépondreSupprimer
  13. @ Marcel Trucmuche : Je crois que tu vas me convaincre à lire plus de Brunner. En tout cas, ce livre me laisse un bon souvenir et tu piques ma curiosité avec toutes ces références. Bien le merci à toi. Il y'a aussi un Livre d'Or sur Brunner je crois, non?

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.