"World War Z" de Max Brooks

Un livre de zombies, alors que je ne suis pas fan de zombies? Quel étrange choix! Mais ma curiosité se faisant, aiguisée par la lecture commune du mois au Cercle d'Atuan et hop je me lancçais dans ce livre. Cela dit, le bouquin est sympathique si ce n'est qu'il a un gros défaut : il fait 200 pages de trop.


++ La quatrième de couverture ++

La guerre des zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l'ensemble de l'humanité. L'auteur, en mission pour l'ONU - ou ce qu'il en reste - et poussé par l'urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d'âmes jusqu'aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Jamais auparavant nous n'avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l'existence - de la survivance - humaine au cours de ces années maudites. Prendre connaissance de ces comptes rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l'effort en vaut la peine, car rien ne dit que la Ze Guerre mondiale sera la dernière.


+++ Mon avis +++

A la fois intrigué et un peu effrayé (parce que oui les zombies moi, ça me fait peur!), je me suis lancé dans cette lecture commune du Cercle d'Atuan.

On est sur terre, enfin ce qu'il en reste. Notre monde a été dévasté par la Zème Guerre Mondiale. Les ennemis? Les zombies!!! Ceux et celles qui hier étaient nos amis, notre famille, nos voisins ou nos collègues. Des hommes, des femmes et des enfants qui ont contractés un virus et sont devenus des zombies. Et comme tout le monde le sait, ces très peu recommandables morts-vivants n'ont qu'une seule idée en tête : vous dévorer! Cela frise d'ailleurs la passion chez eux. Donc vous imaginez la vie sur terre : un enfer! Parce que toute personne à côté de vous peut devenir du jour au lendemain votre nouvel ennemis, car les zombies ont cet avantage sur nous c'est que quand le camp des humains diminue le leur augmente du même nombre. La guerre était donc perdue d'avance! Mais c'était sans compter sans l'opiniâtreté de la vie!

Max Brooks prend le parti de nous écrire un roman sous la forme d'une somme d'entretien individuels. Construit selon une certaine logique, l'ensemble du bouquin est cohérent et permet de garder un continu intéressant. Bien sur, cette formule, il y'a bien sur quelques interviews au dessous du lot. A l'inverse il y'a des passages vraiment prenant et on croirait vraiment lire un récit post-traumatique d'un personne ayant survécu à la guerre zombie. De ce côté là c'est assez réussi. Bien sur, à l'instar de Romero qui est le maître à penser du genre, Max Brooks en profite pour y aller de sa critique de la société humaine. Cela donne un aspect engagé au texte qui n'est pas déplaisant. Cela dit la critique sociale est aussi un cliché du genre zombies, alors du coup la question qui me taraudait était : pense-t-il vraiment sa critique ou surfe-t-il sur le genre avec allégresse? Je n'ai pas la réponse, mais comme je lisais ce roman comme un pu divertissement je n'ai pas cherché à y trouver plus. Même si personnellement j'apprécie toujours de trouver un fond critique dans une œuvre culturelle (musicale, littéraire, etc).

Cependant, le livre a un très gros défaut : sa longueur! Il faut bien avoué que le coup des entretiens et récits de survie est bien trouvé mais à trop en abuser cela devient exagéré et on se lasse. J'ai donc eu l'impression d'avoir fait le tour de la question au bout de 300 pages, alors que Max Brooks s'entête et continue jusqu'au 500 pages passées. J'ai tout de même terminé le livre, mais je reste persuadé que plus court le livre en serait devenu bien plus intéressant et aurait marqué d'autant plus les esprits. Mais ce n'est que mon avis bien sur.

Bref, World War Z est donc un roman qui plaira forcément aux geeks fans de zombies. Mais même sans être fan du genre, comme moi, on peu se laisser prendre au jeu un moment. Néanmoins je vous mets en garde contre la longueur du roman qui peut toutefois se lire sans se terminer. Pas besoin de tout lire pour profiter du style du roman je pense, autant s'arrêter là où le plaisir s'arrête.


+++ Mais encore +++


Lecture effe
ctuée dans le cadre du Cercle d'Atuan : Le Hit Parade du Cercle d'Atuan

Deuxième lecture pour le challenge Fin du Monde :

Mon billet sur le Challenge Fin du Monde.
Mes autres chroniques pour se challenge.
Le Billet de Présentation et Récapitulatif est ICI

CITRIQ
+++ Le livre +++
  • Poche: 544 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (3 novembre 2010)
  • Collection : Fantastique
Free Blog Counter
"World War Z" de Max Brooks "World War Z" de Max Brooks Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, mai 15, 2011 Rating: 5

9 commentaires:

  1. Je n'ai pas trop ressenti cette impression de longueur. Peut être sur les 50 dernières pages. Mais c'est vrai que je suis assez fan de zombies. Donc ça aide à faire passer la pilule sans doute.

    RépondreSupprimer
  2. Je rejoins Pitivier, je n'ai pas ressenti de longueur non plus qu'un bouquin d'une taille démesurée (400 pages en grand format).
    Je l'ai lu sans déplaisir et assez vite.

    RépondreSupprimer
  3. Non mais hé, c'est fini cette conspiration! ;-)

    J'avoue que la longueur tiens à la forme et au contenu. Comme je le dis, je ne suis pas un fan de zombies, donc inévitablement, je devais le trouver long après un moment.

    Mais bien sur ce n'est que mon avis. Mais je suis bien content d'avoir des commentaires qui modère mon point de vue, cela montre bien qu'un livre peut déplaire à l'un et plaire à d'autres.

    RépondreSupprimer
  4. Bah le fait d'étaler la lecture sur un mois renforce sans doute l'impression de longueur, menfin j'ai lu le Guide de survie en territoire zombie en continu, et j'ai trouvé ça longuet sur la fin ^^

    RépondreSupprimer
  5. Je suis bien d'accord avec toi. Dommage que ce soit uniquement une succession de témoignages. Ma chronique arrivera plus tard, je suis très en retard sur tout !

    RépondreSupprimer
  6. @ Calenwen : Je sais pas si le fait de le lire plus rapidement m'aurait paru plus court? Je crois que je trouve simplement le livre trop long. Ou alors c'est le sujet qui fait ça?

    @ Kactusss : Haaaa quelqu'un qui est d'accord avec moi! ;-) Pas de soucis pour ton retard de chronique, je n'ai pas encore pris le temps de l'ajouter sur le forum d'Atuan

    RépondreSupprimer
  7. Tout le monde trouve ce livre trop long XD

    RépondreSupprimer
  8. @ Tiger Lilly : On est donc aussi d'accord! Bien. Par contre , laissons au bonhomme l'originalité de la forme prise pour ce roman, c'est à dire une suite d'entretiens et de souvenirs post-traumatiques de guerre. Le livre n'a que sa longueur finalement comme défaut, mais si ce défaut fait 200 pages ;-)

    RépondreSupprimer
  9. J'avoue ne pas l'avoir trouvé trop long. La narration par témoignages parfois très courts fait avancer rapidement l'action de l'apparition à la disparition (?) des zombies... Par contre, j'ai trouvé un peu légère l'explication de la "zombification"... Un bon souvenir de lecture quand même...

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.