"Nous sommes tous des playmobiles" de Nicolas Ancion



Deuxième lecture de l'œuvre de Nicolas Ancion. Deuxième lecture également pour le Challenge Littérature belge. Et un livre excellent que je conseille fortement!

Au passage cette lecture me permet de remercier Nicolas Ancion qui est déjà venu deux fois commenter sur mon blog. Merci à lui.


+++ La quatrième de couverture +++

Bruxelles est une ville en plastique, comme le reste de la planète : on y voit courir des petits bonshommes dérisoires, emportés dans le courant de leur vie comme des bouteilles vides à la surface du canal. On rit, on se bat, on se débat, puis on se laisse aller et on se retrouve noyé dans la vase, sans avoir rien remarqué. A moins qu'un soubresaut ne change le cours des choses... Dans ce recueil de nouvelles, il suffit de presque rien : une tache de sauce, un appareil photo, une agrafeuse, un abri de jardin ou un paquet de cigarettes pour qu'une vie banale bascule dans la grande aventure, pour que l'absurde redonne des couleurs à une existence terne.


+++ Mon avis +++

J'ai trouvé ce livre excellent! Vraiment. Je me suis amusé de bout en bout. Et beaucoup plus que dans le livre "Quatrième étage" que j'ai lu précédemment de lui. A savoir pourquoi? Ça je n'en sais rien...

"Nous sommes tous des playmobiles" est un recueil de nouvelles. Dix textes à l'humour incisif et absurde. Nicolas Ancion nous distille des petites histoires presque ordinaires ici. Des tranches de vie des "pas de chance" où il suffit de pas grand chose pour que la réalité dérape et prenne un tournant absurde. Des histoires tellement absurdes qu'elles pourraient être vraies, des nouvelles où l'humour, assez typiquement belge, se mélange à la tragédie de la vie ordinaire pour donner un melting-pot des plus délirant.

J'y trouve un doux mélange agréable que je situe quelque part entre la poésie surréaliste d'un Dick Annegarn et la verve d'un Thomas Gunzig. Mélangé à cela, les absurdités poétiques de films tels que "J'ai toujours rêvé d'être un gangster", "L'Altra" et "Louise Michel", et vous obtiendrai un coktail décapant drôlement touchant.

Dès le premier texte "Moi, je dis qu'il y'a une justice", je me suis dit : ce livre est terrible. Et je n'ai pu que difficilement lâché ce bouquin tant je me plaisais à le lire. Il y'a de réelles perles, comme "Bruxelles insurrection" par exemple, vengeance ludique de la langue vivante sur la langue statique et immuable. Les héros de ces textes sont toujours des petites gens, des moins que rien, des chômeurs, des étrangers, des gens dans la merde, ou bien des winners qui merdent leur vie. Bref, des hommes et des femmes de la vie ordinaire. Des déglingués de la vie, des losers en puissance qui cherchent à tout pris à reprendre mains sur leur vie au détour d'un braquage, d'un kidnapping, d'une réinsertion professionnelle au sortir de prison, etc. Enfin vous imaginez le tableau.

Bref, dans l'ensemble le livre est un réel plaisir de lecture et je conseille vivement à tout le monde. Une bonne manière de découvrir la littérature belge actuelle car tout est bon dans ce Ancion. Et il me tarde d'aller voir plus loin dans son oeuvre.


+++ Et Cetera +++


Le Challenge Littérature belge :
- modalités et inscriptions
- recensement des articles

Nicolas Ancion :
- son site web
- son blog perso
- la page dédiée sur wikipeda


+++ Le livre +++

  • Poche : 151 pages
  • Editeur : Pocket (5 mars 2008)
  • Collection : Pocket Nouvelles Voix
  • Broché: 158 pages
  • Editeur : Le grand miroir (2 juin 2007)
Free Blog Counter
"Nous sommes tous des playmobiles" de Nicolas Ancion "Nous sommes tous des playmobiles" de Nicolas Ancion Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, octobre 24, 2010 Rating: 5

9 commentaires:

  1. du bon, des nouvelles et du belge, que demander de plus! c'est noté, je le mets sur la liste des couses :-)

    RépondreSupprimer
  2. Haaaa c'est très bon, et pas cher! N'hésitez plus!!!

    RépondreSupprimer
  3. Il est dans ma PAL. J'ai hâte de m'être débarrassée de mes "obligations" (j'ai un livre voyageur, un partenariat et une lecture commune sur le feu) pour pouvoir m'y plonger ;)

    RépondreSupprimer
  4. Je vois le genre d' obligations. J'en sort à peine que j'y replonge pour un bon moment. Mais avec plaisir tout de même. Néanmoins, c'est toujours un plaisir de pouvoir se glisser une petite friandise comme celle-ci entre deux obligations.

    RépondreSupprimer
  5. Ce bouquin a l'air très prenant ! Je crois que je ne vais pas tarder à l'acheter :) J'ai découvert ton blog et je le visiterais quotidiennement dorénavant. Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  6. Bienvenu à toi Luca, et c'est avec plaisir que je lis ton envie de venir consulter le blog quotidiennement. Bien sur, je n'ai pas de lecture quotidienne à chroniquer, mais j'espère que tu y trouveras de chouette livre, comme celui ce Nicolas Ancion.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai beaucoup aimé "Quatrième étage", et comme je ne suis pas friande de nouvelles mais avais envie de poursuivre avec cet auteur, j'ai lu son tout dernier "roman", qui est un fait un "conte illustré pour adultes" vraiment étrange et convaincant.

    RépondreSupprimer
  8. Salut Ys, en tout cas, ce que tu en dis de ce nouveau livre semble intéressant.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.