"L'homme dans le labyrinthe" de Robert Silverberg

Lecture effectuée dans le cadre du Cercle d'Atuan.


Il s'agit pour moi de la première lecture effectuée dans le cadre de ce cercle de lecture. J'avoue que ce fut un réel plaisir pour moi. C'est également peut-être la première fois que je relisais un livre de ma vie, et je pense en avoir tiré plus de plaisir dans cette deuxième lecture. Le fait de reire ce livre avec un découpage et analyse partagée chapitre par chapitre fut un réel plus. Cela permet de profiter des avis de chacun et chacune présent dans le Cercle. Merci à vous tous et toutes d'Atuan qui m'avez accueilli!

C'est réussi : Je continue avec vous!!!

+++ Mon avis +++

Bon parlons un peu de l'oeuvre de ce cher monsieur Robert Silverberg. Un auteur qui fut fort prolifique, et qui inévitablement a pu écrire des textes meilleurs que d'autres. Cela dit "L'homme dans le labyrinthe" est classé dans ses meilleures oeuvres, ou du moins de celles qui l'ont fait connaître. Il est également connu pour un livre excellent qui est "Les Monades urbaines" et que je vous recommande chaudement. Il semble que "La tour de verre" soit peut-être l'un de ses chefs-d'oeuvres. Comme le "Livre des morts". Il ne me reste donc plus qu'à me trouver ces livres et à les lire. Oh, et n'oublions pas "Les ailes de la nuit" qui reste un titre très connu également, mais dont je ne me souviens plus trop hélas...

"L'homme dans le labyrinthe" est finalement construit sur une histoire assez simple. Muller est un homme hors du commun. Un homme qui a réalisé de grandes choses et atteints des sommets que personne ne peut atteindre. Un homme qui pour sauver l'humanité a perdu sa propre humanité. Malheur touchant son intégrité pour toucher sa vanité.

Mais voilà qu'un jour l'humanité a de nouveau besoin de lui : il faut à nouveau sauver les hommes! Cependant Muller a décidé de s'isoler au fin fond du labyrinthe de Lemnos. Son infirmité le poussant à la misanthropie extrème le poussa à s'exhiler là ou personne ne le trouverait plus. Hélas, c'était sans compter sur le savoir-faire quasi machiavélique de son ex-ami Boardman. Celui-ci accompagné du jeune Rawlins décide de traverser la labyrinthe pour convaincre noutre sauveur de venir à la rescousse de l'humanité une fois de plus.

Bon, lu comme ça. Rien de bien intéressant, je l'avoue. L'histoire du sauveur de l'humanité, c'est du déjà vu. On nous la fait assez souvent au cinéma US. Sauf que Silverberg ne fait pas juste une chistoire pour nous divertir. Il a décidé à travers cette oeuvre de nous donner sa version du mythe de Philoctète. Thème également présenté et défendu ici dans le forum d'actuSF. Cependant, d'après Jacques Goimard et son célèbre "Critique de la Science-Fiction", Silverberg ne se limiterait pas à juste nous une version space-opera du mythe. Mais une adaptation avec quelques petites retouches où transparaîtraient les avis de l'auteur. Il semble assez connu, actuellement, que le bonhomme avait de manière générale beaucoup d'intérêt pour les mythes et légendes.

La trame narrative est bien construite. Il cultive également une certaine légèreté d'écriture, évitant de tomber dans des descriptions inutiles. On a par exemple pas de détails sur les voyages spatiaux, rien de technique sur l'utilisation des robots, etc. Silverberg aime également à jouer de la pédale de frein laissant l'histoire trainer pour mieux captiver le lecteur, jouant sur la tension et le suspens en distillant lentement et judicieusement les détails et informations relatives aux personnages clés de l'histoire. Il joue certes bien de ce frein, mais peut-être à excès. Il arrive un moment ou l'on se dit qu'il aurait pu raccourcir certains chapitres, voir les inclurent en raccourcis dans d'autres. Chapitres que l'on compte d'ailleurs au nombre de 13, symbole supplémentaire de la malchance touchant l'orgueil de Muller? Hybris es-tu là?

J'ai également aimé la fin du livre, qui certes termine un peu vite, mais laisse une certaine liberté d'interprétation. Encore que si a fin semble heureuse elle ne me semble pas moins teintée d'ironie. (Je ne dirai rien de plus pour ne pas vous gacher le livre hein!)

Au final un bon livre. Qui comme tout bon livre de science-fiction invite à la réflexion. et s'invite à recréer le mythe dans un monde en possible devenir. Une rédecouverte pour moi de l'oeuvre de Robert Silverberg. Et cela m'a redonné envie de découvrir d'autres livres de lui. ("Les déportés du Cambrien" sont dans ma PAL). Cela dit, après discussion au sein du Cercle d'Atuan, nous arrivions à conclure que notre brave Silverberg mériterait bien une traduction digne de ce nom. Ayant déjà pu lire d'autres nouvelles mieux traduites de l'ui, je trouvais la richesse mieux rendue. Enfin, ceci reste un appel lancé à toute bonne maison d'édition digne de ce nom qui voudrait faire dans la redécouverte de l'oeuvre de Silverberg.

Je terminerai en disant que si moi je pense avoir été bien conquis par la lecture du livre, d'autres au sein du Cercle d'Atuan le furent moins. Les goûts et les couleurs comme on dit...
Il n'en reste pas moins que "L'homme dans le labyrinthe" est un classique de la SF qui certes a quelque chose d'un peu daté (surtout sur les passages "érotiques" à deux balles, très machos des années 60). Mais garde pourtant une certaine saveur intemporelle, mais peut-être est-ce le mythe en background qui me donne ce goût là?

+++ La quatrième de couverture +++

" Muller vivait depuis neuf ans dans le labyrinthe. Maintenant, il le connaissait bien. Il savait ses pièges, ses méandres, ses embranchements trompeurs, ses trappes mortelles. Depuis le temps, il avait fini par se familiariser avec cet édifice de la dimension d'une ville, sinon avec la situation qui l'avait conduit à y chercher refuge. " Tous les hommes qui avaient tenté de pénétrer dans le labyrinthe de Lemnos avant Muller étaient morts d'une façon atroce. Tous ceux qui avaient essayé de l'y rejoindre par la suite avaient été massacrés. Aujourd'hui, Ned Rawlins a reçu l'ordre de ramener Muller sur la terre, sa planète natale. Qui, neuf ans auparavant, l'a impitoyablement chassé...

+++ Sur le Web +++

Les avis de mes comparses au sein d'Atuan : El JC, Vert, Tiger Lilly, Spcoky, Daenerys, Zalhya, Kactusss .
Les discussions du Cercle chapitre par chapitre, mais attentions au Spoils!!
Silverberg sur wikipedia
Silverberg sur Le Cafard Cosmique
Le quasi-official Robert Silverberg Website

+++ Le livre +++

  • Poche: 307 pages
  • Editeur : J'ai Lu (31 mars 2003)
  • Prix Approximatif : 6,00 EUR
  • Première édition : 1969 (1970 pour la version française)
MAIS le livre ce trouve dans un tas de bonnes bouquinerie! Et la traduction n'a pas changé! Donc pas d'hésitation avec une ancienne version.


Blog counter
"L'homme dans le labyrinthe" de Robert Silverberg "L'homme dans le labyrinthe" de Robert Silverberg Reviewed by Julien le Naufragé on jeudi, février 11, 2010 Rating: 5

4 commentaires:

  1. Voila une chronique ma foi fort complète et de belle facture. Attention aux couleurs des liens de ton blog. Sur tes articles le lien "laisser un commentaire est en blanc sur fond blanc" je pense que cela te prive de pas mal de réactions ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Tu as eu le courage de tout lire. Merci El JC!!!

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai dans ma PAL depuis longtemps, je l'avais commencé mais je sentais que je n'allais pas être disponible pour les aventures de Muller, je n'étais pas rentré dedans et j'ai préféré remettre la lecture à plus tard. Ton article me donne envie de le ressortir de cette PAl aussi ténébreuse que le labyrinthe !

    RépondreSupprimer
  4. @ Alma Ool Ook : Bonne idée et je t'invite à lire nos avis de lectures par chapitres sur le forum du Cercle d'Atuan, cela éclaire parfois la vision du livre. C'est néanmoins une SF qui a un petit goût dépassé car ce n'est pas de la grosse aventure, et c'est un livre qui mériterait une traduction mise à jour.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.