"La terre bleue de nos souvenirs" - Alastair Reynolds

"La terre bleue de nos souvenirs" - Alastair Reynolds


Alastair Reynolds revient avec un nouveau cycle de science-fiction, "Les enfants de Poséidon", qui nous emmène avec enthousiasme et moult rebondissements depuis l'Afrique aux confins de notre système solaire. "La terre bleue de nos souvenirs" est un page-turner efficace en forme de jeu de piste qui déborde d'idées et de merveilles technologiques.



L'histoire de "La terre bleue de nos souvenirs"


Sur la Terre du XXIIème siècle, les choses ont bien changées. Les changements climatiques ont changé la face du monde et l'équilibre économique est tout autre. L'homme a réussi à s'adapter, comme toujours. La technologie s'est développée et le crime a disparu grâce à un réseau global qui surveille tout : le Mécanisme. La sécurité et la paix existent pour tous. 

En Afrique, la famille Akinya s'est développée grâce à la conquête spatiale et dirige un empire économique important. Mais aujourd'hui Eunice, la matriarche qui a créé l'empire Akinya, est morte. Après l'enterrement, Lucas et Hector chargent leur cousin Geoffrey de partir pour la Lune afin d'y récupérer quelque chose appartenant à leur grand-mère. Sous la pression de ses cousins Geoffrey accepte de laisser ses éléphants et son étude quelques temps de côté. 

Sur la Lune, c'est une étrange découverte qu'il fait car l'objet, aussi insignifiant soit-il, abandonné par Eunice ouvre plus de questions qu'il n'en ferme. Profitant d'être sur place, il se tournera vers sa soeur, Sunday qui habite la face cachée de la Lune où vit une communauté indépendante non soumise au regard du Mécanisme. 

Ainsi démarre un jeu de piste intriguant qui nous emmène des terres d'Afrique à la Lune jusqu'aux confins de notre système solaire sur les traces d'un mystère qu'Eunice Akinya n'a jamais divulgué.


Mon avis sur "La terre bleue de nos souvenirs"
d'Alastair Reynolds


"La terre bleue de nos souvenirs" est un roman bourré d'aventure et d'idées technologiques incroyables. A contre-courant d'une science-fiction pessimiste, Alastair Reynolds nous offre un futur où l'homme s'est adapté aux changements climatiques. L'équilibre mondial a changé et l'Afrique est devenue un acteur majeur et la conquête spatiale a offert de nouvelles perspective à l'humanité qui désormais vit sur la Lune et à commencer la colonisation de Mars. C'est dans ce contexte qu'Eunice Akinya a pu créer son empire économique. A sa mort, tout cela est transmis à la famille qui en sait si peu sur elle. C'est d'ailleurs pour cela que Lucas et Hector paniquent un peu, ils ont peur de trouver un cadavre dans le placard ou n'importe qu'elle autre vérité qui viendrait entacher la stabilité économique de l'empire Akinya. Là dessus, ils envoient Geoffrey, ce cousin passionné d'éléphants, sur la Lune afin de vider un coffre d'Eunice dans une banque. 

Il n'a pas été facile de faire partir Geoffrey car il est impliqué corps et âme dans sa vie avec les éléphants et son étude sur leur intelligence. Mais lors de son voyage, il découvrira également l'intérêt d'un groupuscule panspermique pour sa recherche sur les éléphants. Ces personnages étranges sont prêts à aider Geoffrey et Sunday pour qu'ils découvrent ce qu'Eunice tente de leur transmettre à travers la mort. Mais rien n'est jamais gratuit et désintéressé. 

De là démarre un jeu de piste incroyable qui nous fait voyager depuis l'Afrique à la Lune, puis Mars jusqu'aux confins du système solaire. Au travers du voyage, Geoffrey et Sunday feront face aux nombreuses énigmes laissées par Eunice. Mais ils ne sont pas seul dans la course et leurs cousins ne voient pas tout cela d'un bon oeil non plus. Au travers du voyage, Alastair Reynolds nous en met plein les yeux. On découvre au fil des pages une technologie incroyable. Des choses qui font rêver, d'autres qui font peur. Et cela ne s'arrête pas au technologique car la modification biologique s'immisce dans l'histoire. Mais aussi, bien sur, le développement d'intelligences artificielles.

"La terre bleue de nos souvenirs" nous emmène dans un grand voyage. Une aventure aux nombreux rebondissements, une histoire qui ne sombre jamais dans le pessimisme ni le manichéisme.  Le roman d'Alastair Reynolds est vraiment une lecture enthousiasmante car on y retrouve peut-être presque tout ce que l'on peut chercher dans un roman de science-fiction : de l'aventure, des personnages attachants, de la technologie impressionnante, de l'optimisme, de l'exotisme, des rebondissements, etc. Bref on y trouve tous les ingrédients pour faire un bon roman de SF. Sans parlé de cette excellente idée de partir du développement de l'Afrique et de faire de Geoffrey et Sunday, deux personnages africains incroyables

Mais Alastair Reynolds a aussi affiné sa plume, rendant son récit d'autant plus rythmé qu'il ne pouvait le faire auparavant. Et puis surtout, il ne sombre jamais dans les grandes diversions hard SF, vous savez ces longues descriptions scientifiques sensées rendre un roman plus réaliste mais qui souvent ralenti inutilement le récit (selon moi bien sur). Bref, Alastair Reynolds a gagné en clarté et en rythme avec sa manière de structurer son récit. De plus, il offre avec "La terre bleue de nos souvenirs" un roman réellement accessible à tous et toutes. Un livre qui vous offrira quelques heures d'éblouissement et d'aventure que l'on cherche dans la science-fiction.


A propos d'Alastair Reynolds


Alastair Reynolds est un auteur britannique du Pays de Galle né en 1966. Astro-physicien ayant travaillé pour l'Agence spatiale européenne, il abandonne cette voie en 2004 pour devenir auteur à plein temps de science-fiction. On lui doit le Cycle des Inhibiteurs (5 romans), quelques romans et nouvelles, ainsi qu'un nouveau cycle en cours de parution : "Les enfants de Poséidon" (Bragelonne, 2015). Alastair Reynolds est un auteur lié aux sous-genres space opera et hard-science.
"La terre bleue de nos souvenirs" - Alastair Reynolds "La terre bleue de nos souvenirs" - Alastair Reynolds Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, juin 19, 2016 Rating: 5

10 commentaires:

  1. Un très bon avis qui donne envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;-) Et c'est un très chouette livre à lire !

      Supprimer
  2. Une bonne lecture en effet, de la hard-SF pas si hard que ça, très accessible en fait, couplée à de la grande et belle aventure spatiale, ce n'est pas si courant.
    Petit bémol pour moi : j'attends surtout la suite, car ce premier volume me semble plutôt être une vaste introduction qui donnera lieu par la suite à quelque chose de plus grand. Wait & see... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai pas vu de hard SF en fait même si on colle cette étiquette à Alastair Reynolds. C'est très accessible et plein de ce fameux sense of wonder.
      Par contre, il me semble qu'il se passe pas mal de choses dans ce roman même si la fin est une belle porte ouverte pour tout ce qui va suivre.

      Supprimer
  3. Comme Lorhkan, j'attends le second tome qui sort cet été pour voir comment va évoluer l'histoire.
    Sinon un excellent livre qui est l'un de mes coups de cœur de ces derniers mois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends aussi le deuxième tome. Celui-ci est déjà très très bon. Et il a cette qualité de pouvoir (à la limite) se suffire à lui-même (malgré la porte ouverte finale). Excellent livre.

      Supprimer
  4. Tu le vends bien ^^
    Cela a l'air d'être de la SF tout à fait originale, cela me tente vraiment bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai passé un bon moment en fait. Ce n'est jamais lourd ni lent. Le rythme est présent et il y a de quoi s’étonner régulièrement. Une SF qui possède quelques originalités.

      Supprimer
  5. Éblouissant, ça décrit bien l'univers en effet. J'ai beaucoup aimé, vivement la suite (histoire qu'on rentre dans le feu de l'action quoi !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La suite est pour bientôt je crois. Vivement.

      Supprimer

Concours

Fourni par Blogger.