"Omale" (tome 2) - Laurent Genefort

 
Pavé impressionnant, ce deuxième tome de "Omale" offre l'occasion de continuer à découvrir la série de romans et nouvelles publiées par Laurent Genefort autour de ce monde si particulier. Cette intégrale, et la précédente, sont disponibles aujourd'hui en poche chez Folio SF.

Mon avis sur "Omale"

Si le premier tome de "Omale" contenait deux romans, celui-ci n'en contient qu'un seul suivi de 7 nouvelles et d'un lexique des termes inventés par Laurent Genefort pour développer son univers omalien. 

Pour souvenir, Omale est une sphère de Dyson, un monde creux dans lequel est enclos son soleil. Les races vivant sur ce monde se déplacent donc sur la surface interne d'Omale, dans des aires qui leur sont dévolues alors que la majeure partie du monde est inhabitée et inhabitable. Dans la grande aire se croise l'aire humaine, hodgkine et chile. Ces trois races, parachutées sur Omale par les Vangks, ne s'entendent pas toujours, tout dépend de quand se passe l'histoire racontée par Laurent Genefort. 
Le roman "La muraile sainte d'Omale" se passe après la signature des accords de paix entre les trois races. Les nouvelles se situent à différents moment de l'histoire omalienne. "Apparanta" raconte l'arrivée des trois races sur Omale et la colonisation. "Un roseau contre le vent" et "La septième merveille d'Omale" se situent avant les Âges Obscures, dans la période des premiers conflits entre les trois races. "L'affaire du Rochile", "Arbitrage" et "Patchwork" arrivent après cette longue période de conflits, à un moments où ceux-ci deviennent plus sporadiques, avant les accords de paix entre ces Humains, Hodgkins et Chiles. 

"La muraille sante d'Omale" nous amène donc dans une période de paix. Les trois races ne se font plus la guerre mais un nouveau danger se profile. Durant des siècles, pour se protéger des autres races ennemies, les Humains ont érigés la Muraille Sainte. Construite par des religieux intégristes humains pour défendre l'aire humaine contre les démons extraterrestres, celle-ci est aujourd'hui ouverte et voit un flux énorme de migrants la traverser et fuir cette aire. En envahissant tout le territoire restant, ces fuyards bouleversent l'état de paix précaire existant.
Haka, un physicien chile, entouré de toute son équipe scientifique multi-raciale sen va mener une expédition en cette terre humaine ou aucun chile ni hodgkin n'a mis les pieds depuis plus de mille ans. Qu'est-ce qui se cache derrière cette fuite de la population ? Leur expédition va-t-elle confirmer les pires informations qu'ils ont entendu ? Ces mêmes informations qui annonceraient la fin d'Omale ?

"La muraille sainte d'Omale" est un roman qui oscille entre Jack Vance et Jules Verne. On compare souvent Laurent Genefort à Jack Vance pour la création de ces univers riches en couleurs et en aventures, mais on peut également comparer ce roman à du Jules Verne car on suit à une équipée de scientifiques remontant une suite d'obstacles pour découvrir la vérité rationnelle et scientifique des cet exode humain.
Outre l'aventure, les rencontres et la remontées des hommes face aux dans dangers, c'est la vision de l'histoire par un Chile qui est intéressante. Être extraterrestre, il offre un regard autre sur l'homme. C'est bien sur l'occasion pour Laurent Genefort de pointer une fois de plus les absurdités de l'homme. On a ainsi droit à une critique en règle des religions et de la guerre. Néanmoins, Laurent Genefort tente également de nous faire partager une chose qui semble universelle : le besoin de savoir. De celui-ci découlerait le besoin de le partager ? En attendant, notre équipée va braver les routes et les dangers, croiser une armées de Damnés et amener son général dans la quête du savoir et finalement transformer cet homme.

Les autres textes sont bons. Encore que "La septième merveille d'Omale" m'a légèrement ennuyé et que je n'ai pas relu "L'affaire du Rochile" que j'avais lu jadis (j'en garde un bon souvenir, quoi que sur le coup, j'avais eu un goût de trop peu). "Croisées" est anecdotique mais sympa quand on a lu le reste.
"Un roseau contre le vent" est pas mal car il nous raconte la vraie histoire de Varesco que l'on a entendu autrement dans un autre texte.  Une aventure qui nous emmène hors des espaces habitables et respirables, et qui une fois de plus nous montre le besoin de pouvoir de la religion.
"Arbitrage" est lui vraiment bon selon moi. On y suit un homme, un juge humain devant arbitrer une parte de fejij (sorte de jeu d'échecs en bien plus complexe) entre deux généraux chiles. Le sort d'une ville et des deux armées est en jeu. Le texte est intéressant car il montre une fois encore que quand on s'intéresse réellement à l'autre, on peut passer outre les préjugés. 
"Patchwork" termine le roman et est un texte sympathique d'enquête. Il termine également l'ouvrage sur une note positive, ce qui est assez sympathique.

Bref, "Omale" (tome 2) est un bon livre. Un gros livre également de près de mille pages pour sa version poche ! Cela dit, si la dimension vous effraie, je vous invite à lire le roman, faire une pause, puis lire chaque nouvelle indépendamment avec une pause à chaque fois. Cela passera plus facilement et cela vous permettra de découvrir les différents textes autour d'Omale. D'autant que "La muraille sainte d'Omale" est un très bon texte et que Laurent Genefort est un grand auteur de science-fiction francophone !

A propos de Laurent Genefort

Laurent Genefort est l'un des maîtres français du space opera et planet opera, dont l'excellent cycle de Omale et le cycle des portes de Vangk. Il est l'auteur d'une quarantaine de romans allant de la science-fiction à la fantasy.  Mis à part son travail d'écrivain, il a également dirigé la très bonne collection "Les trésors de la SF" chez Bragelonne. Il est également détenteur d'un doctorat sur les livres-univers en science-fiction.

"Omale" (tome 2) - Laurent Genefort "Omale" (tome 2) - Laurent Genefort Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, septembre 20, 2015 Rating: 5

3 commentaires:

  1. Une petite cure de Genefort/Reynolds, ça me fait envie ! ;-)
    J'adore Reynolds mais par contre, je ne connais pas encore le space opera de Laurent Genefort, dont je n'ai lu que Memoria (très sympa d'ailleurs !)

    RépondreSupprimer
  2. Excellente idée. Mais prévois de longues soirées, ce sont de gros et bons livres.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.