"L'assassin habite au 21" - Stanislas-André Steeman

Voici encore un classique belge que je n'avais jamais lu. "Quoi?!!" me diront certains, "tu as jamais lu ce livre?!!". Bah non, mais maintenant c'est fait. Alors au compteur des lectures d'été je peux maintenant ajouter un grand classique du roman policier.


+++ La quatrième de couverture +++

Sept victimes en deux mois et demi, sept crânes fracassés. Et l'assassin a signé tous ses meurtres en abandonnant un bristol sur les lieux : il s'appelle Smith, Smith... La police londonienne est sur les dents et les milliers de Smith de la capitale connaissent des moments difficiles. Jusqu'au jour où une piste fortuite conduit le Yard du côté de Russel Square. C'est là qu'habiterait l'assassin au 21. Mais lequel de tous les hurluberlus - plus étranges et plus pittoresques les uns que les autres - qui peuplent la pension Victoria pourrait être Mr Smith ?


+++ Mon avis +++

Ce roman est un classique parmi les classiques du roman policier. L'auteur, Stanislas-André Steeman est né à Liège (Belgique) en 1908 et devient rapidement un auteur phare du livre du genre car en 1931 déjà, il reçoit le Prix du Roman d'Aventure pour son roman "Six hommes morts". C'est plus tard, en 1939, qu'il publie "L'assassin habite au 21" et récolte un énorme succès de l'auteur. Durant la deuxième guerre mondiale, il fait partie des Auteurs associés avec entre autres Jean Ray et Thomas Owen que j'ai déjà pu chroniquer sur  ce blog.

L'histoire de "L'assassin habite au 21" relate l'enquête d'une série de meurtres ayant lieu à Londres, ville où le brouillard a une épaisseur que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Notre assassin, monsieur Smith est le nom avec lequel il signe ses meurtres, use habilement de ce brouillard pour ne jamais être vu. Sauf qu'un jour, un lascar l'a vu, l'a suivi et note qu'il habite au 21 Russel Square. Malheureusement, ce lieu est une pension de famille où de nombreuses personnes logent. La police néanmoins mène l'enquête mais cela sera bien plus compliqué qu'il n'y semble, les suspects sont nombreux et quand nos gardiens de la paix pensent avoir attrapé le coupable, Mr Smith en profite pour commettre un nouveau meurtre et relancer l'enquête. 

Avec ce roman, Stanislas-André Steeman nous promène dans une galerie de personnages hauts en couleurs, mais on ne s'attache pas vraiment à eux. L'histoire est d'ailleurs centrée sur l'enquête, les faux-semblants, les impasses et les suspicions envers l'un ou l'autre. Du début à la fin je n'ai jamais  imaginé qui serait le coupable, même si j'entrevoyais bien une partie de l'énigme (déjà vue chez Agatha Christie). On est bien sur dans un roman policier d'époque et comme dans les romans du genre, l'auteur aime jouer avec son lectorat, le pousser à réfléchir, à trouver le coupable. Steeman, avec humour, interpelle lui-même les lecteurs une ou deux fois sur la fin du livre : "vous en savez autant que moi, concluez donc à ma place".

Efficace dans sa  construction, Stanislas-André Steeman nous invite, tel un enquêteur à procéder par élimination et à découvrir qui est cet "Assassin qui habite au 21". On suit les choses, on réfléchit, on met les pièces bout à bout, mais bien sur les choses sont plus complexes qu'elles en ont l'air. Le roman étant court, on le dévore très rapidement, juste par l'envie de savoir qui a fait le coup. Un bon moment de  lecture donc. Saviez-vous qu'en Belgique, dans ma commune, il y avait un Centre Steeman dédié aux littératures d'aventures (BiLA) ? Bel hommage à cet auteur.

++ Mais encore ++

Lecture pour le Challenge Littérature belge :

- modalités et inscriptions
- recensement des articles
 
A savoir cependant, que le blog Marecages va bientôt s'arrêter. 
"L'assassin habite au 21" - Stanislas-André Steeman "L'assassin habite au 21" - Stanislas-André Steeman Reviewed by Julien le Naufragé on mercredi, juillet 10, 2013 Rating: 5

2 commentaires:

  1. j'ai lu ce livre il y a un certain temps déjà. J'avais bien aimé et, chose rarissime, je me souviens même plus ou moins de la chute!

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir, avant de lire le roman, j'avais vu le film d'Henri-Georges Clouzot (1942) qui est un régal. Le roman n'est pas mal non plus http://dasola.canalblog.com/archives/2011/02/08/20031502.html et je viens de trouver au moins 4 autres romans de Steeman à lire, je me réjouis d'avance. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.