"Elric" - Michael Moorcock (intégrale 1)

J'ai lu ces trois romans il y a quelques années déjà, mais c'est avec un plaisir plus grand encore que je me suis à nouveau plongé dans cette lecture. Une belle intégrale des trois premiers romans du cycle publié par Pocket.


++ La quatrième de couverture ++

Melniboné, l’île aux Dragons, régnait jadis sur le monde. Désormais les Dragons dorment et Melniboné dépérit. Sur le trône de Rubis siège Elric, le prince albinos, dernier de sa race, nourri de drogues et d’élixirs qui le maintiennent tout juste en vie. La menace plane ; alors il rend visite au Seigneur du Chaos, Arioch, et conclut un pacte avec lui. Il s’engage ainsi sur le chemin de l’éternelle aventure : le Navire des Terres et des Mers le porte à la cité pestilentielle de Dhozkam, et son destin le pousse à franchir la Porte des Ténèbres ; au-delà, deux épées noires attendent leur maître et leur victime...


+++ Mon avis +++

Dans cette intégrale de Michael Moorcock, on retrouve trois romans du cycle d'Elric : "Elric des Dragons" (1972), "La forteresse de la perle" (1989) et "Les navigateurs sur les mers du Destin" (1976). L'auteur, Michael Moorcock, est un des grands noms de la SFFF mondiale. Il fut en son temps à la tête de New Worlds, cette revue qui vit le jour de la New Wave, cette SFFF plus littéraire, parfois plus expérimentale, avec des noms tels que J.G. Ballard, Brian Aldiss, John Brunner, Terry Pratchett et bien d'autres ! Avec son Cycle d'Elric, Moorcock accouche d'un grand personnage de la fantasy. A l'opposé du héros howardien de Conan, barbare musclé, on retrouve Elric, albinos émacié à la constitution faible qui survit grâce à certaines drogues, un anti-héros à la psyché torturée. Empereur de Melnibonée, Elric est un être ambigu. Il est à la fois loyal envers ses amis mais dévoué au seigneur du Chaos, passionné et cynique, il est toujours partagé par de multiples questions existentielles qui ne reçoivent jamais de réponses claires. Mais Elric, s'il est inféodé au Chaos, est également dépendant de son épée Stormbringer, cette épée qui vampirise l'âme des êtres qu'elle tue, cette arme qui préférera toujours tuer les proches d'Elric plutôt que d'autres. Toujours partagé entre doute et culpabilité, Elric est un héros équivoque et c'est ce qui fait tout l'attrait de ce personnage teinté d'un romantisme baroque.

La plume de Moorcock est également très lyrique, presque musicale par moment. Elle se déguste tel un conte, avec le côté sombre que l'on peut retrouver dans ce genre de textes. Le pouvoir évocateur du récit qui n'est pas exempt d'une certaine emphase, presque théâtrale, qui m'a rappelé des textes de H.P. Lovecraft. Pensons à Melnibonnée, cet empire glorieux, jadis immense et aujourd'hui décadent. Pensons à ces ruines, à ces récits oniriques,... Mais loin de moi de croire que Lovecraft soit réellement un source première pour Moorcock, bien d'autres doivent s'y retrouver. L'auteur, pou sa part, assume comme parenté les romantiques européens.

L'univers d'Elric n'est pas un espace fini. Le monde ne lui suffit pas! Ces aventures parcourent ainsi les terres de son monde, mais également des contrées oniriques, l'enfer ou les autres mondes du Multivers. Ce Multivers où le champion éternel prendra par la suite plusieurs formes. Il y a bien sur Elric, mais aussi Corum, Erekosë, Hawkmoon, Jerry Cornelius, Lurich Von Beck et d'autres. Bref, les aventures d'Elric s'inscrivent dans une oeuvre qui est plus qu'une histoire en plusieurs tomes, mais une aventure en plusieurs couches, en plusieurs niveaux, où plusieurs êtres évoluent sur plusieurs mondes.

Pour ce qui est du récit, l'ordre de parution et l'ordre chronologique de cette saga est bien différente. Celle utilisée par l'éditeur est l'ordre chronologique du récit, si je ne me trompe pas, ordre choisit et toujours utilisé par l'éditeur Pocket.

L'ouvrage s'ouvre sur "Elric des Dragons", l'histoire qui me semble la moins intéressante mais offre une mise en bouche intéressante et une découverte des différents protagonistes. Mis à part Elric, personnage particulier, l'histoire est finalement assez classique. Elric, à la fois amant de sa cousine Cymoril, est le pire ennemi de son cousin Yyrkoon qui cherche à le détrôner pour prendre sa place et régner avec force pour rendre à Melnibonée toute sa grandeur. Yyrkoon tente donc de tuer Elric, sans succès, mais enlèvera Cymoril que l'albinos devra sauver. Pour y arriver, Elric s'alliera avec Arioch, l'un des Seigneurs du Chaos et s'emparer de la légendaire épée runique et voleuse d'âmes: Stormbringer.

Dans "La forteresse de la perle", l'empereur Elric décide de parcourir le monde en solitaire avant d'épouser Cymoril. Chemin faisant, il arrivera dans la Cité des Sables, Quarzhasaat. Piégé et drogué par un notable de la cité, il sera forcé de retrouver cette légendaire perle qui offrirait à ce notable une place de pouvoir à Quarzhasaat. Pour y arriver, Elric s'embarquera dans une aventure très onirique au pays des songes. Probablement mon texte préféré des trois.

L'intégrale se termine sur "Les navigateurs sur les Mers du Destin", texte qui contient lui-même trois histoires, trois parties pour trois périodes temporelles différentes. Dans l'un il rencontrera ses incarnations dans les autres parties du Multivers et devra détruire deux sorciers maléfiques, dans un autre il rencontrera l'un des ancêtres des Melnibonéens. Trois textes qui élargissent déjà l'oeuvre de Moorcock au Multivers, donne de la profondeur à l'ensemble et développe encore le personnage d'Elric.

Au final, relire les aventures d'Elric fut un réel plaisir. Un plaisir plus grand qu'à ma première lecture. Je dois bien avoue qu'à l'époque, je cherchais surtout une fantasy très balisée, très tolkienesque. Aujourd'hui je suis sous le charme et j'ai surtout aimé le phrasé, le lyrisme et l'onirisme  différent de la fantasy balisée. Sans parler du personnage d'Elric, noir et ambivalent, cet être sombre  et baroque que Moorcock revendique comme son double. Ce cycle de l'auteur anglais est devenu un classique de l'heroïc fantasy et c'est amplement mérité. Des récits parfois classiques mais qui se lisent avec différents niveaux de lecture. Des textes biens écrits que l'on aimera découvrir ou redécouvrir.

Moralité?
« Pensez et agissez par vous-mêmes ; ne suivez pas les chefs ;
ne croyez en aucun Dieu, aucun héros ou rédempteur, en aucune mythologie.
»
Michael Moorcock.


+++ Mais encore +++

A lire également, l'article sur le site du Bélial.

Il s'agit de mon 15ème livre (même s'il en contient trois) lu dans le cadre du Challenge Chef d'oeuvre de la SFFF.

SF : 8/9 , Fantasy : 6/7, Fantastique : 1/2

Toutes les chroniques de ce challenge
Mon billet de participation.
Le Billet de présentation du Challenge
"Elric" - Michael Moorcock (intégrale 1) "Elric" - Michael Moorcock (intégrale 1) Reviewed by Julien le Naufragé on vendredi, juillet 19, 2013 Rating: 5

6 commentaires:

  1. J'ai l'intégrale Omnibus qui regroupe tous les romans (celle avec le papier annuaire ultra fin !). Je pense que je vais acheter cette même intégrale pour Hawkmoon d'ailleurs...
    Il faudrait que je les relise pour les critiquer sur le blog...

    RépondreSupprimer
  2. @ Lorhkan : L'intégrale a l'avantage d'avoir tous les livres d'un seul coup. Par contre moi, le papier ultra fin, je suis pas fan. Et l'épaisseur fait que je n'aurais alors pas l'impression d'avancer, cela me découragerait. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'avais commencé y'a longtemps, je pense que je suis pas allée plus loin que la forteresse de perle. Faudrait que je reprenne, c'est quand même un classique !

    RépondreSupprimer
  4. @ Vert : Pour ma part, je les achetais d'okkaz à l'époque dans une bouquinerie près de chez moi. Je n'avais trouvé que les trois premiers et je ne suis donc pas allé plus loin. Avec les intégrale qui vont suivre, j'espère continuer cette lecture au style assez agréable.

    RépondreSupprimer
  5. Vu que j'en entends souvent parler, il faut que je m'y mette, et cette intégrale pourrait être une bonne manière de le faire. Parce que bon, l'Omnibus c'est sympa sur le principe, mais ça fait peur. =X

    RépondreSupprimer
  6. @ Baroona : Tout à fait d'accord avec toi, Omnibus c'est bien mais ça fait peur. Ici l'intégrale fait 600 pages pour trois romans. Rien d'insurmontable pour quelqu'un qui lit régulièrement de la fantasy ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.