"Malpertuis" - Jean Ray

Jean Ray est un de ces grands auteurs belges aujourd'hui méconnu en France et ailleurs. En Belgique, il reste un classique, probablement pas de ceux que l'on fait lire à l'école mais on devrait y penser. Un grand auteur de fantastique qui fut largement connu au travers de la Bibliothèque fantastique de chez Marabout. Un vrai plaisir de lecture ! Et une superbe couverture.


++ La quatrième de couverture ++

L'oncle Cassave va mourir. Il convoque toute sa famille à son chevet dans la demeure de Malpertuis et leur dicte ses dernières volontés : que tous s'installent dans cette colossale maison de maître et que revienne, aux deux derniers survivants, sa fortune. Aucun des proches ne se doute du drame qui les attend. Tout commence par des lumières qui s'éteignent mystérieusement. Bientôt l'horreur jaillira des murs même de la maison. Le roman Malpertuis est un chef-d'œuvre de la littérature

+++ Mon avis +++

Lire pour moi "Malpertuis" fut une vrai découverte! Pas de Jean Ray, que j'avais déjà lu au travers de certains textes de "Harry Dickson", mais une découverte néanmoins pour son réel pouvoir d'auteur de littérature fantastique.

Jean Ray est un auteur aujourd'hui qui s'oublie. Un auteur qui fut porté par la bibliothèque fantastique Marabout et qui fit frissonner plusieurs générations avant moi, à savoir que ce texte fut publiée en première édition en 1943 au travers des Auteurs Associés (qui publia également Thomas Owen, Stanislas André Steeman, etc.). Jean Marie De Kremer de son vrai nom, alias Jean Ray, alias John Flanders, auteur belge flamand, a publié pas mal de textes divers : nouvelles, romans, contes qui furent publiés dans des journaux et aux formats livres. Mais plutôt que d'omettre certaines choses voir de raconter des âneries, je vous renvoie vers le site de l'Amicale Jean Ray qui publie encore aujourd'hui des oeuvres oubliées et méconnues de l'auteur.

Mais revenons au récit... L'oncle Cassave se meurt! Et si les membres de sa famille veulent hériter de sa fortune, ils vont devoir accepter de cohabiter sous le même toit, dans cette horrible maison qu'est Malpertuis, ce bâtiment à l'architecture cauchemardesque et à l'atmosphère glauque sans nom qui imprègne les cohabitant d'un sentiment d'une noirceur indicible. Mais rapidement, des événements étranges vont subvenir...

Huis clos obscure et étouffant, "Malpertuis" est une vrai réussite. Au début, sans en connaître plus du récit, on se croirait face à une banale histoire de maison hantée. Mais c'est bien plus que cela et Jean Ray nous manipule habilement pour nous dévoiler à la toute fin, comme dans un récit policier, les tenants et aboutissants de l'histoire, les fils qui lient nos personnages entre eux. La construction de l'histoire elle-même vaut le détour, changeant de narrateur d'une partie à l'autre du texte, offrant un autre angle d'approche et même un style différent. Jean Ray fait fort et avec ce livre il devient un maître du genre. Aujourd'hui encore son récit est très efficace. Je n'ose donner plus de détails concernant l'histoire, de peur d'en dévoiler de trop. Je déconseillerais d'ailleurs à tout un chacun de chercher à en savoir trop avant la lecture de "Malpertuis", cela gâcherait toute la surprise et la tension du récit. Vous m'excuserai donc de la brièveté de cette chronique mais je vous invite chaudement à lire ce classique de la littérature fantastique!

++ Mais encore ++

Lecture pour le Challenge Littérature belge :

- modalités et inscriptions
- recensement des articles

"Malpertuis" - Jean Ray "Malpertuis" - Jean Ray Reviewed by Julien le Naufragé on jeudi, juin 20, 2013 Rating: 5

10 commentaires:

  1. Ça donne furieusement envie !
    même question que Gromovar (j'aime quand cela à suffisamment de longueur)

    RépondreSupprimer
  2. je garde une très bonne impression de ce bouquin, qui fût pour moi aussi une révélation. Un univers fantastique mis en forme par un excellent auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Cher naufragé, merci de n'avoir pas dévoilé d'avantage de cette intrigue, bien qu'à trop n'en rien dire, on s'expose aussi à des futurs commentaires du type : "Oui, ah bon, si ce n'est que ça...".
    Car le pot-aux-roses est une idée suffisamment originale, à ma connaissance, pour n'avoir pas été reprise ailleurs, mais peut en laisser certains froids...

    Quoi qu'il en soit, Ray réussit le tour de force des styles différents que n'avait pas toujours rendu concluant Bram Stoker dans "Dracula", par exemple.

    Quant à la longueur, non, c'est même très concis. Ray était un vieux routard du mini-roman (avec ses Harry Dickson) et Malpertuis lui voit déployer tout son talent.

    Amitiés cher Naufragé (parce que ça faisait un peu longtemps que je n'avais pas pris ce temps de salutation.)

    RépondreSupprimer
  4. Non mais tu crois pas que j'ai assez de trucs à lire comme ça ! Ca suffit de toujours me donner envie de lire d'autres choses, c'est vil, méchant, cruel !
    *sort très loin*

    RépondreSupprimer
  5. Faut pas mettre du suspense comme ça, je suis trop curieux pour ne pas aller voir. =(
    Et même si je ne sais pas ce que cela va donner, il est emprunté. Donc une lecture très prochainement, bonne je n'en doute pas.

    RépondreSupprimer
  6. Oulala, je n'ai encore répondu à personne moi...

    @ Gromovar : Tu as reçu ta réponse de Marcel. Bon live, pas long et qui se lit très bien!

    @ Christophe Caenevet : Pas très long, suffisamment long tout de même. A découvrir donc!

    @ Archibald : Je continue à découvrir les classiques ;-)

    @ Marcel Trucmuche : J'ai un peu peur de trop en dévoiler. Lâcher une petite info sur les personnages risquerait de casser l'effet de surprise. J'avoue pour ma part ne pas avoir vu venir les choses. Mais il est vrai que cela pourra en laisser certains froids. C'est le risque de la lecture.
    Par contre, je suis très fan de "Dracula" de Bram Stocker pour ma part.
    Au plaisir de te recroiser au détour d'un commentaire.

    @ Vert : Je suis un vil tentateur.

    @ Baroona : Le mieux est que tu lises le livre ;-) J'irai lire ce que tu en penses alors.

    RépondreSupprimer
  7. Mais oui, moi z'aussi j'adore Dracula !

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.