Ritournelle de nouvelles - Acte 1

Il n'est pas toujours évident de chroniquer des livres lus il y a quelques temps déjà. D'autant plus quand il s'agit d'une série de textes courts comme les nouvelles. Alors du coup, plutôt que de créer un billet unique par livre ou, pire encore, ne pas vous en parler par fainéantise intellectuelle de ma part, je me suis dis que je créerais un système d'articles spécifiques : "Ritournelle de nouvelles". Ceux-ci me permettront par ailleurs de mettre en avant quelques nouvelles au format numérique qu'il serait fastidieux de chroniquer individuellement. 

Commençons avec un Folio à 2 euros. "Sur les origines d'une génération" de Jack Kerouac offre deux textes, le premier éponyme et le second nommé "Le dernier mot". Dans ces textes, autobiographiques, Kerouac revient sur la genèse ou plutôt ce qu'est la beat generation. Rappelant ainsi que celle-ci est née de son idée et de ce qu'il partageait avec d'autres tels Allen Ginsberg ou encore William Burroughs. Influencé par la musique jazz, par le Beat, ou encore le pulse, ils cherchaient à vivre intensément. Par forcément contre la société, mais intensément. En cela ils sont précurseurs à la génération suivante, celle des années 60, celle des punks, et autres révoltés qui cherchent tous à vivre librement et intensément. Quitte à se tromper mais vivre! Un petit ouvrage intéressant, totalement dispensable selon moi mais intéressant car il met en lumière le personnage en regard de son classique "Sur le route" (que je n'ai finalement jamais/pas encore chroniqué).

Suivent maintenant deux ouvrages de Luis Sepulveda. Un auteur chilien que je classe allègrement parmi mes favoris car l'auteur a une maîtrise de sa plume et du format nouvelle que j'aime énormément. Par ailleurs, ancien garde rapproché de Salvador Allende, il a toujours gardé dans son écriture une position de gauche et écologiste très marquée qui m'a toujours touché et marqué. Inévitablement, j'ai donc lu pas mal de ses textes. Peut-être pas tous, mais presque. 
Dans "Les roses d'Atacama", Luis Sepulveda va chercher des histoires d'oubliés. Ses héros que l'on a effacé, soit parce qu'arrivé avant l'heure d'être remarqué pour ces faits, soit parce que si cela se savait cela risquerait de donner trop d'idées aux autres. Mes parmi ces héros, il y a un tas de petites gens, ces personnes qui ne seront jamais considérés comme des héros mais qui par leurs actes, leur bravoure ou leur foi en un autre monde possible permettent aux changements d'arriver. L'histoire ne se fait donc pas par les grands hommes, mais se fait par le contexte que crée ces petites gens qui offrent la perspective du changement !
"La lampe d'Aladino" offre aussi son lot de textes qui sont tour à tour nostalgiques, émouvants ou tragiques. Des récits courts à très courts dans lesquels on se laisse porter sur le fleuve de la plume amazonienne de Sepulveda.
Vous ais-je déjà dit que j'étais fan de son oeuvre? A savoir que tout est à prendre et rien n'est à jeter chez cet auteur!

Et terminons avec Jean-Claude Dunyach, auteur français de science-fiction. Ce dernier est un nouvelliste de talent. Sachant ciseler ses phrases et créant des atmosphères efficaces, il amène le lecteur dans une ambiance réellement prenante. Je n'ai certes pas toujours été touché par ce que j'ai lu par le passé, mais suffisamment que pour avoir envie de lire ce recueil. Cependant, celui-ci fut lu il y a déjà trèèèèès ou trooop longtemps. Alors mon pauvre cerveau ne peut vous en dire beaucoup plus. Sauf bien sur qu'il me reste le souvenir organique, celui du plaisir lié à la lecture et de l'étonnement face à sa maîtrise. Dès lors il ne me restait que l'envie de dire un jour que cet auteur est à découvrir. A tel point, que lors des Imaginales 2012, je me suis offert un autre recueil dédicacé par les bons soins de l'auteur himself, mais que je n'ai pas encore lu hélas.

Ritournelle de nouvelles - Acte 1 Ritournelle de nouvelles - Acte 1 Reviewed by Julien le Naufragé on lundi, avril 01, 2013 Rating: 5

9 commentaires:

  1. Foisonnante première "petite" ritournelle ! Belle idée, qui donne envie de lire plus de nouvelles.

    RépondreSupprimer
  2. Ritournelle c'est trop mignon ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Héhé j'aime bien voir ce genre de billets naitre (je vois que vous avez tous de l'imagination concernant leur nom)
    Bon, je suis plutôt frileuse (et difficile de surcroit) concernant les nouvelles alors je ne connais pas vraiment celles que tu présentes.

    RépondreSupprimer
  4. @ Marcel Trucmuche : L'idée ne vient pas de moi mais elle fort plaisante. Surtout quand les lectures comme ici dates de quelques mois. Ou pour la suite, mettre en avant des nouvelles au format numérique qu'il serait fastidieux de détailler article par article.

    @ Lune : ;-) COmme une bonne vieille musique efficace quoi. Et puis ça rime...

    @ AcrO : A défaut d'être original sur le concept, on essaye d'être imaginatif sur le titre ;-) Par contre, les nouvelles j'adore ça. Cela demande une certaine maîtrise de style et de la narration qui me semble plus difficile que pour une trilogie de trois fois 600 pages. Mais ce n'est que mon point de vue. Et puis ma liseuse numérique me permet de plonger dans un tas de nouvelles intéressantes. Mais ça viendra ensuite.

    RépondreSupprimer
  5. C'est varié dis donc tout ça ! C'est chouette ces petits rendez-vous, je devrais m'y mettre mais j'ai aps trop le temps de lire des nouvelles isolées en ce moment.

    RépondreSupprimer
  6. Le plus dur, c'est de trouver un titre original en fait pour ce genre d'article en fait :D
    (moi je viens de trouver le mien, je vais enfin pouvoir faire des bilans dans le genre aussi...)

    RépondreSupprimer
  7. @ Tiger Lilly : J'aime la variation. Sinon on sombre dans l'ennui. Et puis en variant, même quand on relit des trucs éculés, on a l'impression d'une certaine fraîcheur.

    @ Vert : Exact, c'est ça le plus difficile. Car du coup, cela permet de faire des articles plus courts que des billets longs. Surtout quand on accumule plein de retard sur des chroniques. On bien pour mettre en avant des oeuvres pour lesquelles j'aurais l'impression de ne rien dire de mieux que ce qui a déjà été dit.

    RépondreSupprimer
  8. C'est une formule pratique pour parler de textes courts (et pour les chroniquer aussi sinon ça passe à la trappe)

    RépondreSupprimer
  9. @ Lhisbei : Mieux vaut cela que l'oubli pur et simple.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.