"Gatbsy le magnifique" - F. Scott Fitzgerald

Belle réédition pour fêter les 40 ans de Folio. Et qui profite d'une traduction inédite de Philippe Jaworski. Bref, belle pièce, même si je n'ai pas été entièrement conquis.


+++ La quatrième de couverture +++

Dans le Long Island des années vingt, la fête est bruyante et la boisson abondante. Surtout chez Jay Gatsby. Aventurier au passé obscur, artiste remarquable par sa capacité à se créer un personnage de toute pièce, Gatsby, figure solaire par son rayonnement, lunaire par le mystère qu'il génère, est réputé pour les soirées qu'il donne dans sa somptueuse propriété. L'opulence, de même que la superficialité des conversations et des relations humaines, semblent ne pas y avoir de limites. C'est pourquoi l'illusion ne peut être qu'éphémère. Parmi les invités de cet hôte étrange se trouve Nick Carraway, observateur lucide qui seul parvient à déceler une certaine grandeur chez Gatsby, incarnation de multiples promesses avortées. Ce roman visuel qui se décline dans des tons d'or, de cuivre et d'azur, s'impose également comme la chronique d'une certaine époque vouée, telle la fête qui porte en elle son lendemain, à n'être magnifique que le temps d'un air de jazz.


+++ Mon avis +++

Ce livre-ci, cela faisait un moment que je voulais me le lire. Considéré comme un classique de la littérature US moderne, j'avais donc envie d'y plonger un œil. Mais quel plaisir que de lire un livre de poche doté du bel emballage que lui offre Folio pour ses 40 ans d'anniversaire. Nouvelle couverture entourée d'un sympathique surcouverture au teins rosé et surtout un livre qui profite d'une nouvelle traduction par Philippe Jaworski. A savoir si le livre méritait une nouvelle traduction, je suis mal placé, mais toujours est-il que le style est présent et sans doute rendu avec grandeur.

"Gatsby le magnifique" est un roman écrit à la première personne. L'histoire y est contée au travers du regarde de Nick Carraway, voisin de Gatsby. Ce dernier vit dans une villa merveilleuse, maison énorme ou tout un chacun est invité chaque soir à venir faire la fête. Chaque nuit est une débauche de plaisirs et de rencontres continuelles. Ce petit monde luxueux crée une ambiance doucereuse où rien n'importe plus que le plaisir immédiat et surtout continuel. Sans oublier celui de jaser sur les malheurs des autres. Nick nous contera donc la vie des ces gens, de Tom, de Jordan, de Daisy, de Gatbsy et de l'amour qui a existé et qui reste entre des deux derniers personnages. Si Gatbsy étale tout ce fatras doré ce n'est que pour une chose, retrouver celle qu'il a aimé autrefois. Mais si Nick nous parle de ceux qui l'entourent, il en devient lui-même un peu creux. Juste là comme conteur, Fitzgerald nous livre peu de chose de son porte-parole.

"Nul feu, nulle glace ne rivalisera jamais avec en intensité avec la foule des chimères qui se pressent dans un coeur d'homme."

Dans "Gatsby le magnifique", F. Scott Fitzgerald y déploie le mythe du rêve américain : celui qui nous laisse croire que quand on veut on peut. Celui qui veut que même en partant de rien on peut monter haut et devenir riche. Faut-il voir dans cette œuvre un fond autobiographique? Il n'y a qu'un pas à faire que je ne ferai pas car je ne connais pas assez Fitzgerald et son oeuvre. Mais des parallèles pourraient être fait entre la vie de Gatsby et celle de l'auteur.

Ce roman est un livre très bien écrit, d'un style irréprochable il ne m'a néanmoins pas conquis. Il transpire dans ce livre une certain éloge du snobisme auquel je n'arrive pas à accrocher. Difficile donc dans ce cas de s'identifier aux personnages et de les suivre dans leur bonheur de la richesse et du malheur de leurs amours.

"Elle avait pris froid et cela rendait sa voix plus rauque et plus charmante que jamais, et Gatsby eut la révélation bouleversante de la jeunesse et du mystère que la richesse emprisonne et préserve, de la fraîcheur de tant de vêtements et de Daisy, qui brillait comme de l'argent, fière dans son refuge, loin au-dessus des âpres luttes des pauvres."

Bref, un bon roman qui vaut surement toutes la gloriole qu'on lui donne. Une œuvre superbement écrite mais une histoire à laquelle je n'ai pu réellement accrocher. Dommage pour moi. Mais cela reste néanmoins une œuvre qui vaut sa lecture pour la plume de Fitzgerald bien rendue par Jaworski.

+++ Le livre +++
  • Poche: 201 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (Décembre 2011)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Traduction : Philippe Jaworski
"Gatbsy le magnifique" - F. Scott Fitzgerald "Gatbsy le magnifique" - F. Scott Fitzgerald Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, février 26, 2012 Rating: 5

6 commentaires:

  1. C'est un de mes livres préférés, dommage qu'il soit passé à côté de toi. Mais je l'avais lu en VO, je ne sais pas ce que vaut cette nouvelle traduction de Jaworski. Ca ne doit pas changer grand chose de toutes façons ;)

    RépondreSupprimer
  2. @ Natiora : Je crois que c'est plus une question de feeling sur l'histoire que de style d'écriture. Le livre est très bien écrit!

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends que l'on puisse passer complètement à coté de l'histoire. De mon coté j'ai bien aimé : Un très beau roman en effet. J'ai vraiment beaucoup aimé. Mon avis : http://litterature-a-blog.blogspot.com/2012/03/gatsby-le-magnifique.html

    RépondreSupprimer
  4. @ Jerome : Merci pour ton passage et ta compréhension.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis assez d'accord avec toi : c'est un roman très beau, mais assez froid, détaché, qui m'a laissée un peu à côté aussi.

    RépondreSupprimer
  6. @ Céline : Haaaaa merci. Donc, je ne suis spas juste passé à côté. Il y a je pense quelque chose lié à cette frivolité permanent qui donne une froideur d'ensemble.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.