"Le cimetière des saints" - Richard Paul Russo

J'avais envie de découvrir Richard Paul Russo qui n'est actuellement connu par chez nous que par "La nef des fous". Mais comme je ne l'avais pas lu, autant le découvrir par ce livre-ci, histoire de voir ce qui cache derrière cette très sympathique couverture.


++ La quatrième de couverture ++

Il a cinq ans, et il a tout perdu. Ceux qu'il aimait, son monde d'origine, et jusqu'à son identité. Parce que le vaisseau de son père a été attaqué en approche du Monde de Conrad, Cal est désormais seul, égaré au coeur d'un continent hostile, à la merci des pillards et des marchands d'esclaves. Pour survivre, il lui faudra non seulement s'adapter, mais surtout découvrir le secret millénaire du Monde de Conrad, un secret qui pourrait bien lui redonner sa vie passée, mais surtout changer la face de l'univers humain. Un secret qui porte un nom : Jaaprana, quelque part dans le mystérieux Cimetière des Saints...


+++ Mon avis +++

Tout débute dans un vaisseau, en plein espace mais proche d'une planète : le Monde de Conrad. Cal a encore cinq ans mais son vaisseau est attaqué par on ne sait pas qui. Son père le fait fuir avec la nounou : Sidonie. A peine arrivés sur ce monde, voilà qu'un groupe d'hommes leur tombe dessus, violent Sidonie et la laissent pour morte. Cal, lui, est emmené et sert à peu de chose près d'esclave. Et puis un jour il va fuir, profitant de l'attaque d'un autre groupe de marchands d'esclaves ou d'on ne sait trop quoi. Il atterrira ensuite dans un village, s'y installera, vivra sa vie... jusqu'au jour où Blackburn débarque monté sur son cheval génétiquement modifié, avec cet air du gars qui a déjà tout vu et du genre à être respecté ou craint par le reste du village. Au passage, Cal apprendre, via cet homme qu'ils sont sur une partie de la planète qui sert de prison à ciel ouvert, qu'ils sont dans le lieu du Monde de Conrad où l'on envoie tous les criminels en tous genres. Blackburn laissera à Cal l'occasion de le suivre...

Sans vouloir en révéler plus sur l'histoire que contient ce roman, je vous en laisserai là pour le résumé. Avec "Le cimetière des saints", Richard Paul Russo nous offre un roman initiatique d'une facture fort banale. De son état de naufragé, Cal a tout oublié et petit à petit ils découvrira les choses, rencontrera des gens et redeviendra celui qu'il était avant son naufrage jusqu'à continuer et terminer la quête de son père : découvrir qui sont les Jaaprana et le secret qu'ils peuvent bien garder. Evidemment le style du roman d'apprentissage nous donne souvent quelque chose de convenu. Je veux dire par là que les conventions sont connues et d'autant plus que la fantasy actuelle nous apporte également son lot dans ce genre. Maintenant, entre le space opera et la fantasy, la frontière est parfois très mince. Et dans ce cas-ci, le roman plaira facilement aux fans de swords and corcery. D'autant plus que si le roman débute en espace, la plupart de l'aventure et donc l'apprentissage de la vie par Cal se passe sur le Monde de Conrad, faisant par la même occasion passer le livre vers le planet opera. Encore que cela bouge ensuite à nouveau vers du space opera. Par contre la société du Monde de Conrad fonctionne presque a un état proche du moyen-âge, en tout cas dans la zone "prison" de ce monde, d'où le rapprochement avec la fantasy encore une fois, m'enfin arrêtons-nous là avec les étiquettes.

Au niveau du scénario, tout ce passe de manière fort linéaire. C'est un peu dommage pour ma part, mais d'un autre côté cela en fait un bon page-turner. Du genre de ces livres qui se laissent lire tout seul, d'autant que la plume de Richard Paul Russo est fluide et bien rythmée. Les descriptions sont bien ficelées à tel point que l'on se retrouve bien dépaysé, une belle invite au voyage où à l'aventure quoi. Et au final, n'est-ce pas ce que l'on recherche dans le space opera de base? En tout cas, l'auteur évite tout écueil dans la hard SF, ce qui est pas mal non plus!

Bref, après cet aperçu général du livre, sachez que cela en fait un bon divertissement. Mais comme dit plus haut, c'est assez linéaire et convenu dans le genre. Le rythme est important dans ce livre, mais un peu trop. Des tas de passages ne sont pas développés, laissant place au rythme général de l'aventure à défaut du personnage principal qui manque de profondeur et de psychologie. Richard Paul Russo tenait une idée sympathique et avançait des mondes et décors très bons mais qui auraient mérité un développement plus profond. Peut-être qu'il aurait pu tirer l'ensemble sur facilement deux fois plus de pages sans nous ennuyer?

Bref, malgré ces défauts, il plaira sans doute à ceux et celles qui veulent faire une aventure spatial sans s'éterniser sur plus de 600 pages. Quant à moi, je m'y suis donc promené gentiment mais sans plus, un roman divertissant mais guère mieux. Néanmoins, je serais curieux de lire "La nef des fous" qui semble avoir recueilli un meilleur avis.


+++ Mais encore +++

Je remercie les éditions Pocket pour ce livre et la découverte de cet auteur.


Et voici ma quatrième participation pour Summer Star Wars Challenge

Tous les billets de ce Challenge 2011 et du 2010 en suivant ce lien-ci.



CITRIQ

+++ Le livre +++
  • Poche: 370 pages
  • Editeur : Pocket (14 avril 2011)
  • Collection : Science-fiction / fantasy
  • Traduction : Patrick Dusoulier avec la collaboration de Pierre-Paul Durastanti
  • Illustration : Pascal Casolari
"Le cimetière des saints" - Richard Paul Russo "Le cimetière des saints" - Richard Paul Russo Reviewed by Julien le Naufragé on samedi, août 13, 2011 Rating: 5

4 commentaires:

  1. Ne lis pas La nef des fous si tu espères une explication. C'est terriblement frustrant.

    RépondreSupprimer
  2. @ Gromovar : Je ne sais pas si cela me gènera, en soi, une fin ouverte est intéressante. Mais s'il soulève des questions tout le long sans répondre à rien, c'est frustrant parfois. Mais en tout cas, me voilà prévenu! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai encore "La nef des fous" à lire, ce que tu dis de ce livre-ci, c'est un peu ce que je m'attends à penser de celui-là... Bah, un bon divertissement, c'est déjà ça de pris ^_^. Mais je me contenterai de celui que j'ai déjà donc.

    RépondreSupprimer
  4. @ Cachou : Je crois que je m'attendais à plus de profondeur avec un space opera moderne... mes attentes étaient mal placées. Mais cela reste un bon divertissement, une belle aventure avec de belles images. Et notes que parfois il faut franchement pas plus! ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.