"Bloodsilver" de Wayne Barrow

Derrière cet auteur étasunien au passé obscure et aux origines Navaro se cache en fait deux auteurs français : Johan Heliot et Xavier Mauméjean. Bref, Wayne Barrow n'est qu'un pseudonyme qui a permis à ces deux français de pouvoir créer un roman entre vampirisme et uchronie sur fond de western américain.

"Bloodsilver" est également la lecture commune du mois de novembre du Cercle d'Atuan. Est-il encore utile de vous inviter à nous rejoindre?

"Bloodsilver" a obtenu le Grand Prix de l'Imaginaire en 2008.


+++ La quatrième de couverture +++

1691 : un bateau transportant de mystérieux passagers aborde la côte est du continent nord-américain. Les vampires viennent de débarquer de la vieille Europe. Ils forment bientôt le Convoi, longue colonne de chariots recouverts de plaques de plomb, et se lancent à la conquête de l'Ouest, anticipant le trajet du chemin de fer dans une lente et implacable progression... 1692 : à Salem, une poignée d'hommes impitoyables fonde la Confrérie des Chasseurs, bien décidés à stopper l'avancée du Convoi et à en découdre avec les créatures des ténèbres. De Fort Alamo aux territoires sioux, de Wounded Knee à Silver City, les hommes du Nouveau Monde, Billy le Kid, les frères Dalton ou encore Doc Holliday mêlent le sang à l'argent, luttant sans merci contre les vampires, ou formant avec eux d'improbables alliances...


+++ Mon avis +++

Ce roman kaléidoscopique est un roman western pur et dur. Il y'a bien sur un fond fantastique derrière tout cela avec en toile de fond un background vampirique indéniable mais "Bloodsilver" reste un roman de pistoleros. Un roman pour fondu de la gâchette. Un roman où les flingues parlent plus que les sentiments.

Construit comme une nouvelle histoire des USA, "Bloodsilver" nous offre donc une presque uchronie. A cela prêt que l'histoire des USA ne change pas, elle est juste adaptée à la vie des vampires, ce qui fait que notre livre n'est plus vraiment de l'uchronie à mes yeux. Cela fait tout de même du roman un projet intéressant.

Néanmoins, le livre n'est pas à proprement parlé un roman, mais plutôt un recueil de nouvelles. Il y'a un fil conducteur indéniable et le tout s'enchaîne de manière chronologique et logique, mais il reste que "Bloodsilver" est une succession de textes. Ce livre tient plus de la galerie de portes flingues qu'autre chose. Tous y passent faire leur ronde et flinguer quelques broucolaques (le nom des vampires de notre histoire), on y retrouve comme ça : Billy le Kid, Doc Holliday, les frères Dalton, etc. Même Mark Twain y tient un rôle plus qu'intéressant.

Mais malgré une plume agréable et bien menée, malgré le fait que le roman se laisse lire facilement, malgré le rythme et l'aventure, il manque tout de même quelque chose à ce roman. Un fond psychologique plus complet aurait enrichit le tout. "Bloodsilver" nous offre ici juste une galerie de combats aux flingues qui n'a bien sur rien à envier à un bon vieux Western. Ça en est d'ailleurs très proche. Mais pour moi il manque quelque chose. Un pas grand chose, que l'on retrouve dans certains textes comme "Wounded Knee" ou "Silver City" , des textes où une partie sensible s'invite et mette de la profondeur dans le texte.

Cela dit, si l'on prend "Bloodsilver" comme un western, un roman de pure aventure, alors on est pas déçu. J'en attendais quelque chose de plus profond... Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. Mais vous voilà prévenu.


+++ Et Cetera +++

Lecture effectuée dans le cadre du Cercle d'Atuan :
Le Hit Parade du Cercle d'Atuan

Le livre sur : Noosfere, Livraddict, Babelio, Le Cafard Cosmique.


+++ Le livre +++
  • Poche: 491 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (14 janvier 2010)
  • Collection : Folio SF
  • Broché: 339 pages
  • Editeur : Les éditions Mnémos (1 novembre 2006)
  • Collection : Icares
Free Blog Counter
"Bloodsilver" de Wayne Barrow "Bloodsilver" de Wayne Barrow Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, décembre 05, 2010 Rating: 5

2 commentaires:

  1. Il faut dire que Mauméjean n'est pas le plus fin question psychologie. On se serait attendu en effet à plus de psychologie grâce à Héliot, mais l'ensemble parait être un peu écrit au pied de biche. Une bonne technique de narration, mais peu d'inspiration au final.

    RépondreSupprimer
  2. Ta description fleurie me paraît finalement bien résumé le livre :

    "...l'ensemble parait être un peu écrit au pied de biche. Une bonne technique de narration, mais peu d'inspiration au final."

    Bien joué! Même si le dernier Mauméjean semble assez attirant.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.