"L'homme des jeux" de Iain M. Banks

Iain M. Banks est un monstre sacré de la SF actuelle. Et avec son Cycle de la Culture il a marqué le genre ainsi que son sous-genre : le space opera. L'occasion pour moi au travers du Challenge Summer Star Wars d'enfin m'intéresser à l'oeuvre de ce best seller anglo-saxon, connu sous le nom de Iain Banks par le grand public là où la SF le connait sous le nom de Iain M. Banks. Cela dit je peux déjà vous dire que je suis conquis et que le reste de son oeuvre ne fait que m'attirer, car le plaisir est au rendez-vous au travers de l'humour, l'ironie, la satire, et le sens of wonder.


+++ La quatrième de couverture +++

Dans l'empire d'Azad, le pouvoir se conquiert à travers un jeu multiforme. Jeu de stratégie, jeu de rôle, jeu de hasard, le prix en est le trône de l'Empereur. Gurgeh est le champion de la Culture, une vaste société galactique, pacifique, multiforme, anarchiste, tolérante, éthique et cynique où le jeu est considéré comme un art majeur. S'il gagne, la paix sera sauvée entre la Culture et Azad. S'il perd... Voici le premier volume de la fameuse série de la Culture qui a renouvelé avec humour et panache le thème de la société galactique. Il sera suivi de L'Usage des armes et de Une forme de guerre.


+++ Mon avis +++

La Culture est le meilleur des mondes possibles : ni loi, ni hiérarchie, ni propriété. Le bonheur pour tout humanoïde de gauche portée vers l'anarchie n'est-ce pas? Cependant cette société de la Culture est ambigüe voir arrogante envers qui ne veut pas se conformer à elle-même. Un poil impérialiste n'est-ce pas? Et donc critiquable. Et en bon homme de gauche, Iain M. Banks aime porter un oeil critique sur cette Culture, mais également sur ce qui lui est étrangère. Et c'est avec un certain cynisme que l'auteur nous renvoie des images de notre monde à nous.

Mais revenons au livre lui-même. Gurgeh, l'homme des jeux, le meilleur qui soit au sein de la Culture se voit proposer une mission : jouer à un jeu, celui de l'Azad. Jeu complexe et sociétal car c'est lui qui régit tout la vie de l'Empire Azad. Le vainqueur devenant l'empereur et chacun obtenant sa place dans la société en fonction de ses résultats dans ce jeu. Ce terrain de jeu sera celui de la bataille entre deux civilisations. D'un coté la Culture qui, de prime abord, semble pacifique, altruiste et tolérante (mais l'est-elle vraiment?). Et de l'autre coté l'Empire Azad qui a tout des travers de notre société à nous : discrimination sexuelle, raciale, hiérarchique, mais également guerrière, violente et portée sur le sensationnelle. Ne dirait-on pas notre bonne vieille Terre? Cependant Gurgeh, pour le plaisir des jeux prend le défi à bras le corps et se lance dans l'aventure. Et contrairement à toute attente, il avance, gagne, se fait une place par son jeu audacieux. Bref, il va s'attirer des emmerdes et devra éviter des complots médiatiques, des attentats, mais jamais il n'abandonnera et continuera à porter la Culture sur le plateau de jeu. Mais est-il réellement si libre qu'il ne le pensait? Ou n'est-il qu'un pion dans un autre jeu? Je n'en dirai pas plus...

Une particularité intéressante également est la place des drone. Robots intelligents, parfois très anciens comme Chamlis Amalk-ney âgé de 4000 ans, ou encore Flère-Imsaho, le drone de Contact qui l'accompagnera dans l'Empire Azad. Ces robots sont des personnalités à part entière, avec un caractère propre et une capacité de parler de réfléchir parfois même plus aboutie que certains humains. Et même s'ils ont des rôles précis, ils sont des citoyens libres de la Culture car ce sont des êtres intelligents. Voir tellement qu'on se demande qui manipule qui au final...

"L'homme des jeux" c'est la rencontre de deux civilisations opposées. Politiquement et socialement différentes, l'une est égalitaire là où l'autre est intolérante. Bref le clash est proche, et c'est au travers du tableau de jeu que cela se passe. Mais là où la Culture semble être le paradis utopique des libertés, il semblerait qu'elle veuille s'imposer partout par quelque moyen que ce soit. Et au travers du livre, le lecteur est amené a se faire sa propre opinion. Montrant la cruauté d'une civilisation impérialiste et les manipulations d'une société dites des libertés, que reste-t-il? Ni bon, ni mal. Juste l'humanité et tout ce qu'il a de bon et mauvais? Pas de vérité ni de jugement édificateur sur ce qu'il devrait être.

Iain M. Banks est philosophe, écrivain et politiquement à gauche. Cela se ressent dans son livre d'ailleurs. Il porte en avant plusieurs questions, tels que le rôle de la technologie et des intelligences artificielles sur notre liberté, mais renvoie également une vision critique de notre monde et de nos utopies. Abordant par la même occasion la réalisation d'une société de l'anarchie dans un univers de l'abondance, perspective intéressante et autrement plus riche d'un autre empire galactique fort qui domine et contrôle tout et partout. Bref Iain M. Banks nous livre ici un roman riche, un livre déjà classé parmi les classiques et odnt je ne peux que confirmer les dire à ce sujets. Malgré quelques longueurs et lenteurs au début du livre, on retrouve un sens du merveilleux riche et développé qui ne fait que créer de belles images en nous. Iain M. Banks est désormais un auteur que je compte approfondir, d'abord au travers du cycle de la Culture, ensuite au travers du reste, SF ou non. Car son cynisme, son humour ironique mais au combien touchant, sa vision critique et intrigante est plus que plaisante, alors un conseil : testez-le. Ne dit-on pas "l'essayer, c'est l'accepter"?

Terminons sur le fait que le livre profites d'une très bonne préface de Gérard Klein, et d'une sympathique couverture réalisée par Manchu. Couverture qui si elle n'est pas magnifique est néanmoins bien plus belle que celle de l'édition broché!


+++ Sur le Web +++

A propos de Iain M. Banks : son site web, la page Wikipedia, la page du Cafard Cosmique, la page Noosfere, sur Babelio, sur Livraddict.

Interview de l'auteur : sur ActuSF

Autres articles : intéressante analyse de l'anarchie au travers de la Culture, article Wikipedia sur le livre, chronique de Efelle sur son blog.

Les réseaux geek littéraires : le livre sur Livraddict, et sur Babelio.

Mon article : Envie de space opera


Le Challenge Summer Star Wars sur le RSF Blog






+++ Le livre +++
  • Poche: 478 pages
  • Editeur : LGF - Livre de Poche (juin 1996)
  • Collection : Livre de poche

+++ Playlist +++

Clint Mansel "the fountain"
Saycet "through the window"


+++ Le thé d'accompagnement +++

Le Thé des Songes de chez Palais des Thés.
Free Blog Counter
"L'homme des jeux" de Iain M. Banks "L'homme des jeux" de Iain M. Banks Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, septembre 14, 2010 Rating: 5

5 commentaires:

  1. Un auteur incontournable, le recueil l'Essence de l'Art contient une nouvelle non SF assez marquante.

    RépondreSupprimer
  2. Tu me donnerais presque envie de le relire là. Ce que je ferai ainsi que l'intégralité du cycle. Certainement à l'occasion de vacances prochaines pour pouvoir m'en repaitre tout à loisir. Très belle chronique !

    RépondreSupprimer
  3. Sur les conseils d'un joueur pro de poker, et étant moi même amateur de science fiction, j'ai entamé la lecture et j'arrive sur la fin et je ne peux que dire que je dévore ce livre avec un réel plaisir.

    Votre critique de l'ouvrage est très juste. Rien à redire....

    RépondreSupprimer
  4. Bien que mon dernier billet ne soit pas très enthousiaste envers la SF (vu le mal que j'ai eu à lire L'aile du dragon de M. Weis), ton billet me tente franchement et je mets ce titre dans ma wish-list !

    RépondreSupprimer
  5. @ Efelle : Le recueil l'Essence de l'Art me tente vachement, mais je pensais d'abord me rendre plus familier du cycle de la Culture avant de l'aborder. Cela dit, il profite d'un beau visuel!

    @ El JC : Relis le! ;-)

    @ Hadrilion : Merci pour ton retour, cela fait plaisir!

    @ Véro : Dévore-le. Et si tu n'aimes pas, passe à autre chose. Les livres ne manquent pas! ;-) Je vais de ce pas jeter un oeil à ton blog

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.