"Le maître des rêves" de Zelazny

Si je ne me trompe pas, c'est grâce à Ryuuchan que j'ai ce livre, obtenu au travers d'un échange de livres. Dès lors je la remercie bien bas de pouvoir m'offrir un nouveau voyage au sein de la bibliographie de ce très chouette auteur.

Ce livre marque également une lecture commune lancée au travers du web et relevée par Ellcrys. Merci à elle de la partager avec moi.

Sur ce, je vous invite à visiter leur blogs respectifs : Ryuuchan et Ellcrys.


+++ La quatrième de couverture +++

Branché directement sur le cerveau de ses patients, Charles Render y injecte des songes de sa composition. Maître dans son domaine, il est l'auteur des mondes imaginaires les plus achevés. Eileen Shallot, belle à se damner, aveugle de naissance, se présente un jour à sa porte. Elle veut voir le monde par les yeux de Render, à travers ses rêves. Ensemble, ils vont arpenter les univers qu'il a créés pour elle. Mais un jour Eileen refuse de s'arracher aux rêves de Render, dont elle prend peu à peu le contrôle pour transformer l'utopie en un piège mortel.


+++ Mon avis +++

"Le maître des rêves" est le deuxième livre de Roger Zelazny. Sorti en 1966, il est construit comme l'extension de la nouvelle "he who shapes" sortie en 1965. Je parlerai moi ici de l'édition de 2006, qui garde la même traduction d'origine d'Alain Dorémieux mais revue par Thomas Day. Ce qui est certain d'entrée de jeux, c'est que l'écriture de Zelazny est fluide et plaisante. Les mots de l'auteur coulent entre vos doigts et les phrases se lisent comme on dévore une friandise, goulument et avec délectation. En peu de mots et peu de phrases Zelazny arrive à créer des images incroyables et c'est pour moi une des forces de sa plume assez épurée.

Ce livre porte pour moi un petit coté de P.K. Dick par son jeux de réalités subtiles, par le travail sur les folies, phobies et mondes oniriques. Jeux pouvant jusqu'à porter à confusion. Jusqu'à ne plus savoir qui joue avec qui. L'idée est originale et relativement bien travaillée, sans être portée jusqu'au bout. En même temps c'est le genre d'oeuvre qu'il est difficile de terminer "correctement".

Un petit défaut : les digressions permanentes. Pas forcément faciles à suivre car partant d'un coté ou d'un autres. Elles jouent sur les références mythologiques car comme à son habitude Zelazny aime jouer sur les déités nordiques et leurs références. Parfois semblant hors contexte, souvent déroutantes, ces digressions renforcent néanmoins le coté onirique et symbolique de toute cette aventure. Néanmoins on s'attachera très vite aux personnages que l'on suivra avec un enthousiasme certain tout en étant doué, pour ma part, d'une certaine fièvre de page-turner pour l'occasion.

"Le maître des rêves" reste un livre intéressant sans être à classer parmi l'oeuvre majeure de l'auteur. Pour un deuxième roman on perçoit déjà tout sa facilité à créer de belles images d'un onirisme sans pareil. Jeu de sensations qui atteindra son paroxysme dans le cycle des neufs princes d'Ambre.

Un auteur que je continuerai à découvrir petit à petit, mais qui au fur et à mesure de me lectures prend une envergure intéressante.


+++ Sur le Web +++

Lecture Commune partagée avec Ellcrys
Le livre sur Livraddict
Le Bifrost spécial Roger Zelazny
Le livre et toutes ces éditions sur Noosfere
Roger Zelazny sur Wikipedia


+++ Le livre +++
  • Poche: 254 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (9 mars 2006)
  • Collection : Folio SF
  • Prix Approxmatif : 6,60 EUR

+++ Playlist +++

Bessie Smith, John Lee Hooker, Robert Johnson, Bilie Holiday.


+++ Le thé d'accompagnement +++

Le thé des amants du Palais des Thés
Free Blog Counter

"Le maître des rêves" de Zelazny "Le maître des rêves" de Zelazny Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, août 31, 2010 Rating: 5

4 commentaires:

  1. L'histoire me tente plutôt ... Je suis actuellement en train de lire Ubik de K.Dick, et moi qui n'aime pas la SF, j'apprécie assez. Celui-ci me semble aussi pas mal !

    RépondreSupprimer
  2. Je vois que l'écriture de Zelazny nous laisse la même impression, des mots qui coulent tous seuls et de superbes images qu'on visualise sans effort. D'autre aiment peut-être la chick-lit pour se détendre mais je crois que c'est ce genre de livre que je choisirais pour une lecture qui repose l'esprit !
    Vivement que j'aie le temps de commencer les Princes d'Ambres...

    RépondreSupprimer
  3. Le cycle des princes d'Ambre est parmi mes préférés et je n'ai toujours pas lu d'autres bouquins du sieur Zelazny, c'te honte !
    Celui ci sera surement mon prochain et surement pas le dernier... :)
    et j'aime beaucoup les petits plus à la fin de l'article : la playlist et le thé, très sympa comme extras ! ^^

    RépondreSupprimer
  4. @ Alexandra : Celui-ci est surement plus facile à lire que du Dick. La plume est plus fluide... Mais laisse-toi tenter.

    @ Miss Spooky Muffin : Il faut pour ma part entamer la deuxième partie du cycle des Neufs Princes d'Ambre, mais on est d'accord... Zelazny, ça se lit tout seul. Une belle plume plein de belles images.

    @ Boubou : Moi je dois terminer le cycle des Princes d'Ambre, mais le reste est très bon aussi.

    Content de voir que la playlist et l'idée de thé intéresse quelqu'un. ;-)

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.