"La Porte des Enfers" de Laurent Gaudé

Petit retour dans la littérature actuelle. Littérature "normale" dirons d'autres fans de SF, fantasy, et autres imaginaires. Soit! Pour ma part j'aime autant l'un que l'autre!

Cela faisait un bon moment déjà que Laurent Gaudé attisait ma curiosité, et ce dernier livre, paru chez Actes Sud, profitait en plus d'une superbe couverture illustrée d'une photo de David Alan Harvey (Magnum Photo). Un bel objet entre mes mains donc, et quand on aime lire cela augmente le plaisir d'un facteur supplémentaire. C'est la troisième fois que je lis un livre au "grand format" de chez Actes Sud. Le format est intéressant et a l'avantage de bien tenir en main : un livre de la largeur d'un format de poche mais avec la hauteur d'un "gros livre". C'est plaisant!

Pour ce qui est du livre, j'ai beaucoup aimé l'écriture. Des phrases courtes, ramassées et incisives qui écartent tout descriptifs superflus. Cela donne un rythme proche du polar, mais peut-être est-ce plutôt dû au fait que Laurent Gaudé est dramaturge et qu'il a notament écrit pas mal de pièces de théatre.

L'histoire est touchante. Poignante tant on en arrive à sentir la tristesse dramatique touchant cette famille napolitaine. L'histoire nous emmenant dans les méandres historiques de la famille De Nittis en bondissant du présent au passé. Ce drame nous invite dans l'univers d'aujourd'hui où Matteo sombre dans la dépression suite à la mort de son fils Pipo, tué d'une balle perdue. Giuliana fuit, pour sombrer lentement dans la folie en maudissant le monde entier. Matteo entamera sa rédemption en sombrant dans les Enfers, descendant là où les morts marchent pour faire revenir son fils à la vie. Pipo n'ayant dès lors qu'une chose à faire pour venger son père et sa mère, ainsi que sa propre mort : assassiner son meurtrier.

L'histoire n'étant pas tant limitée à la vengeance qu'un drame familiale avec sa descente aux enfers. D'ailleurs ce passage dans les enfers et la résurection de ce fils tant pleuré a quelque chose de théatral. C'est beau et c'est triste de voir le sacrifice d'un père pour son enfant. La justesse du ton, la maîtrise du rythme, des personnages touchants, des ambiances intenses, ... Tout cela concourt à un livre que je vous invite fortement à lire! Un vrais bonheur!

La quatrième de couverture de l'éditeur :

Au lendemain d’une fusillade à Naples, Matteo voit s’effondrer toute raison d’être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s’enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville.
Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l’impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu’on peut y descendre…
Ceux qui meurent emmènent dans l’Au-Delà un peu de notre vie, et nous désespérons de la recouvrer, tant pour eux-mêmes que pour apaiser notre douleur. C’est dans la conscience de tous les deuils – les siens, les nôtres – que Laurent Gaudé oppose à la mort un des mythes les plus forts de l’histoire de l’humanité. Solaire et ténébreux, captivant et haletant, son nouveau roman nous emporte dans un “voyage” où le temps et le destin sont détournés par la volonté d’arracher un être au néant.

  • Broché: 266 pages
  • Editeur : Actes Sud (15 août 2008)
  • Collection : Domaine Français
  • Prix approximatif : 19,50 EUR

Sur le web :

- Le livre chez Actes Sud
- Laurent Gaudé chez Actes Sud
- Laurent Gaudé sur Wikipedia
- Le site du photographe illustrant le livre : David Alan Harvey

Blog counter

"La Porte des Enfers" de Laurent Gaudé "La Porte des Enfers" de Laurent Gaudé Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, décembre 27, 2009 Rating: 5

2 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé l'univers de ce livre : on s'y croirait vraiment ! Tout droit sorti d'un reportage qui se veux "choc" sur le sud de l'Italie...
    Je crois que le pire dans le livre c'est que les personnages sont crédibles et que leur histoire est horrible : le "ça n'arrive qu'aux autres" est assez difficile à dire ici, parce que ce sont des situations dont on a peur, mais on sait forcément que la mort d'un proche finira par arriver à un moment où à un autre...
    C'est vraiment un livre à lire !

    RépondreSupprimer
  2. Salut à toi Luna. Merci pour ton passage et surtout pour ton commentaire. Ce livre m'a en tout cas donné envie d'allé plus loin dans l'oeuvre de Gaudé. J'ai d'ailleurs "Le soleil des Scorta" qui attend mon bon vouloir. L'avant dernier "Ouragan" me tente bien également. Pour "La porte des enfers", on se laisse bien prendre au jeu, même si dans les descriptifs de la descente aux enfers manque du panache d'un auteur des littératures de l'imaginaire. Le rythme est tel que l'on reste happé et accroché tout au long du livre. En tout cas pour moi! ;-) A bientôt.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.