"Amours sanglantes" - Alain Dartevelle

Après "Dans la ville infinie", paru chez l'Âge d'Homme, j'étais bien content de découvrir Alain Dartevelle au travers d'un autre recueil, partagé entre fantastique et SF, paru chez le même éditeur. Une fois de plus, on sera d'accord sur le fait que l'auteur possède une plume au style remarquable."Amours sanglantes" a remporté le Prix Robert Duterme 2012, prix décerné par l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique.

++ La quatrième de couverture ++ 

Les huit histoires d’Amours sanglantes se déroulent le plus souvent dans un futur reconnaissable et dans des lieux familiers sous leurs noms d’emprunt – des intrigues qui puisent aux sources d’une anticipation douce et d’un fantastique pur et dur, né de fantasmes d’amour et de mort.
Huit histoires dont le fil conducteur, aussi rouge que le sang qui les entache, est apparemment l’amour fou des femmes. Mieux encore : l’amour fou furieux de femmes uniques dans l’instant même, puis, tout compte fait, délicieusement interchangeables dans la coulée du temps.
Gorgées d’un érotisme pervers, ces histoires sont donc des passions, dans le double sens d’attirance extrême et de lente agonie, où possession de l’autre et dépossession de soi se confrontent jusqu’à la confusion totale. Puisque les amants en série ont bien, pour pire travers, la mégalomanie…

+++ Mon avis +++

Après avoir lu récemment quelques ouvrages d'Alain Dartevelle, je savais un peu à quoi m'attendre. Pas de déception au rendez-vous, pourtant j'avais beaucoup d'attentes vu le Prix Robert Duterme 2012 obtenu pour ce roman.

Ce qui tient l'ensemble de ce recueil c'est l'amour fou des femmes, sans limites, un amour pervers qui se gâte d'une violence sanglante, le tout emballé dans une atmosphère fantastique évoluant dans un monde décalé vers le futur. Huit nouvelles forment ce recueil "Amours sanglantes", huit textes au phrasé travaillé, efficace et très littéraire. Une construction des phrases qui offre une littérature SFFF de haut vol. Évidemment, pour certains lecteurs, cela semblera trop chargé, trop lent, trop porté sur l'atmosphère. Belgique, terre de fantastique? C'est souvent ce que l'on en dit. Alain Dartevelle ne fait pas défaut à cette image, encore qu'il n'y colle pas complètement. D'ailleurs à quoi colle-t-il réellement? Son univers SF est trop fantastique et son fantastique trop SF? Un imaginaire très personnel qui donne toute son originalité à l'auteur. Une singularité qui le porte également hors des chemins balisés et donc hors de portée d'un certain lectorat. J'en viens d'ailleurs à me demander pour quelles raisons aujourd'hui Alain Dartevelle n'est plus publié chez les éditeurs classiques de SFFF? Sa plume étant trop littéraire, deviendrait-il dès lors un auteur pour petits éditeurs de littérature plus exigeante? Pourtant, je verrais bien certains de ses textes publiés dans un recueil chez ActuSF ou Le Bélial qui éditent encore des nouvelles. 

De ces textes sourd une atmosphère noire, cruelle et érotique en même temps. C'est subjuguant et déroutant. Encore une fois, l'auteur joue sur les faux semblants, s'invitant à imaginer des histoires influencées des maîtres comme Philip K. Dick, teintées de l'ironie noire d'un Jacques Sternberg, alors que l'ombre d'un Thomas Owen ne traine pas loin. La cruauté d'ensemble m'a également rappelé mes lectures de Yoko Ogawa. Un recueil de textes efficaces dont certains sortent du lot, comme "Boulevard des allongées" qui excite mon attention de Liégeois d'adoption, alors que d'autres m'ont paru moins bon, règle usuelle qui veut que tout ne plaît pas au même niveau dans un recueil de nouvelles. 

Bref, "Amours sanglantes" est un bon livre pour découvrir Alain Dartevelle pour qui ne le connaît pas encore. Un écrivain à la plume travaillée et subtile dont la noirceur d'ambiance offre un univers cruel et teinté d'érotisme.
"Amours sanglantes" - Alain Dartevelle "Amours sanglantes" - Alain Dartevelle Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, octobre 06, 2013 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.