"Le monde vert" de Brian Aldiss

Malgré une première lecture sympathique de Brian Aldiss, au travers de son "Croisière sans escale", ici j'en sors franchement déçu, voir ennuyé... Alors que ce livre est généralement considéré comme classique grâce à son Prix Hugo reçu en 1962.


+++ La quatrième de couverture +++

La Terre se meurt sous la menace du Soleil sur le point d'exploser. A sa surface s'étend une immense jungle peuplée de végétaux qui se sont peu à peu adaptés à cet environnement hostile. Les derniers descendants de l'espèce humaine tentent tant bien que mal d'échapper aux nombreux périls qui les entourent. Gren, un enfant- homme séparé de son clan, part à l'aventure et, en affrontant diverses espèces végétales, le plus souvent mortelles, découvrira certains des secrets de ce nouveau monde, intégralement vert. Classique de la science-fiction, Le Monde Vert nous entraîne dans un futur lointain, étrange et familier à la fois. Un roman couronné par le prix Hugo en 1962 mais qui, à l'heure des dérèglements climatiques annoncés, est toujours d'actualité, tout en réussissant à rester optimiste.


+++ Mon avis +++

Je gardais un relativement bon souvenir de ma lecture de "Croisière sans escale", livre lu en cet été 2010 d'ailleurs, mais "Le monde vert" laisse un goût amer d'un livre plutôt bof de chez bof.

Comme dans "Croisière sans escale", Brian Aldiss use d'un ton détaché des personnages. On les suit de haut, comme si on regardait l'ensemble au travers d'une caméra à l'épaule, sans être à fond dedans. Ce détachement n'aide pas forcément à entrer dans l'aventure, mais s'il n'y avait que cela...

Brian Aldiss nous présente au travers de ce Monde Vert une histoire du futur, notre monde tel qu'il pourrait être dans plusieurs siècles. Un monde dans lequel l'homme à involué, régressé pour retourner à l'état sauvage. L'être humain n'est plus qu'une bête sauvage, à tel point que cela donne un goût de guerre du feu. J'ai parfois eu l'impression de lire une histoire de Tarzan, encore que j'avoue n'avoir jamais lu d'aventure créé par Edgar Rice Burroughs. Ces héros sont donc assez primitifs et leur psychologie reste primitive. Mais cela n'exclu pas de pouvoir développer cela dans son livre, cependant Brian Aldiss laisse cela à un niveau assez plat, rendant le livre très banal. Cela fonctionnait peut-être avant, dans les années 1960, mais maintenant plus trop. On a juste en mains un livre d'aventures pure jus, sans même un dialogue intéressant, sans même un personnage un peu fourni et développé. Le livre se lit facilement car le phrasé est souple, mais on ne s'accroche pas aux héros. Voir même difficilement au Monde Vert où les animaux ont à priori disparu pour être replacés par des plantes sauvages, qui volent, se déplacent et attaquent comme des prédateurs de la jungle. Difficile à avaler et d'autant plus rebutant que cela réduit la pression de sélection à la loi du plus fort point barre. J'en passe et des meilleurs bien sur...

Par contre, on peut laisser à Brian Aldiss le fait de ne pas ériger un personnage en héros multiple. Il n'a pas peur de zigouiller ceux-ci si besoin est mais malheureusement, cela ne rattrape pas tous les défauts de ce livre. Le final du livre donne quelque chose qui aurait pu être intéressant, mais il aurait fallu fouillé un peu le tout, rendre les héros plus profonds et leurs dialogues intéressants. Voir raccourcir l'ensemble.

Enfin bref, "Le monde vert" est un Prix Hugo, un livre souvent érigé en classique du genre et souvent pris comme une porte d'entrée dans l'oeuvre de Brian Aldiss. Pour moi c'est un livre qui a très très mal vieilli. Une lecture dont on peut se passer, ou alors j'ai du louper quelque chose... ainsi que mes compagnons de lecture du Cercle d'Atuan. Un livre à réserver aux fans de Aldiss donc.


+++ Et Cetera +++

Lecture effectuée dans le cadre du Cercle d'Atuan :
Le Hit Parade du Cercle d'Atuan

Le livre sur Babelio et Livraddict.


+++ Le livre +++
  • Poche: 327 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (5 février 2009)
  • Collection : Folio SF
Nombre de visites depuis janvier 2010
Free Blog Counter
"Le monde vert" de Brian Aldiss "Le monde vert" de Brian Aldiss Reviewed by Julien le Naufragé on mardi, novembre 02, 2010 Rating: 5

7 commentaires:

  1. Comme je te comprends Julien. Je ne suis même pas parvenu à terminer le livre et sans doute ne le terminerai-je pas. Aucune envie de m'y mettre.
    Et ça fait longtemps que je me méfie des livres primés.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis finalement contente de ne pas avoir trouvé le temps pour le lire :)

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai lu qu'un Aldiss, et c'était il y a de trop nombreuses années, sur une des rares recommandations de mon paternel. Il ne m'en reste pas un souvenir impérissable. Peut-être que 1962 a été un très mauvais cru pour la SF? ;)

    Ceci dit, tu devrais essayer de lire ER Burroughs. C'est très ancien et sans doute plus pulp que science-fiction, mais il y a un je ne sais quoi qui m'empêche de décoller du bouquin à chaque fois. En revanche, il ne faut pas s'attendre à autre chose qu'à de l'aventure simple et efficace.

    RépondreSupprimer
  4. Oh ben zut. Je l'ai acheté pour son caractère de classique justement. Pas étonnant que l'envie de le lire ne me soit pas venue, si ça se trouve, c'est mon cerveau qui, dans son immense intelligence, m'a évité ce moment d'ennui. ^_^

    RépondreSupprimer
  5. Arutha, je suis certain que tu trouveras mieux à lire.

    AcrO, hé bien tu ne perds rien

    Eric Nieudan, bienvenu sur ce blog, que ce soit de passage ou pour y venir régulièrement. Mais oui, je devrait un jour essayer E.R. Burroughs.

    Cachou, c'est du classique... mais bon, c'est passable comme lecture. Mieux vaut lire R.C. Wilson! Il est actuel et écrit beaucoup mieux!

    RépondreSupprimer
  6. J'aurais peut être du faire comme Arutha et abandonner cette lecture. J'ai bien apprécié le premier chapitre puis je me suis de plus en plus ennuyée pour au final être carrément déçue. On va dire que c'est un classique de la SF que j'aurais lu, mais c'est tout.

    RépondreSupprimer
  7. Je comprends bien ton point de vue Spocky. Si ce livre n'était pas une LC et que je ne m'étais pas obstiné jusqu'au bout "au cas où cela deviendrait meilleur", et bien j'aurais abandonné pour lire mieux!

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.