"Arachnae" - Charlotte Bousquet


Les femmes prennent tout doucement une place plus importante dans les littératures de genre et c'est une excellente chose. La fantasy, comme sous-genre le plus en vogue, ne fait pas défaut. Mais certaines voix se différencient du reste par un ton plus sombre, Charlotte Bousquet en fait bien sur partie. 

++ La quatrième de couverture ++


Des ténèbres des bas-fonds aux éclats de la cour royale, la cité d’Arachnae se livre dans toute son horreur et ses excès : une ville sale et sordide où s’assouvissent les vices les plus abjects, entre meurtres, vénalité, commerces humains et autres réjouissances. Afin de résoudre des crimes en série, Théodora, une jeune bretteuse de talent, libertine et tueuse implacable, est obligée de s’allier à l’austère capitaine de la milice…
Entre complots politiques, divination, combats à l’épée, orgies et rites occultes, se laisseront-ils engluer dans la toile mortelle de la destinée ? Commence alors un récit captivant, mêlant aventure, mystère et érotisme dans une enquête qui prend aux tripes.

+++ Mon avis +++

Alors que "Arachnae" se  voit paraître en format poche dans la nouvelle collection de Mnemos, je me décide enfin à lire ce livre acheté aux Imaginales (2012). Lors des Imaginales (2013), recroisant l'auteur, j'apprends que livre a été retravaillé pour sa version poche ce qui est surement un plus pour les lecteurs de cette nouvelle édition. Pour ma part, j'ai lu la première édition grand format.

Charlotte Bousquet pour tout dire est une auteure dure avec ses personnages. Je ne dirais pas que "Arachnae" est forcément noire parce que le décor du roman est très chatoyant, plein de teintes et de couleurs, mais la déclinaison du noir et de l'obscurité est très présente. Le roman, à caractère fortement urbain, est situé dans une cité que l'on croirait sortie de l'Italie de capes et d'épées. Malgré ce décor plutôt ensoleillé, le récit se déroulera plutôt dans les endroits obscures de la cité, au travers de rencontres lugubres et souvent malsaines. Les ruelles de la ville sentent le sang, le vomi et la peur. Et dans cet imbroglio noirâtre, nos personnages évoluent, enquêtent auprès de sociétés secrètes pour des meurtres immondes et conspirent contre le pouvoir séculaire. 

Outre ce côté obscur du roman, Charlotte Bouquet choisit également de marquer son roman par une forte présence féminine. L'héroïne principale, Theodora, est bien sur une personne pleine de ressources avec du caractère, des pouvoirs particuliers et des compétences martiale indéniables. Elle se retrouvera mêlée à une enquête sordide qui va la mener dans les zones obscures de la cité et de la psyché humaine. Charlotte Bousquet n'épargne pas ses personnages ni son lecteur car nous avons droit tant au sexe qu'à la torture et aux viols. En parallèle se joue des jeux de couloirs, des manigances politiquess, des jeux de pouvoir entre le Prince en place et le pouvoir séculaire. 

Le roman a une rythmique très prenante, l'auteure sait y faire pour nous emmener dans son roman partagé entre la fantasy, l'aventure de capes et d'épées, l'enquête policière et le roman noir. C'est plutôt réussi d'autant que ses personnages sont attachants et le style de l'auteur assez fluide (sans oublier ses poèmes assez réussis). Pourtant, il y a un je-ne-sais-quoi qui me donne l'impression de manquer de quelque chose ou d'avoir louper quelque chose, ou alors j'attendais trop d'un livre que l'on encense beaucoup. Ou alors ce sont la torture, les viols et la pédophilie qui m'ébranlent, comme à chaque fois... Malgré cela, j'ai bien apprécié cette lecture et j'ai bien envie de me replonger dans cette cité pleine de luxure avec son deuxième tome "Cytheriae", également sorti en poche.

6 commentaires:

Raven 20 octobre 2013 16:34  

Tu comptes chroniquer le 2ème tome? C'est tentant comme lecture, mais comme toujours dans le cas de séries, j'aime bien avoir pas mal d'avis avant de me lancer ! :)

BlackWolf 20 octobre 2013 17:50  

Il faudrait peut être que je me laisse un jour tenter par cette histoire surtout qu'elle est sortie en poche. En tout cas ton avis m'intrigue.

Julien le Naufragé 20 octobre 2013 19:52  

@ Raven : Pour moi, tu peux te lancer dans celui-ci sans lire la suite. Le roman tient tout seul sans forcément devoir lire une suite. Je lirai ce qui suit déjà rien que parce que ma curiosité est titillée.

@ Blackwolf : Hésites, surtout si la version poche est dispo. Celle-ci a été retravaillée au niveau du texte en plus.

Samlor 20 octobre 2013 20:27  

Très belle chronique! Elle donne plus qu'envie! J'avais déjà bien entendu de bonnes choses concernant cette auteure. Tu confirmes ^^

Lorhkan 21 octobre 2013 08:35  

De la fantasy féministe et sans concession ! Et bien écrite en plus !
Un bon roman !

Julien le Naufragé 22 octobre 2013 08:56  

@ Samlor : Merci. Je ne sais pas si elle est belle, je t'en laisse seul(e) juge. Merci de ton passage et bonne lecture si tu te mets à lire le roman.

@ Lorhkan : J'attends de lire la suite. Sans doute d'abord sa nouvelle dans le dernier recueil ActuSF des Imaginales.

Related Posts with Thumbnails

A propos

"Naufragés Volontaires" est actuellement une fenêtre ouverte sur la littératures d'aujourd'hui ou d'hier. Qu'elle soit imaginaire ou non. Même si autrefois le blog fut musical et littéraire.

Lecteur compulsif je suis, mais critique littéraire je ne le pense pas. J'aime juste partager mes plaisirs d'évasion. En espérant que ceux-ci vous plairont également.

Je vous invite également à commenter mes messages comme bon vous semble. Vos avis m'intéressent.

Editeur : Julien Vanderhaeghen
Q.G. : Liège en Belgique
Contact : julien.vdhg@gmail.com



Nombre total de pages vues